L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Poches  

Histoire, Littérature, Témoignage - Ecrire les malheurs du temps
de Christian Jouhaud , Nicolas Schapira et Dinah Ribard
Gallimard - Folio histoire 2009 /  8.60 €- 56.33  ffr. / 405 pages
ISBN : 978-2-07-031428-7
FORMAT : 11cm x 18cm

L'auteur du compte rendu : Archiviste-palographe, docteur de l'universit de Paris I-Sorbonne, conservateur en chef du patrimoine, Thierry Sarmant est adjoint au directeur du dpartement des monnaies, mdailles et antiques de la Bibliothque nationale de France. Il a publi Les Demeures du Soleil, Louis XIV, Louvois et la surintendance des Btiments du roi (2003), Vauban : l'intelligence du territoire (2006, en collaboration), Les Ministres de la Guerre, 1570-1792 : histoire et dictionnaire biographique (2007, dir.).

Une Saint Barthélemy de dix-septiémistes

Christian Jouhaud et ses collaborateurs poursuivent lentreprise de critique historique et historiographique commence en 2007 avec Sauver le Grand-Sicle? Lobjet de lenqute, cest ce que le jargon universitaire nomme crits du for priv (mmoires, rcits, journaux intimes) et leur exploitation par les historiens. Son primtre, cest toujours le XVIIe sicle et le dbut du XVIIIe sicle.

La thse des auteurs tient en deux propositions. La premire est que la distinction entre criture littraire et criture administrative ou criture documentaire est largement arbitraire. Lcriture brute, inconsciente delle-mme, nexiste pas. Le tmoin passif est un mythe: crire, cest agir. Tout scripteur crit pour un destinataire, si lon veut pour un public, qui peut tre la famille, un ou des suprieurs, ou encore une postrit mal dfinie. Tout scripteur emploie des procds de narration ou de style, mme grossiers, qui doivent renforcer lefficacit de son discours.

Les intendants de province qui veulent obtenir un dgrvement pour leur gnralit comme les auteurs de placets qui demandent pour leurs protgs ou pour eux-mmes empruntent leurs effets la tragdie pour attendrir qui les juges et qui les ministres. y regarder de plus prs, les prtendus tmoins passifs se rvlent insrs dans les jeux de pouvoir: les mmorialistes crivant dans la retraite brlent de rentrer en grce; les obscurs Marais et Barbier, diaristes du rgne de Louis XV, sont des familiers du clan dArgenson, dont un membre tient lui-mme un journal fort politique.

La seconde proposition de Christian Jouhaud et de ses collgues porte sur le travail des historiens. Elle affirme que lcriture historique se dtache difficilement de lcriture littraire. Les historiens usent et abusent des procds de la rhtorique et nhsitent pas, pour les besoins de la cause, manipuler les documents sur lesquels ils sappuient. Le texte cit, prtendue chair de lhistoire, nest souvent convoqu que pour produire un effet de rel et pour conforter un discours conu a priori. La thse brillante vaut toujours mieux que la thse vraie, surtout si cette dernire produit peu dimpression.

Les auteurs, pour illustrer leur propos, dcortiquent les crits de quelques grandes figures de lhistoriographie franaise du second XXe sicle: ceux de Marc Fumaroli sur les Mmoires aristocratiques, ceux de Pierre Nora sur les Mmoires dtat, ceux dEmmanuel Le Roy Ladurie sur Rtif de La Bretonne ou ceux dArlette Farge sur le crime et son chtiment. les suivre, on comprend (si on ne le savait dj) quen France le grand historien doit dabord et surtout tre un bon crivain, et que la seule exploration besogneuse des archives ne suffit pas ouvrir les portes du Collge de France ou de lInstitut.

Comme Sauver le Grand-Sicle?, Histoire, littrature, tmoignage est un essai particulirement stimulant, surtout pour lhistorien de profession. Pour autant, arriv au terme de lenqute, aprs tant de remises en cause des sources, aprs tant de dconstruction des discours historiques, un sentiment dinachev prvaut. On voudrait voir les auteurs saffronter leur tour, forts de leur posture critique, lhistoire au premier degr, monographique, factuelle, crite au plus prs des documents.

Nous donnerons donc Christian Jouhaud et ses mules le conseil que Catherine de Mdicis aurait donn Charles IX aprs la Saint Barthlemy: Vous avez taill, mon fils; maintenant il faut coudre.

Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 23/06/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)