L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Poches  

L'Affaire Cicéron - 1943
de François Kersaudy
Perrin - Tempus 2010 /  8 €- 52.4  ffr. / 210 pages
ISBN : 978-2-262-03208-1
FORMAT : 11cm x 18cm

L'auteur du compte rendu : Antoine Picardat est agrg dhistoire et diplm en tudes stratgiques. Il a enseign en lyce, en universit, aux IEP de Paris et de Lille, et t analyste de politique internationale au ministre de la dfense. Il est actuellement lve-administrateur territorial lInstitut national des tudes territoriales Strasbourg.

De la fiction à l’histoire

Pour les cinphiles avertis, LAffaire Cicron (Five fingers dans la version originale) est un film hollywoodien de Joseph Mankiewicz (1952), avec James Manson et Danile Darrieux. Ce film despionnage raconte comment, en 1943-1944, un employ turc de lambassade du Royaume Uni Ankara, photographie et communique aux services allemands plusieurs documents secrets sur la stratgie allie. Si le gnrique prcise que le film est bas sur des faits rels, le spectateur se doute que lhistoire a d tre quelque peu arrange, afin de correspondre aux canons hollywoodiens.

Avec LAffaire Cicron, Franois Kersaudy, historien spcialiste de la Seconde Guerre mondiale, revient sur les faits qui sont la base du film. Il commence par rappeler le contexte gnral dans lequel est intervenue cette affaire. Il sagit pour lessentiel des intenses manuvres diplomatiques conduites par les Britanniques partir de la mi-1943, pour convaincre la Turquie de dclarer la guerre lAllemagne. Situe sur le flanc sud de lEurope sous domination allemande, contrlant le passage entre la Mditerrane et la mer Noire, et donc lURSS, la Turquie est une pice essentielle des plans britanniques pour la fin de la guerre. Et Churchill a toujours t attir par cette rgion, qui lui a souvent inspir des combinaisons stratgiques pas trs heureuses, comme lexpdition des Dardanelles en 1915.

Franois Kersaudy prsente tout cela de manire concise et prcise, en mme temps quil se penche sur laffaire elle-mme, suivant trois axes principaux: la relation des faits, la rfutation du film et la recherche de nombreuses questions restes sans rponse. Les premier et troisime aspects, les faits et le jeu des questions-rponses, sont videmment troitement lis.

Les faits, au moins dans leurs grandes lignes, sont bien tablis, grce aux mmoires des principaux acteurs tout dabord, et aux archives progressivement dclassifies ensuite. Lagent auquel les services allemands ont donn le nom de code de Cicron tait un modeste turc du nom dElyesa Bazna, valet au service de lambassadeur de Grande-Bretagne Ankara. Apparemment de sa propre initiative, il a pris contact avec lattach de lambassade dAllemagne, Ludwig Moyzisch, en lui proposant de lui fournir, contre une solide rmunration, des clichs de documents directement extraits du coffre de son employeur.

Cette petite combine a dur quelques mois, apparemment de novembre 1943 avril 1944, et sest termine parce que Cicron se sentait surveill. Tout le monde semble y avoir trouv son compte, puisque les services allemands ont jug que les documents fournis et transmis Berlin prsentaient un intrt majeur. Sy trouvaient notamment le compte rendu de la confrence de Thran (novembre 1943) et de nombreux rapports, mmoires et tlgrammes, sur les tentatives anglaises pour entraner la Turquie dans la guerre. De son ct, Bazna-Cicron a empoch plusieurs milliers de Livres Sterling, de quoi vivre aisment dans la Turquie daprs-guerre. Malheureusement pour lui, il nen a pas profit longtemps, puisquil sest trs vite avr que les Allemands, professionnels du double-jeu, avaient rmunr laudacieux amateur en fausse monnaie!

Sans surprise, le film de Mankiewicz prend videmment dimportantes liberts par rapport aux faits, ce que Franois Kersaudy souligne plusieurs reprises. Il ny a notamment pas de comtesse polonaise (Danile Darrieux) lhorizon. Il ny a pas non plus, parmi les documents transmis, les plans dOverlord, le dbarquement en Normandie. On se demande dailleurs bien pourquoi ils auraient d se trouver en Turquie! Bazna-Cicron, le vrai, navait pas la prestance, ni surtout lassurance de Cicron-Manson, sa version cinmatographique. On peut le comprendre: espionner son employeur, il risquait gros. Dailleurs, entre les Allemands balourds, caricatures de Teutons et les Anglais, distingus mais qui ne voient ni ne comprennent rien ce qui se passe, le film caricature allgrement les uns et les autres, pour que le rle de chacun soit clair pour les spectateurs.

Une fois la vrit rtablie, Franois Kersaudy reconnat quil reste un certain nombre de questions auxquelles il faut essayer de rpondre. Ces questions ont t poses, notamment en Angleterre, ds les annes 50, quand sont sortis le film et les mmoires de Moyzisch, de von Papen, puis de Bazna. Au-del de savoir si lhistoire tait vraie, beaucoup se sont demands sil sagissait dune manuvre anglaise dintoxication, destine dtourner les Allemands des vritables objectifs allis de la fin de la guerre. Apparemment, ce nest pas le cas. Autre question: Bazna a-t-il agi seul ou a-t-il eu un ou des complices? La rponse est moins claire. Il faut dire que le personnage est assez mystrieux et volontiers affabulateur, voire mythomane, et que ses versions des faits sont bourres de contradictions, ce qui naide pas sy retrouver.

Au total, cette Affaire Cicron vaut largement un roman despionnage. Moins romantique, spectaculaire et tordue quune fiction, cet ouvrage rappelle que les affaires de renseignement sont souvent assez simples dans leurs grandes lignes, mais quelles mlent enjeux politiques et destins humains, ce qui les rend au fond trs complexes.

Antoine Picardat
( Mis en ligne le 29/06/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)