L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Poches  

La Révolution, une exception française ?
de Annie Jourdan
Flammarion - Champs 2006 /  9.50 €- 62.23  ffr. / 405 pages
ISBN : 2-08-080123-6
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Premire publication en janvier 2004 (Flammarion).

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.


La France, mère de la Révolution ?

"France, mre des arts et des lois" : la formule est ancienne et semble appartenir au patrimoine national. Elle implique pour la France un destin singulier, messianique, celui davoir, la premire, men une rvolution au nom de la libert. De la sorte, la rvolution franaise a acquis, en France du moins, une valeur qui confine labsolu, seule incarnation du mot et de lidal rvolutionnaire dclin sinon trahi - par la suite, en Russie, Chine Faut-il pour autant se satisfaire de ce lieu commun dune mmoire bien slective, certainement chauvine et peu fidle la ralit ? En se demandant dans son dernier ouvrage si la Rvolution est une exception franaise, Annie Jourdan, professeur luniversit dAmsterdam et auteur de travaux sur Napolon Ier, pose ici une problmatique importante : celle du modle rvolutionnaire dans lhistoire moderne et contemporaine.

Dans un premier temps, A. Jourdan dresse un tableau assez synthtique, voire expditif (sur la situation religieuse notamment) de la rvolution franaise, depuis la runion des tats gnraux jusqu la prise de pouvoir dun jeune consul venu de Corse. Certes, il ny a dans ce rcit rien de novateur, mais la lecture en est aise, le plan, qui alterne le point de vue local et individuel et les enjeux nationaux et internationaux, est clairant et offre de cette priode une vue large et pdagogique. Lemploi dune historiographie rcente en mme temps que de textes classiques en fait une synthse la fois accessible et utile aux amateurs avertis de la priode comme aux curieux. La riche bibliographie qui conclut louvrage marque dailleurs les progrs de la science historique concernant le temps des rvolutions, malgr quelques accrocs ( lexemple de la page 298, o lhistorien Georges Gusdorf devient Gustave Gusdorf).

Cest surtout dans une deuxime partie que louvrage prend du champ en rpondant la question pose, par lexamen de la notion mme de rvolution, ainsi que des modles qui peuvent simposer aux Franais de 1789. Bien videmment, les rvolutions anglaise et amricaine offrent le contrepoint ncessaire au mythe de la singularit franaise. Contrepoint dautant plus important quil savre que lexception franaise est nuancer : si dans une premire partie, A. Jourdan a montr les trs grandes ralisations dont la Rvolution peut se fliciter (universalit des droits, des liberts, droit crit), elle dvoile ici sinon les emprunts, du moins les divers modles culturels et institutionnels - qui soffrent aux Franais, commencer par le principe mme des droits de lhomme. La nuance demeure toutefois, telle que la soulignait dj Burke en 1790 dans ses Rflexions sur la rvolution en France, qui jugeait que la Dclaration franaise ntait quun rayon de lumire dans un sous-bois obscur.

Une premire rflexion porte, fort logiquement, sur la notion mme de rvolution : A. Jourdan en voque lhistoire, notamment au XVIIIe sicle, montrant que la notion prcise en sciences physiques et astronomie savre plus floue dans le domaine politique, oscillant entre lide dune rforme pense den haut et celle dun changement brutal venu den bas. Lexpression est pourtant ancienne et lAngleterre, avec sa glorieuse rvolution, se donne un rle prcurseur, au moins dans le lexique politique. Mais il faut attendre les dbuts du XIXe sicle et dune histoire complexe et dsormais assimile, sinon assume, pour que le mot rvolution prenne son autonomie.

Pour distinguer au mieux ce qui relve du singulier et ce qui relve du modle, A. Jourdan se penche donc sur les rvolutions anglo-saxonnes, rvolutions au sens ancien du terme. La premire voit le royaume dAngleterre se muer en un Commonwealth avant de redevenir une monarchie rgle par laristocratie, parlementaire et quasi constitutionnelle (dans la limite du droit anglais). Si le modle anglais peut tre invoqu pour la rvolution de 1830, il sapplique plus difficilement 1789 et ses suites, mme si le droulement semble le mme. La culture du compromis politique lev par lAngleterre ltat dun dogme ne saurait se rencontrer avec la radicalit des vnements franais. Le modle amricain est lui bien plus prgnant dans la geste franaise, en tant que modle politique, mais une fois encore, luniversalit revendique Paris fait du nouveau monde un cas part, certes prcurseur mais aux ambitions limites. Le rcit de ces deux vnements, sil na rien, lui, de rvolutionnaire, offre en tous les cas un bon tableau sur le sujet.

Le chapitre conclusif clt parfaitement cette forte tude, en esquissant une comparaison rudite des diffrents acquis et monuments de ces rvolutions, bilan efficace qui rpond aux questions poses en introduction et prserve la France sa singularit tout en rendant tous les Csars doutre-Manche et doutre-Atlantique ce qui leur revient.
Au final, louvrage dA. Jourdan constitue une synthse utile sur un phnomne qui mritait la relecture en replaant la Rvolution franaise dans la perspective du XVIIIe sicle et des modles anglo-saxons. En rtablissant la part de ces modles, lauteur illustre la singularit du phnomne franais, singularit rsultant non de la nouveaut des gestes et des ides, mais de leur radicalit et de leurs aspirations universalisantes.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 19/01/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)