L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Athéna et la grande déesse indienne
de Bernard Sergent
Les Belles Lettres - Vérité des mythes 2008 /  27 €- 176.85  ffr. / 395 pages
ISBN : 978-2-251-32443-2
FORMAT : 15cm x 21,5cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Dalmon, diplm de lI.E.P. de Toulouse, est titulaire dune matrise en histoire ancienne et dun DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien lve de lInstitut Rgional dAdministration de Bastia et ancien professeur dhistoire-gographie, il est actuellement conservateur la Bibliothque Interuniversitaire Cujas Paris. Il est engag dans un travail de thse en histoire sur les cultes et reprsentations des Nymphes en Grce ancienne.

Trifonctionnalité au féminin

Bernard Sergent, chercheur au CNRS, est lauteur de nombreux ouvrages sur la question indo-europenne et sest intress autant lInde (Gense de lInde, Payot, 1997) qu la Grce ancienne (LAtlantide et la mythologie grecque, LHarmattan, 2006). Dans Le Livre des dieux (Payot, 2004), il sintressait plus particulirement aux ressemblances entre figures divines grecques et celtes, consacrant un chapitre Athna et la Bodb (desse guerrire dans lancienne mythologie irlandaise, qui portait aussi les noms de Macha, Morrigan, Andarta ou Cathubodua). Selon lui, ces deux divinits prolongeaient en fait un mme type divin hrit des Indo-Europens. Il poursuit maintenant lenqute dans le monde indien. En effet, Athna lui semble prsenter non moins de points communs avec la Grande Desse qui apparat sous de multiples noms, les principaux tant ceux de Dev (la Desse par excellence), Durga, Kal, Parvati, Candik, Mahmy, Ambik ou Um. On discerne ainsi clairement, selon lauteur, une grande desse indo-europenne (la comparaison comprenant un terme celtique, un terme grec et un terme indien) aux caractristiques guerrires indniables, mme si elle participe aussi des deux autres fonctions (souveraine et productrice) du schma trifonctionnel mis en vidence par Georges Dumzil.

Daprs Bernard Sergent, cest avec Athna, plus quavec toute autre desse grecque, que la desse indienne prsente le plus de points communs. Il dcline donc divers caractres communs entre ces deux figures, dont certains sont tout de mme trs gnraux (ambivalence de la desse, la beaut de la desse, Athna et Dev sont des jeunes femmes, Athna et Durg sont au centre et en priphrie). Pour les aspects et attributs communs quil tudie ensuite, on pourrait apporter de srieuses nuances lanalyse. En effet, si Athna et Durg encouragent la vgtation et ont un arbre privilgi, il ne sagit pas du mme (gnralement lolivier dans le premier cas; le roncier, loranger et le margousier dans le second), et les symbolismes vhiculs ne sont pas forcment identiques. Athna nest peut-tre pas aussi troitement lie la dcapitation que Durg ou dautres desses (comme Chinnamasta); dans le mythe, ce nest gnralement pas elle qui dcapite Mduse, mme si elle porte la tte de la Gorgone sur sa tenue guerrire. Lanalyse des mythes communs nest pas non plus toujours entirement convaincante. Le lien dAthna avec le sang et la couleur rouge nest pas forcment aussi vident que pour Kal ou Dev. Il en va de mme pour la partie consacre aux relations avec les animaux. Si la desse indienne est lie aux flins (le tigre ou le lion) ou aux abeilles, cest beaucoup moins vident pour Athna, et les indices iconographiques donns par lauteur se rvlent en fait bien minces. Ltude des rites parallles est plus intressante, notamment tout ce qui concerne la description des ftes (et particulirement lanalyse compare des Panathnes athniennes et des Navartra ou Dursja indiennes).

La documentation prsente et les informations donnes sont trs riches, en ce qui concerne la desse indienne, mais aussi Athna, mme si lauteur prcise que les sources grecques sont finalement moins nombreuses. On ne peut nanmoins sempcher de se demander si la comparaison est vraiment oprante. Dun ct, on a lune des desses les plus importantes du panthon grec, divinit poliade et ponyme dAthnes, cit qui a domin le monde gen pendant une grande partie de la priode classique. De lautre, on nous prsente une grande desse aux multiples visages, depuis lpoque vdique jusqu lInde contemporaine, en passant par lhindouisme. Cette desse si tant est que nous puissions ainsi synthtiser en une seule puissance toutes ces figures divines (ce syncrtisme est peut-tre lobjet de spculations philosophiques tardives?) dispose ainsi de caractristiques trs varies. Il est donc assez logique quelle en partage un nombre important avec une divinit aussi majeure quAthna.

Il faudrait en fait sessayer au mme jeu comparatiste avec dautres desses du panthon grec, comme la souveraine Hra, la vierge Artmis ou la sduisante Aphrodite, sans parler de la terrienne Dmter. Une analyse approfondie en termes de modes daction pourrait se rvler fructueuse, et permettrait daller au-del du constat de certaines ressemblances. Cest peut-tre finalement plutt les diffrences quil conviendrait surtout dinterroger. Nul doute quelles soient riches denseignement pour ltude des deux polythismes, le grec et lindien, quelles que soient les origines indo-europennes communes.

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 17/02/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)