L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Approches de la mythologie grecque - Lectures anciennes et modernes
de Suzanne Saïd
Les Belles Lettres 2008 /  17 €- 111.35  ffr. / 168 pages
ISBN : 978-2-251-44351-5
FORMAT : 13,5cm x 21cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Dalmon, diplm de lI.E.P. de Toulouse, est titulaire dune matrise en histoire ancienne et dun DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien lve de lInstitut Rgional dAdministration de Bastia et ancien professeur dhistoire-gographie, il est actuellement conservateur la Bibliothque Interuniversitaire Cujas Paris. Il est engag dans un travail de thse en histoire sur les cultes et reprsentations des Nymphes en Grce ancienne.

Les mythes grecs d’Homère à Nonnos de Panopolis

Les ditions des Belles Lettres ont eu lexcellente ide de rditer le petit ouvrage de Suzanne Sad, professeur la Columbia University de New York aprs avoir enseign Nanterre, prcdemment publi dans la collection 128 chez Nathan, en 1993, et depuis longtemps puis. Il ne sagit pas dune simple rimpression, mais dune deuxime dition, considrablement revue et augmente, passant de 128 168 pages.

Aprs une introduction sinterrogeant sur la dfinition de la notion de mythe, la premire partie de louvrage tente un essai de typologie, distinguant plusieurs types de discours. Viennent en premier lieu les rcits des origines : les diffrentes cosmogonies (dont la plus clbre est celle de la Thogonie du pote botien Hsiode), les mythes de combats pour la souverainet (Titanomachie, Gigantomachie, Typhonomachie), les rcits de cration de lhomme (mythe de Promthe et Pandore chez Hsiode qui est plutt un mythe sur lorigine de la condition humaine , mythe des races, mythes locaux de Phoroneus, Plasgos, Lycaon ou Ccrops) et les rcits dorigine des peuples et des cits (qui sintgrent dans des gnalogies hroques).

Un deuxime type de mythes est constitu par la geste des dieux, racontant leur gnalogie, leurs domaines dintervention, leurs relations dopposition et de complmentarit et leurs aventures (telles que contes dans certains hymnes homriques, ceux consacrs Dmter, Herms, Apollon ou Aphrodite, par exemple). Un troisime type de rcits narre la geste des hros, qui prend souvent la forme dpreuves et de combats contre des monstres, comme on le voit pour Hracls et Thse. Il ne faut cependant pas ngliger les rcits mettant en scne des hrones, qui sont gnralement avant tout des filles, pouses ou mres de hros, mme si certaines refusent la condition fminine (Callisto, Atalante, les Amazones). Les rcits hroques sarticulent galement dans de grands cycles lgendaires : celui de Thbes autour des Labdacides (dipe, Antigone, le duel fratricide entre Etocle et Polynice), celui dArgos (dbutant avec Io et se poursuivant avec les aventures des Danades, de Perse, puis des Atrides issus de Plops), lexpdition des Argonautes (avec Jason et Mde), lexpdition des Grecs contre Troie et leurs retours mouvements dans leurs patries (dont le plus connu est celui dUlysse).

La seconde partie est consacre aux critures du mythe chez les potes et les prosateurs, examinant tour tour lpope et la lyrique archaques, la tragdie attique, la comdie, la posie hellnistique et lpope tardive, puis la rhtorique, lhistoire, les mythographes et les nouveaux mythes des philosophes. Le plan reste identique ldition de 1993, lexception de lajout dun dveloppement sur la comdie dAristophane, mais de nombreuses sous-parties ont t toffes. Il en va ainsi de celle consacre la posie hellnistique, qui ne se contente plus de prsenter Callimaque et Apollonios de Rhodes, mais consacre des dveloppements plus substantiels aux epyllia (popes miniatures), lAlexandra de Lycophron ou aux Phnomnes dAratos. La partie consacre aux prosateurs senrichit dune prsentation des rhteurs et sophistes dans lEmpire romain (Dion Chrysostome, Aelius Aristide, Philostrate, Lucien de Samosate), qui ont abondamment utilis le mythe dans leurs discours et leurs crits, ainsi que dun paragraphe sur lhistoriographie hellnistique (Ephore, Thopompe), connue uniquement travers des fragments et des tmoignages indirects. La prsentation des nouveaux mythes des philosophes ne se contente plus dvoquer Platon, mais fait une place aux mythes philosophiques dans la littrature de lEmpire, tels que dvelopps par Dion Chrysostome ou Plutarque.

La troisime partie sintresse aux lectures du mythe en Grce ancienne. En effet, les Grecs ne se sont pas contents dassembler et dorganiser une srie de rcits mythiques ; ils ont aussi invent une vritable science des mythes. Certains auteurs ont tch den extraire le fond de vrit quils contenaient, se livrant une vritable lecture historique. Les premiers historiens (Hcate, Hrodote, Thucydide) ont tent de donner une version rationnelle de certaines lgendes, de mme que des auteurs comme Plutarque ; pour Evhmre de Messne, les dieux ntaient autres que des humains des anciens temps, diviniss pour leurs qualits remarquables. Des philosophes (comme Xnophane de Colophon ou, plus tard, les apologtes chrtiens) ont au contraire critiqu les mythes traditionnels au nom de la raison ou de la morale. Dautres ont tent de les sauver par une lecture allgorique (Thagne de Rhgium, Mtrodore de Lampsaque, les Allgories dHomre dHraclite, lAntre des Nymphes de Porphyre ou mme des auteurs chrtiens comme Clment dAlexandrie ou le Byzantin Michel Psellos).

La quatrime et dernire partie se compose dun survol rapide des interprtations des mythes grecs par les Modernes : naissance de la mythologie compare la fin du XVIIIe et au XIXe sicles (Christian Gottlob Heyne, Friedrich Creuzer, Friedrich Max Mller) ; cole anthropologique anglaise (avec Edward Tyler, Andrew Lang et, au dbut du XXe sicle, James George Frazer) ; naissance de la mythologie historique avec Karl Otfried Mller, ; cole ritualiste de Cambridge (Jane Harrison, Gilbert Murray, A.B. Cook, Francis M. Cornford) ; avatars de la mythologie historique (Karl Robert, Angelo Brelich) cherchant remonter aux origines mycniennes (Martin P. Nilsson), indo-europennes (Georges Dumzil), proche-orientales ou mme palolithiques (Walter Burkert) de la mythologie grecque, ou tentant didentifier lvolution historique et les diffrentes couches historiques dun mythe (cole de Rome) ; lectures structurales inspires par la linguistique (Claude Calame) ou lethnologie de Lvi-Strauss (cole de Paris autour de Jean-Pierre Vernant, Marcel Detienne, Pierre Vidal-Naquet ou Nicole Loraux) ; lectures psychanalytiques (Sigmund Freud, Otto Rank, Carl Gustav Jung, mais aussi Andr Green, R. Caldwell, Charles Segal ou Philip Slater). Aujourdhui, lheure des grands affrontements mthodologiques est passe. On a renonc trouver une cl unique et universelle dinterprtation, et lon prfre combiner, linstar de Jan Bremmer dans son analyse du mythe ddipe, des mthodes aussi diverses que la lecture historique, le structuralisme lvi-straussien ou la psychanalyse freudienne.

Le livre de Suzanne Sad est fort utile galement pour son rpertoire des crivains de lAntiquit, prcisant pour chacun sil a fait lobjet dune traduction aux ditions des Belles Lettres (Collection des universits de France, Collection byzantine, La Roue livres, Aux sources de la tradition, Fragments), du Cerf (Sources chrtiennes) ou dans la Loeb classical library (en Anglais). On consultera aussi avec profit sa bibliographie organise thmatiquement en fonction du plan du livre, qui ne nglige cependant pas les ouvrages de rfrence comme les dictionnaires, introductions gnrales ou recueils darticles fondamentaux.

Ce manuel clair, concis et rigoureux, rdig par lune des meilleures spcialistes de la littrature grecque, rendra ainsi service aux tudiants sinitiant la mythologie, mais aussi, plus largement, tout lecteur curieux de ces questions.

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 06/05/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)