L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

L'Antiquité retrouvée
de Jean-Claude Golvin
Errance 2003 /  29 €- 189.95  ffr. / 191 pages
ISBN : 2-87772-266-X
FORMAT : 19x28 cm

Lauteur du compte rendu : Christophe Badel, professeur d'histoire romaine l'Universit de Rennes II, est un spcialiste des structures politiques et sociales de la Rome impriale. Il a dirig un recueil de documents, Sources d'histoire romaine, Ier sicle av. J.-C.-dbut du Ve sicle apr. J.-C, (Larousse, 1993), et rdig plusieurs ouvrages lis au programme de l'agrgation et du CAPES (dont L'Empire romain au IIIe sicle aprs J.-C., Textes et documents, SEDES, 1998).

L'Antiquité se voit

Directeur de recherches au CNRS, Jean-Claude Golvin prsente le triple intrt d'tre la fois architecte, archologue et historien. Sa passion conjointe pour le dessin et pour l'Antiquit l'a amen depuis une douzaine d'annes tenter de reconstituer l'aspect des paysages, villes et monuments antiques dans de beaux albums solidement documents. L'originalit de sa dmarche rside dans le fait qu'il ne s'agit pas de simples plans mais de vritables "restitutions" ressuscitant ces sites en lvation et en couleur selon la technique picturale de l'aquarelle. Aprs s'tre intress l'gypte, l'Afrique et la Gaule, il ralise en quelque sorte une synthse de ses travaux en prsentant une srie de dessins reconstituant les principales cits de l'Antiquit depuis l'gypte pharaonique. Les planches concernant l'gypte et la Gaule sont d'ailleurs extraites de deux prcdents ouvrages, Voyage en gypte ancienne (Actes sud, 1999) et Voyage en Gaule romaine (Actes Sud, 2002).

Suivant un plan gographique influenc par la chronologie - car les premires rgions abordes sont celles des plus anciennes civilisations - le plan du livre commence par le Proche-Orient et l'gypte avant de traiter la Grce et les rgions de l'Occident latin, en dbutant par l'Afrique et en terminant par la Gaule. Dans la majorit des cas, le site est totalement reconstitu sous la forme d'une planche en double page, accompagne d'une reprsentation plus rduite du mme plan portant la numrotation des principaux monuments. La seconde carte sert en quelque sorte de lgende la premire. Mais d'autres endroits, lorsque les dcouvertes archologiques ont t par trop lacunaires, l'auteur se contente de prsenter le monument le plus clbre de la ville, comme le Mausole d'Halicarnasse par exemple. Dans tous les cas, les dessins sont clairs par un texte rappelant l'histoire de la cit et de son volution urbanistique.

Toute entreprise de ce genre suppose une part d'hypothse et de reconstitution en raison des "blancs" de nos connaissances dus aux ravages de l'histoire et aux alas des fouilles archologiques. On aurait donc mauvaise grce chicaner l'auteur sur tel ou tel choix. Dans ses lgendes, il ne manque jamais de souligner les manques de la documentation et sa reconstitution de la cit romano-africaine d'Uthina (moderne Oudhna en Tunisie), ralise essentiellement base de reconnaissances de terrain et de photographies ariennes, n'en cache pas le caractre hypothtique (p.107). Ses restitutions s'appuient toujours sur les travaux les plus reconnus comme la maquette de Gismondi, modle du plan de Rome (p.136). Il n'est pas jusqu'aux disparits de la reprsentation rgionale qui ne renvoient des ralits archologiques. Si l'Afrique romaine se taille la part du lion avec une quarantaine de pages (contre une vingtaine en moyenne pour les autres rgions), elle le doit l'importance et la qualit de conservation de son patrimoine archologique.

Le dfi ainsi relev tient ses promesses car ces planches permettent d'apprhender et de "visualiser" les sites d'une autre manire. Les mythiques jardins suspendus de Babylone acquirent une ralit tangible lorsqu'on contemple leurs terrasses successives plantes d'arbres, supportes par des votes et relies par des rampes (mme si l'auteur ne cache pas que leur emplacement est vraisemblable et non certain, p.14). La restitution en lvation des deux "petits" thtres de Rome, ceux de Marcellus et de Balbus, par opposition au "grand" thtre de Pompe, leur confre une place suprieure dans le tissu urbain l'impression produite par la vue d'un simple schma (p.136). Sous un dehors ludique, ce travail poursuit le mme but que celui des historiens actuels des mentalits et des sensibilits, qui cherchent savoir comment les Anciens voyaient, percevaient et vivaient la ville. Mais, non contentes d'instruire, ces aquarelles aux couleurs lgres font aussi rver.

Christophe Badel
( Mis en ligne le 30/01/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)