L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Sisyphe
de Pierre Brunel et Aeneas Bastian
Le Rocher - Figures & mythes 2004 /  15 €- 98.25  ffr. / 173 pages
ISBN : 2-268-05010-6
FORMAT : 13x20 cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Dalmon, diplm de lI.E.P. de Toulouse, est titulaire dune matrise en histoire ancienne (mmoire sur Les reprsentations du fminin dans les pomes dHsiode) et dun DEA de Sciences des Religions lEcole Pratique des Hautes Etudes (mmoire sur Les Nymphes dans la Prigse de la Grce de Pausanias). Ancien lve de lInstitut Rgional dAdministration de Bastia, il est actuellement professeur dhistoire-gographie.

Pierre qui roule…

Du mythe de Sisyphe, on ne retient souvent comme postrit littraire que le clbre essai dAlbert Camus. Le mrite du livre de Pierre Brunel et dAeneas Bastian est daller au-del de cette figure impose, sans pour autant lignorer.

Pierre Brunel, professeur de littrature gnrale et compare la Sorbonne (Paris IV) est lauteur de plusieurs livres sur les mythes littraires et la mythocritique applique la littrature. Il a dirig le Dictionnaire des mythes littraires (1988, rd. 1994), le Dictionnaire des mythes daujourdhui (1999) et le Dictionnaire des mythes fminins (2002) publis chez le mme diteur que le prsent ouvrage. Il sest ici associ lun de ses tudiants, Aeneas Bastian, qui a soutenu cette anne une thse de doctorat sur Le Mythe littraire de Sisyphe, dont cet essai est sans doute une version simplifie.

Ltude du mythe de Sisyphe est dveloppe en 19 chapitres de longueurs et dintrts ingaux. Le premier, Election de Sisyphe, fait figure dintroduction et prsente rapidement le personnage, roi de Corinthe, fils dEole et dEnart, dj mentionn dans lIliade (VI, 154), et associ aux rocs et aux vagues de la mer corinthienne par les auteurs. Les chapitres suivants dveloppent des aspects de la biographie de Sisyphe, certains thmes particuliers ou la postrit littraire du mythe.

Sisyphe nous est tout dabord prsent comme le roi de Corinthe, lancienne Ephyre, et mme son fondateur selon certains mythographes (Apollodore). Les auteurs sinterrogent ensuite sur la nature du pouvoir exerc par ce monarque rus et habile, voire tyrannique interrogation un peu vaine tant donne la discrtion des sources antiques sur le sujet. Les conjectures se poursuivent dans le chapitre Sisyphe larchitecte, qui fait du hros un souverain btisseur. Les auteurs y dclent un lien avec son rocher, qui serait un symbole de lAcrocorinthe. Ils voient dans son utilisation dune suppose abondante main duvre servile une manifestation de son hybris, ce mot grec qui qualifie la dmesure immanquablement punie par les dieux. Le chapitre prsentant Sisyphe comme un sac malices, un personnage plein de mtis (lintelligence ruse) est mieux document par les sources antiques, dont certaines affirment mme quUlysse aux mille tours est le fils du roi de Corinthe. En effet, Anticle, fille de lexpert en brigandages Autolycos dont Sisyphe avait se venger pour le vol dun troupeau de btail, avait t viole avant son mariage avec Larte par le fils dEole. Un court chapitre voque ensuite lindiscrtion de Sisyphe, qui dvoile au fleuve Asopos que Zeus a enlev sa fille Egine, en change dune source intarissable pour sa ville. Vient ensuite le conte folklorique suivant lequel il trompa la mort en enchanant le dieu Thanatos, finalement libr par Ars. Mais le fils dEole ne se rsout pas facilement mourir. Il invente une nouvelle ruse en interdisant sa femme Mrope de lui rendre les honneurs funbres. Sur ses prires persuasives, Hads consent le renvoyer sur terre pour quil puisse veiller au bon accomplissement des rites et punir lpouse de mauvaise volont. Sisyphe profite de ce sjour pour prolonger sa vie, oubliant de revenir dans le royaume des morts. Mais le rus dieu Herms sempare finalement de lui. Son chtiment aux Enfers consiste dsormais pousser inlassablement une pierre au sommet dun tertre, pierre qui retombe chaque fois que le but semble atteint, symbolisant lternel recommencement dun effort vain (mtaphore de la vie humaine ?). Malgr lhypothse dun Sisyphe dlivr esquisse par certains auteurs contemporains (Georg Strhler, Ren Char), limage du rprouv au rocher est celle qui simpose la postrit.

Certains chapitres sont plus thmatiques que rellement biographiques, dveloppant des considrations un peu vaines sur le nom de Sisyphe ou son hypothtique tombeau Corinthe (attest par aucune source antique). A partir du chapitre sur les enjeux de la reprsentation infernale (p.65), qui dveloppe les diffrentes interprtations du mythe du rocher de Sisyphe, les auteurs envisagent sa postrit littraire et philosophique. Cest la partie la plus intressante de louvrage. Lessai dAlbert Camus est bien videmment prsent, mais sans quune place trop importante lui soit accorde. Les auteurs prfrent nous faire connatre dautres uvres, dues Roger Caillois, Ilya Ehrenbourg, Franois Rachline (auteur dun roman rcent sur Sisyphe), Michel Serres, Wolfgang Borchert, Erich Fried, Gnter Grass, Martin Walser, Hans Magnus Enzensberger, Gnter Kunert... On nen donnera ici que deux exemples : les deux nouvelles de lcrivain lituanien contemporain Vytaute Zilinskaite, qui insistent, comme Camus, sur labsurdit de la condition sisyphenne (et humaine). La premire, Sisyphe et le sport, est un pastiche prsentant notre hros comme ayant paradoxalement bnfici de son chtiment pour muscler son corps autrefois obse et effmin, coach par un entraneur qui lui assure une nouvelle clbrit par un nouveau sport : le pousser de rocher. La seconde nouvelle, Sisyphe et les gardiens, pousse encore plus loin la critique. Les dieux ont attach Sisyphe un gardien, puis un second en raison du laxisme du premier qui laissait le rprouv se reposer. Chacun dispose dune maisonnette, mais la surveillance se relche. Les dieux ajoutent alors un troisime gardien, puis un quatrime, et ainsi de suite jusqu ce que cette multiplication aboutisse la formation de hameaux, puis de villages et enfin de villes. Sisyphe profite de lincurie du dispositif pour fausser compagnie ses pseudo-gardiens, et dcouvre notre monde moderne. Cherchant du travail, il finit par obtenir un poste de gardien de Sisyphe !

Lessai est agrable lire, et lon y dcouvre des auteurs souvent mconnus, mais lensemble sapparente plus une rverie sur le mythe de Sisyphe, un dveloppement littraire (avec des reconstitutions ou des hypothses sur certains pisodes de la vie de Sisyphe, comme lchec suppos de son mariage, et des rfrences littraires parfois bien loignes du sujet, et qui napparaissent quen raison dassociations dides et de thmes) qu une vritable tude sur le mythe. Les auteurs ne sont pas hellnistes ; on est beaucoup plus dans les lettres modernes que dans les lettres classiques. Cela ne serait pas gnant si quelques dveloppements ne sen trouvaient quelque peu gchs. Ainsi de la mention dEphyra, premire occupante du territoire de Corinthe daprs Pausanias : Fille dOcan, elle enveloppait dj la ville isthmique dans la rumeur de la mer toujours recommence (pp.20-21) ; cest oublier que lOcan tait pour les Grecs un fleuve cosmique entourant le monde, et que les Ocanides prsidaient aux eaux douces des sources, et non aux eaux sales qui taient plutt lapanage des Nrides On leur pardonnera en revanche la confusion entre Pygmalion et Deucalion (p.118), srement simple coquille, moins quil ne sagisse dun lapsus rvlateur transformant le frustre rocher de Sisyphe en statue de femme idale

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 08/07/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)