L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Karnak - dans l'objectif de Georges Legrain
de Gérard Réveillac et Michel Azim
CNRS éditions - Monographies du CRA 2004 /  140 €- 917  ffr. / 750 pages
ISBN : 2-271-06223-3
FORMAT : 25x33 cm

Coffret de deux volumes.

Prface de Jean Leclant.

L'auteur du compte rendu : professeur d'histoire dans le secondaire, Gal Saint Georges est en troisime cycle d'archologie Paris IV-Sorbonne. Il travaille actuellement sur l'archologue W. Donna et Delos.


Karnak en instantanés

Jai pour Karnak, une affection toute bte, celle quon a pour les enfants (). On les voit autrement quils ne sont rellement beaux et bien portants. Cest ainsi que larchologue Georges Legrain dcrit le site auquel il consacra vingt annes de sa vie au dbut du XXe sicle. Son nom reste jamais attach lhistoire des temples de Karnak : aprs de longs sicles de destructions dues au temps et la main des hommes, cest lui que revient le mrite de relever de ses ruines le plus grand ensemble monumental dEgypte.

Pourtant, malgr ses hauts faits, lhomme est rest dans lombre des Champollion, Mariette ou Maspero. Cet ouvrage, qui lui est entirement consacr, comme son travail titanesque, tente de combler cet oubli que lhistoire creuse si profondment ; oubli sans doute d la perte des archives et au peu de publications de cet homme de terrain. Les deux auteurs ont russi runir limmense collection de clichs stalant sur une vingtaine dannes, exclusivement consacre luvre de sa vie. Cest travers ces photos que M. Azim et G. Rveillac rappellent notre mmoire ce travailleur acharn des sables gyptiens.

Une figure pittoresque que ce Georges Legrain, enfant de Paris n en 1865, qui semble avoir t mordu trs jeune par le virus gyptien. Il est le type mme de lautodidacte : lve lEcole nationale des Beaux-Arts, il suit en parallle lEcole du Louvre, la Sorbonne et au Collge de France, les confrences des autorits en gyptologie tel Gaston Maspero. Ds 1889, il soutient sa thse de lEcole du Louvre sur un papyrus dmotique. Suivent des travaux sur des catalogues de collections gyptiennes jusquen 1892, o il devient membre de linstitut franais darchologie orientale du Caire. Durant trois annes, il continue se former et se familiarise avec le pays et le Nil sur divers chantiers. Cest sans aucun doute cette exprience acquise qui incite Jacques de Morgan, directeur du service des antiquits, lui confier, en novembre 1895, la direction des travaux de Karnak, nouvellement cre. La responsabilit de cet immense site monumental, quil faut faire renatre, dgager, fouiller, restaurer, occupera Legrain durant 22 ans. Il y prend la responsabilit doprations gigantesques et sans prcdent telles que la reconstruction de la plus grande salle hypostyle du monde ou bien la fouille de la cachette de Karnak, qui livre plus de 750 statues de pierre et 17000 de bronze. Unique europen sur place, il dirige seul les chantiers, faisant preuve tout au long de ces annes dune extraordinaire puissance de travail.

Ses archives ont t perdues, mais, par chance, il tait un excellent photographe, et cest travers plus de 1200 clichs retrouvs dans diffrents fonds que cet ouvrage apporte le tmoignage de son action infatigable, et illustre limmensit de la tche accomplie. Georges Legrain steint en 1917 Louqsor, prs du site auquel il consacra toute sa vie.

Louvrage retraant cette aventure archologique se prsente sous la forme de deux grands volumes, lun consacr aux textes (415 pages), lautre, entirement aux photographies (340 pages). Les deux auteurs, M. Azim, architecte-archologue spcialis dans lhistoire de larchologie et des travaux de Karnak, et G. Rveillac, photographe spcialis en archologie, ingnieur dtude au CNRS, tous deux anciens membres du Centre franco-gyptien dtude des temples de Karnak (CFEETK), amnent cette publication leurs connaissances respectives du site, de la photographie et sa technique, et de lhistoire des fouilles Karnak.

Le premier volume se compose de quatre grandes parties permettant de rendre compte, sous une forme agrablement compose, de lexactitude du travail de Legrain, en linsrant dans un contexte historique trs parlant. Ces grands chapitres trouvent des formes trs diverses, allant dexplications prcises et techniques une prsentation du Karnak du dbut du sicle. La premire partie sattache, sur une trentaine de pages, prsenter les origines diverses des clichs runis dans cet ouvrage et rend compte finalement du travail minutieux des deux auteurs pour retrouver toutes les traces possibles des photographies de G. Legrain. Le deuxime paragraphe se penche sur l'homme-mme, son parcours en Egypte et son installation Karnak. On peut suivre ainsi, travers de nombreux extraits de sa correspondance, notamment avec G. Maspero, la vie des chantiers, ltendue des comptences qui sont demandes notre archologue et les dcouvertes colossales comme celle de la cachette de Karnak.

Cette partie fait revivre brillamment le chantier et laisse percevoir travers les multiples anecdotes qui maillent le rcit, les chos presque perceptibles des chants des fellahs dgageant les pierres de leur cercueil de sable. Legrain y apparat alors comme un grand matre de chantier, adaptant, improvisant diverses techniques dingnieur sans en avoir la formation, redonnant splendeur au site millnaire. La troisime partie sattache plus prcisment la photographie et larchologie, en montrant que ces deux thmes se sont depuis dj trs longtemps rencontrs. Aprs un bref mais prcis historique de lutilisation de la photographie au cours du XIXe sicle dans larchologie, surtout celle de lOrient, et plus particulirement de lEgypte, les auteurs dressent le portrait du photographe Georges Legrain. Lon y dcouvre ses modes opratoires et lhomognit thmatique de cette collection qui lui confre une importance historique en tmoignant de lactivit dun des plus grands chantiers archologiques du monde. Enfin, dans un quatrime paragraphe, sur plus de 300 pages, dfile le catalogue raisonn de ces clichs. Suivant une partition topographique du site, chaque photo est prsente, parfois commente, chaque partie faisant lobjet dune description de la rgion du site prsent et dun bref historique du travail men par les quipes de Legrain.

Le deuxime volume est, quant lui, consacr ces centaines de photographies, classes suivant la mme rpartition que leur commentaire dans le premier volume. Sur chaque page se dcouvrent de deux six clichs en noir et blanc, prcis, dune bonne qualit qui permet une vision dans les dtails, judicieusement mis en valeur, laissant admirer ce site magique et le travail poustouflant de G. Legrain.

Lintrt dun ouvrage de ce type est double. Dabord, lapport scientifique est remarquable. En effet, la somme de donnes est considrable et la qualit des photographies et de leurs commentaires en font une rfrence de tout premier plan. Mais la description du chantier travers les textes, les correspondances de Legrain lui-mme et ses clichs font aussi renatre une poque, une discipline, des mthodes de mise en valeur dun site qui en prsente toujours lhritage. Le chantier de Karnak se meut alors sous nos yeux, cent ans dintervalle, et donne ces deux volumes une originalit apprciable. Cet ouvrage et donc la fois un livre de science mais aussi un rcit fascinant dune priode o larchologie faisait ses premiers pas.

Le public est alors double lui aussi. Les scientifiques pourront tudier les multiples clichs savamment rpertoris et utiliser ces deux volumes comme une banque de donnes considrable sur le site lui-mme et son amnagement ; dautres, plus soucieux de parcourir les pages pour le plaisir, ou pour lamour si franais - de lEgypte, dcouvriront une poque renaissante entre les textes savoureux et les images si parlantes dun Karnak immortel. Ce site, mondialement connu, apparat alors sous un autre angle, le regard de Georges Legrain.

Gaël Saint Georges
( Mis en ligne le 14/12/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)