L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Le Livre du Prince Shang
de Shang Yang
Flammarion 2005 /  21 €- 137.55  ffr. / 215 pages
ISBN : 2-08-210493-1
FORMAT : 14 x 21 cm

Prsentation et traduction de Jean Lvi.

Les auteurs du compte rendu : Jean-Pierre Sarmant, agrg de lUniversit, est inspecteur gnral honoraire de lducation nationale. Thierry Sarmant, archiviste-palographe, docteur de luniversit de Paris I, est conservateur en chef du patrimoine.


Un Machiavel chinois ?

Le Shangjun Shu est un trait politique dont lauteur, premier ministre du royaume de Qin, est mort en 338 avant notre re. Sans tre aussi clbre que le trait de lart de la guerre de Sunzi, luvre de Shang a inspir plusieurs gnrations de dirigeants chinois. Le livre est crit lpoque, bien nomme, des Royaumes combattants, dans une Chine divise en six ou sept tats dont chacun aspire rtablir lEmpire son profit. La lutte est permanente, alternant grandes manuvres diplomatiques et combats acharns.

Sans nuances et avec maintes rptitions, Shang dveloppe un raisonnement qui se laisse facilement rsumer : la grandeur de ltat, but suprme du gouvernement, est assure par la puissance militaire. Seule lagriculture permet la mobilisation des ressources ncessaires la guerre totale. Les autres activits le commerce, les lettres et les arts, particulirement mpriss , doivent tre dcourages. Lindispensable organisation de la socit doit tre assure par des lois crites implacables, appliques avec la plus extrme svrit par une administration dont les serviteurs nont nul besoin dtre intelligents. Le trait de Shang et, plus gnralement, la pense de lcole des lgistes laquelle appartient ce dernier, ont inspir laction de Qin Shi Huangdi, impitoyable unificateur de la Chine (-221) et grand destructeur des livres.

Dans une prsentation dune cinquantaine de pages, Jean Lvi dcrit le contexte de louvrage et prvient du caractre incertain de nombre de passages du texte corrompu et probablement composite qui nous est parvenu. Sans sencombrer de notes pour justifier ses choix, ce qui pourra tre regrett par les spcialistes, il cherche surtout rendre la vigueur du style dun auteur amoureux de la formule. Que lon en juge : En levant ses sujets, on avilit la nation, en avilissant ses sujets, on lve la nation ; Un prince clair manifeste son amour son peuple en renforant les chtiments et en lsinant sur les rcompenses ; On gouverne un pays en supprimant les chtiments par leur brutalit mme ; Un prince avis nimite pas servilement lAntiquit ; Il sera pauvre dans un monde en paix, esclave dans un monde en guerre, celui qui administre un tat selon les dix vermines confucennes ; Dbarrass des lettres et des arts, le pays crotra en puissance.

Les maximes cyniques de Shang sont moins connues que le bienveillant humanisme confucen, quil abhorrait et qui, restaur aprs Qin Shi Huangdi, sest impos pour longtemps comme la pense officielle chinoise. Son uvre nest toutefois pas reste sans postrit, et il nest pas interdit de voir dans les excs iconoclastes de la Rvolution culturelle de 1966 une rsurgence de lutopie autarcique du retour la terre propose par Shang. Pour qui a vcu au XXe sicle, ltat idal de Shang voque enfin les systmes totalitaires, voire le 1984 de George Orwell, o lautorit du Grand Leader est assure par la permanence de la guerre.

Le Livre du Prince Shang mrite donc dtre connu du public franais comme lune des sources de la pense politique chinoise.

Jean-Pierre et Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 23/03/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)