L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Les Apologistes grecs du IIe siècle
de Bernard Pouderon
Cerf - Initiation aux Pères de l'Eglise 2005 /  35 €- 229.25  ffr. / 355 pages
ISBN : 2-204-07531-0
FORMAT : 13,5cm x 21,5cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Dalmon, diplm de lI.E.P. de Toulouse, est titulaire dune matrise en histoire ancienne et dun DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien lve de lInstitut Rgional dAdministration de Bastia et ancien professeur dhistoire-gographie, il est actuellement lve conservateur lEcole Nationale Suprieure des Sciences de lInformation et des Bibliothques. Il est engag dans un travail de thse en histoire sur les cultes et reprsentations des Nymphes en Grce ancienne.

Initiation aux Pères de l’Eglise du IIe siècle

Les ditions du Cerf nous offrent, dans leur collection Initiations aux Pres de lEglise, un ouvrage de Bernard Pouderon, professeur de grec ancien luniversit de Tours, qui sintresse ici plus particulirement aux apologistes grecs du IIe sicle.

Les apologistes (ou apologtes) sont des crivains de lEglise ancienne, dont les ouvrages, rdigs en grec ou en latin, eurent pour objet la sauvegarde et lillustration de la religion chrtienne, de sa doctrine et de ses communauts. Mais plus que la finalit de dfense du christianisme, cest surtout le public vis qui constitue leur point commun. En effet, leurs ouvrages ont pour but de prsenter ceux qui sont en dehors de la communaut (autorits, public paen, Juifs, hrtiques) la doctrine et la vie chrtiennes, tentant dtablir avec eux une forme de dialogue, ft-il polmique.

Lapologtique chrtienne stend ainsi des crits de Paul au triomphe total (intellectuel et politique) du christianisme sur le paganisme (vers le Ve sicle). Mais lon applique plus particulirement le qualificatif dapologistes une gnration dauteurs dont lactivit dcriture a t consacre presque exclusivement la dfense du christianisme dans des temps o il tait fort menac, cest--dire lpoque des empereurs de la dynastie antonine (de Trajan Commode). On les appelle au reste Pres apologistes pour les distinguer en amont des Pres apostoliques censs reprsenter la gnration des successeurs des aptres, et, en aval, de divers pasteurs, thologiens, exgtes, polmistes et potes depuis Irne de Lyon ou Clment dAlexandrie jusqu Jean Damascne (qui marque le terme de lpoque patristique).

La priode des apologistes correspond une phase dexpansion du christianisme, qui ne se dtache clairement du judasme que vers la fin du Ier sicle. Cette mergence au grand jour de la communaut donne lieu, de la part de lautorit impriale, une srie de rescrits et dordonnances ; les chrtiens commencent apparatre dans les dbats des intellectuels et figurer dans la littrature (Lucien, Epictte, Galien, Marc Aurle... Fronton et Celse rdigent mme des ouvrages polmiques dirigs contre eux). Ils paraissent bousculer lordre religieux paen, constituant une menace la fois politique, identitaire et idologique. Ils trouvent dailleurs une rplique sur chacun de ces trois fronts, travers les poursuites devant les tribunaux, les perscutions populaires et les controverses intellectuelles. Les uvres des apologistes reprsentent la rponse des communauts chrtiennes cette triple menace.

La premire partie de louvrage constitue une introduction gnrale la littrature apologtique. Il prsente tout dabord un contexte politique et social qui correspond lapoge du principat. Mme si les rescrits constituent le fondement juridique des perscutions, la rpression nest pas constante, dautant moins que les autorits refusent les dnonciations anonymes et les plaintes collectives, malgr ltablissement dun dlit de christianisme, contre lequel les apologistes sinsurgent. Ils marquent leur attachement (voire leur allgeance) lEmpire, et tiennent se dmarquer de la rbellion juive qui conduit la seconde chute de Jrusalem, affirmant ainsi leur identit propre face au judasme. On a cependant quelque peu de mal suivre lauteur quand il affirme que le paganisme, au IIe sicle, tait en perte de vitesse (p.37), remarque qui semble sinscrire dans le sens dune lecture tlologique de lhistoire du christianisme. Il reste que le paysage religieux est trs vari, entre la promotion du culte imprial par les autorits (qui fait lobjet dune certaine acceptation de la part de quelques chrtiens, mme sils refusent la dignit de divinit lEmpereur), le dveloppement des cultes orientaux (mais Cyble est prsente Rome depuis les guerres Puniques) et la philosophie (notamment le platonisme et le stocisme). Les apologistes se prsentent dailleurs eux-mmes comme des philosophes. La controverse est vive galement avec les Gnostiques, qui attribuent la cration une ou plusieurs puissances infrieures (un dmiurge assimil au Dieu Juste mais Jaloux de lAncien Testament, distingu du Dieu dAmour du Nouveau Testament, ou des anges crateurs appels aussi ons).

Face aux attaques de leurs ennemis, les apologistes sattachent dfinir un idal du chrtien comme modle de pit et de religion, modle de perfection morale, mais aussi modle du bon citoyen. Cependant, ils ne constituent pas toujours un front commun. Ainsi, face la culture grecque, la plupart marquent un attachement qui sexplique par leur formation initiale davant la conversion, mais Tatien tend son rejet du paganisme lensemble de lunivers culturel hellne. Les Apologies ne sont pas des traits thologiques, mais elles constituent de prcieux tmoignages de llaboration du dogme au IIe sicle. Elles dfendent la foi en lexistence dun Dieu unique, tablie par la raison. Pourtant, cest aussi en elles que l'on trouve les premires tentatives pour rendre compte de la distinction trinitaire des personnes dans lunit divine. Le Fils, qualifi de Logos, est prsent comme lIntellect ou la Raison du Pre. LEsprit, en revanche, nest jamais appel Dieu (tout au plus est-il qualifi de divin dans son rle de lien entre le Pre et le Fils). Malgr ces distinctions, la personne de Jsus comme fondateur historique de la secte chrtienne napparat gure. La dmonologie assimile gnralement les dieux du paganisme aux anges rebelles, leur reconnaissant ainsi une certaine forme de pouvoir (divination, gurisons). Le pch originel est en grande majorit ignor, et le salut est rarement prsent comme la consquence de lincarnation et la ranon de la Passion.

Dans les trois autres parties de louvrage, ltude se poursuit par lanalyse monographique de chacun des apologistes, en distinguant les grands moments de lvolution du genre. Bernard Pouderon sintresse dabord la naissance et au dveloppement de lapologtique chrtienne, dont lApologie dAristide fournit le plus bel exemple, jusqu son apoge, reprsente par les uvres de Justin, qui se caractrisent toutes par ladresse lempereur. Il analyse ensuite la diversification des publics et des formes, depuis le Discours aux Grecs de Tatien jusqu lcrit anonyme A Diognte, en passant par les ouvrages dAthnagore dAthnes, Mliton de Sardes, Thophile dAntioche, et les Apologies perdues de Miltiade et Apollinaire dHirapolis. Il termine sur ltude de quelques uvres anonymes ou pseudpigraphiques.

La conclusion souligne que, malgr lchec de ce type daction sur le plan politique (les empereurs ne se convertissent pas avant Constantin au IVe sicle), la production douvrages apologtiques ne sarrte pas au IIe sicle, puisque la tradition est prolonge par le Protreptique de Clment et le Contre Celse dOrigne. Elle se poursuit bien au-del de la victoire du christianisme, avec des auteurs comme Eusbe, Athanase, Cyrille dAlexandrie et Thodoret, sans oublier, dans le monde latin, Tertullien, Minucius Felix, Cyprien, Arnobe, Lactance et mme Augustin. Cependant, lapologtique noccupe plus chez ces auteurs quune place secondaire ; le temps est maintenant venu des exgtes, des pasteurs et des thologiens, qui vont approfondir la construction de la doctrine chrtienne et la dfinition de ses dogmes.

Bernard Pouderon signale enfin un autre intrt de ces uvres apologtiques : elles constituent en effet une de nos meilleures sources crites pour la connaissance du polythisme antique, tant par des allusions des mythes ou des rituels que par leurs emprunts aux traditions grecques sur le divin, le cosmos ou la nature de lhomme. Elles ont ainsi esquiss les premiers rapprochements entre la foi chrtienne et la philosophie, contribuant largement la naissance dune littrature nouvelle.

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 19/01/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)