L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Fragments poétiques
de Callimaque
Les Belles Lettres - Fragments 2006 /  33 €- 216.15  ffr. / 308 pages
ISBN : 2-251-74204-2
FORMAT : 13,5cm x 21,0cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Dalmon, diplm de lI.E.P. de Toulouse, est titulaire dune matrise en histoire ancienne et dun DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien lve de lInstitut Rgional dAdministration de Bastia et ancien professeur dhistoire-gographie, il est actuellement lve conservateur lEcole Nationale Suprieure des Sciences de lInformation et des Bibliothques. Il est engag dans un travail de thse en histoire sur les cultes et reprsentations des Nymphes en Grce ancienne.

Restes fragmentaires d’un bibliothécaire poète

Le grand anctre de la bibliothconomie, Callimaque de Cyrne, a paradoxalement laiss peu dcrits complets part les Hymnes consacrs Zeus, Apollon, Artmis, Dlos, Pallas et Dmter. Ces derniers ont fait lobjet en 1925 dune dition bilingue par Emile Cahen dans la Collection des Universits de France, refondue en 1939 et rgulirement rdite depuis, intgrant galement des fragments duvres diverses, notamment lHcal, les Origines, les Iambes, des pigrammes et pices lyriques, et des lgies.

Le mme diteur propose dornavant dans la collection Fragments un panorama plus large de ces morceaux duvres transmis par lintermdiaire de papyrus nouvellement dcouverts ou de citations chez dautres auteurs (sans ngliger les scholies). Les textes sont traduits et comments par Yannick Durbec, docteur de lUniversit de Provence, qui a soutenu en 2004 une thse sur les livres III et IV des Origines, sous la direction de Didier Pralon.

Callimaque de Cyrne fut au IIIe sicle av. J.-C. un acteur majeur de la vie intellectuelle alexandrine, la fois homme de cour, pote, et philologue. Sil ne fut jamais responsable de la Bibliothque dAlexandrie, il en ralisa nanmoins le premier catalogue systmatique, sous forme de Pinakes (Tables) en cent vingt rouleaux. Le peu qui en a t prserv laisse entrevoir limpressionnante rudition de lauteur, qui classa les uvres en grands champs du savoir, mais aussi par genres et formes pour les textes potiques. Luvre potique du bibliothcaire accueillit aussi cette rudition qui prit galement la forme de recueils savants qui nont malheureusement pas t conservs : Collection des merveilles de la terre habite classes par lieux ; Coutumes barbares ; Sur les jeux ; Sur les fleuves de la terre habit ; Fondations des les et des cits et leurs changements de noms ; Sur les vents ; Sur les oiseaux, etc Malgr sa notorit lpoque hellnistique, romaine, puis byzantine, peu de chose subsiste de cette uvre formidable, de nombreux manuscrits ayant notamment disparu lors de la conqute de Constantinople par les Croiss au dbut du XIIIe sicle ap. J.-C. Depuis sa redcouverte par les humanistes de la renaissance, luvre de Callimaque a fait lobjet de nombreuses ditions, dont les plus marquantes sont celles de lallemand R. Pfeiffer en 1943 et 1953. La fin du XXe sicle fut une priode faste pour les tudes callimachennes, qui intgrrent les papyrus dcouverts depuis lors et rditrent certains fragments.

La premire uvre potique retenue ici, les Origines ou Aitia, regroupe des pomes tiologiques qui donnent leur nom au recueil. Il sagit de mythes raconts non pour eux-mmes, mais comme explications dune crmonie ou dune pratique curieuse, le fait antique tant considr comme la cause (aition) de lusage moderne. Le but est ainsi de rendre compte de pratiques cultuelles et rituelles devenues incomprhensibles. Deux pomes ddis lpouse de Ptolme III Evergte, Brnice II (originaire de Cyrne comme Callimaque), encadrent les deux derniers livres des Origines : la Victoire de Brnice (pinicie en lhonneur de son attelage qui remporta la victoire aux Jeux Nmens) et la clbre Boucle de Brnice qui voque la disparition de loffrande dune boucle de cheveux par la reine, que lastronome de la cour prtendit avoir dcouverte dans une constellation jusque l inconnue.

La seconde uvre dont les fragments sont ici repris, les Iambes (pomes o est utilis le mtre iambique), a jusqu prsent peu attir lattention des spcialistes. Elle se situe dans la tradition de la posie iambique archaque, volontiers satirique. Les rudits contemporains, les membres du Muse, semblent tre ainsi lobjet des attaques de Callimaque dans le cadre de polmiques littraires.

LHcal est un petit pome pique ayant pour hros le jeune Thse. Largument du pome a t prserv : le jeune homme, reconnu par son pre Ege son arrive Athnes, malgr les machinations de Mde, part combattre le taureau qui dvastait Marathon. Pris dans une tempte, il trouve refuge chez une vieille femme pauvre, Hcal, qui lui offre lhospitalit de son humble cabane. Aprs avoir triomph du monstrueux animal, Thse veut rendre hommage celle qui la si bien reu, mais il apprend la mort de son htesse. Il lve alors un autel Zeus Hcalios et tablit son culte. Le pome est ainsi destin expliquer le nom et le culte du dme attique dHcal. Sa reconstitution a donn lieu de multiples hypothses, lditeur retenant ici celle dA.S. Hollis (Callimachus Hecale, Oxford, 1990), bien loigne de celle retenue par Emile Cahen dans la Collection des Universits de France. Viennent ensuite des fragments de pomes piques et lgiaques connus galement par des papyrus ou des citations. Louvrage se termine sur le purgatoire des fragments de place incertaine, rubrique que lditeur, optimiste, espre voir terme disparatre.

Une bibliographie actualise dune vingtaine de pages, classe par ordre alphabtique dauteurs, donne des pistes utiles pour la recherche. Trois index (dieux et personnages mythologiques, peuples et noms gographiques, personnages historiques) permettent de sy retrouver, mais un index supplmentaire avec une table de correspondance des fragments aurait galement t trs utile pour faciliter la recherche et surtout avoir une meilleure vue densemble, permettant de meilleures comparaisons avec la vieille dition dEmile Cahen. Lintroduction, bien quun peu courte (huit pages), prsente bien les problmes, galement abords dans les utiles notes de bas de page qui accompagnent la traduction. Il faut donc saluer ldition de ces fragments de Callimaque, qui contribue mieux faire connatre les chemins peu frquents, en France, de la posie hellnistique.

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 04/01/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)