L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Antiquité & préhistoire  

Séduire comme un dieu - Leçons de flirt antique
de Laure de Chantal et Karine Descoings
Les Belles Lettres - Signets 2008 /  13 €- 85.15  ffr. / 332 pages
ISBN : 978-2-251-03003-6
FORMAT : 11cm x 18cm

L'auteur du compte rendu : Sbastien Dalmon, diplm de lI.E.P. de Toulouse, est titulaire dune matrise en histoire ancienne et dun DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien lve de lInstitut Rgional dAdministration de Bastia et ancien professeur dhistoire-gographie, il est actuellement conservateur la Bibliothque Interuniversitaire Cujas Paris. Il est engag dans un travail de thse en histoire sur les cultes et reprsentations des Nymphes en Grce ancienne.

Amours antiques

Aprs un panthon en poche et un guide de cuisine antique, la nouvelle collection Signets des Belles Lettres senrichit dun troisime ouvrage consacr la sduction, lamour et la sexualit. Le principe reste le mme: Laure de Chantal, assiste cette fois de Karine Descoings, comme elle normalienne et agrge de lettres classiques, prsente plusieurs textes dauteurs grecs et latins, prcds chaque fois dune courte prsentation.

Le livre souvre sur un entretien avec la neurobiologiste Lucy Vincent, auteur de plusieurs ouvrages, chez Odile Jacob, sur le sentiment amoureux: Comment devient-on amoureux? (2004), Petits arrangements avec lamour (2005), O est pass lamour? (2007). Elle y rappelle que la sduction luvre dans le rapport amoureux nest quun aspect dune tendance humaine plus vaste, que lon retrouve notamment en politique, et qui cherche amener lautre adhrer son point de vue et ses valeurs. Selon elle, dans le cas de lamour sexuel, on choisit son partenaire en fonction de critres naturels mis en place par lvolution pour la survie de lespce, le but tant de transmettre ses gnes dans les meilleures conditions la gnration suivante. Si les phromones et la chimie du cerveau jouent un rle certain, dautres facteurs doivent galement tre pris en considration dans le cadre de la transformation dun coup de foudre en relation durable (intrts intellectuels et valeurs communes, confiance, complicit). Mais dans lensemble, elle donne la primaut au biologique sur le culturel. Sa reprsentation de la femme comme objet recherch et dsir, et de lhomme comme chasseur qui doit la sduire, en tout temps et en tout lieu, apparat quelque peu contestable, de mme lide que les diffrences physiques entre les sexes commandent des attitudes comportementales distinctes. On pourra utilement se reporter, en contrepoint, aux travaux de Catherine Vidal et Dorothe Benoit-Browaeys (Cerveau, sexe et pouvoir, Belin, 2005) critiquant le dterminisme biologique entre les sexes et mettant plutt laccent sur lextraordinaire plasticit du cerveau.

Lanthologie dbute par des textes sur les divinits de lamour, Eros et Aphrodite. Le premier, puissance primordiale dans la Thogonie dHsiode, devient pour des potes plus tardifs lenfant de la seconde, dont Platon interprte philosophiquement deux piclses rituelles (Ourania et Pandmos) comme des reprsentations, respectivement, de lamour sacr et de lamour profane. Viennent ensuite les portraits des grands sducteurs (Zeus et ses multiples amours avec desses et mortelles, Narcisse pris son propre pige, ou encore, dans lhistoire romaine, le grand Csar lui-mme) et de leurs contreparties fminines (les Sirnes du mythe homrique, Aspasie, Cloptre ou la scandaleuse Clodia clbre par Catulle et vilipende par Cicron). En contrepoint viennent les rcits dchecs retentissants: Priape fui par les Nymphes (Ovide, Fastes) ou Socrate repoussant les avances du bel Alcibiade (Platon, Le Banquet). Les textes suivants prsentent les thories des Anciens sur lamour. Platon rend compte des lois de lattraction amoureuse par la sparation en deux des androgynes, hommes et femmes primordiaux, qui tentent depuis lors de retrouver leur moiti perdue. Mais de nombreux auteurs (notamment les philosophes picuriens et les mdecins) ont analys le sentiment amoureux comme une maladie laquelle on doit prfrer les joies simples du sexe.

Viennent ensuite des textes sur les prolgomnes de lamour. Il sagit de savoir qui lon peut sduire, et quel ge. A Athnes, les femmes maries et les jeunes filles libres sont surveilles de prs. Lamour des garons nest pas plus facile, quand il a lieu entre hommes libres, la pdrastie restant une institution trs codifie. Les amours ancillaires ou tarifes sont ainsi facilites. Les sources antiques nous dvoilent galement les lieux de rencontre prfrs des sducteurs et des amoureux. Les meilleures occasions se trouvent naturellement, pour les amateurs de jeunes phbes, dans les gymnases et les palestres, mais galement sur les places publiques, les promenades ou dans les banquets. A Rome, comme nous le montre Ovide dans lArt daimer, les spectacles permettent de faire une cour discrte mais efficace sa jolie voisine. Dans de nombreux cas, il sagit en fait de guetter les moments propices.

Une part non ngligeable des extraits proposs ici voque les canons de beaut de lpoque: la clart du teint et des cheveux est gnralement apprcie, dautant plus quelle semble avoir t rare. Le poil est, pour les hommes comme pour les femmes, lennemi de la beaut. Les gestes et les attitudes ont aussi leur importance. Ainsi, une femme qui rougit est dj moiti conquise; au banquet, boire dans la mme coupe que ltre dsir quivaut un baiser. La parure nest pas ngliger. Si certains dnoncent les prils des produits cosmtiques antiques (empoisonnement la cruse, teintures abmant les cheveux), tous ne font pas lapologie du naturel. Des auteurs comme Ovide ne se privent pas de donner des conseils aux femmes pour mettre en valeur leurs atouts ou mme crer leur beaut de toutes pices. Tous les domaines sont explors, de la dmarche au vtement en passant par les attitudes, les bijoux ou les parfums. Des stratgies particulires peuvent galement tre appliques, comme lart de bien sentourer (rien de tel que de choisir pour compagnes des amies un peu moins jolies), lart des beaux discours ou les manuvres visant exciter la jalousie de ltre aim.

Quand il sagit de faire sa cour, cest gnralement lhomme de faire les premiers pas. Le jeu est dautant plus ardu que les belles sont surveilles. Les courtisanes, elles, ont souvent le verbe haut et ne se laissent gure impressionner. Ovide conseille quant lui les banalits, assorties de politesses et de compliments, pour se montrer sous un jour flatteur sans pour autant tre insistant. illades et billets doux ont aussi un rle jouer. Les cadeaux sont souvent le meilleur moyen dattendrir les curs des filles, ou des garons, mais aussi ceux de leurs pres. Avant-got des treintes, le baiser est gnralement promesse de jouissances dlicieuses. Pour les Romains, les baisers des pueri delicati semblent mme tre considrs comme une volupt suprieure au cot (voir ce propos louvrage de Thierry Eloi et Florence Dupont, LErotisme masculin dans la Rome antique, Belin, 2001). Il sagit surtout, un moment donn, de dclarer clairement sa flamme, ce qui est parfois difficile, par exemple pour la Phdre de Snque. Mais il arrive que la proie rsiste et choisisse de se faire dsirer avant de sabandonner. Il peut sagir bien souvent dune tactique pour obtenir ce que lon veut de lamoureux, notamment un mariage. Ou bien, quand elle sest donne, la belle songe rveiller lamour assoupi en le piquant au vif. Vient ensuite ltape dcisive des bats sexuels. Les textes ne sont pas ici les plus explicites, part dans les pigrammes ou les conseils dOvide la femme pour choisir la position la plus son avantage pour le cot.

Si lamour nest pas pay de retour, il reste, en dsespoir de cause, les stratagmes amoureux que constituent les larmes, les ruses, mais aussi les philtres, potions et envotements auxquels se rvlent expertes nombre danciennes courtisanes ne pouvant plus vivre de leurs charmes. Dans le monde des dieux, Zeus nhsite pas recourir la mtamorphose pour parvenir ses fins, tandis que certaines Nymphes demandent tre transformes en vgtaux pour chapper leurs poursuivants divins (Daphn avec Apollon, Syrinx avec Pan). Pour lhomme qui dsire sans tre dsir, il reste toujours la possibilit davoir recours la violence. Le rapt est en effet au cur de nombreux rcits consacrs des histoires damour, et il peut avoir des consquences dsastreuses, comme le souligne Hrodote qui y voit, depuis Io, Europe, Mde ou encore Hlne de Troie, les origines lointaines du ressentiment qui conduit aux guerres Mdiques.

Cependant, mme si lamour est partag, il sagit de le faire durer. En effet, rares sont les vainqueurs qui, comme Philmon et Baucis, saiment au soir de leur vie comme laube de leur passion. Ovide consacre ainsi un livre entier de son Art daimer aux moyens de changer une passion ou une passade en amour durable. Mais la rupture est parfois invitable, en raison des circonstances hostiles, du poids des traditions, des obligations, ou tout simplement de lusure du quotidien entranant le dsamour. Celles qui sont dlaisses peuvent faire montre dune violence peu commune, comme Jason ou Ene lapprennent leurs dpens. Ovide apporte aux dlaisss des raisons de se consoler dans ses Remdes lamour. De plus, mariage et amour ne vont pas toujours forcment de pair dans lAntiquit. Lunion matrimoniale constitue en effet avant tout un contrat et une communion dintrts entre deux familles, o largent et la production dhritiers ont gnralement plus dimportance que les sentiments.

Ce florilge de textes antiques, qui aurait peut-tre davantage gagn distinguer les amours mythiques des amours rels, et dont larticulation des textes au plan parat parfois un peu superficielle, offre nanmoins une initiation riche et intressante sur le sujet, avec des textes parfois peu connus et souvent savoureux, voire comiques. Ce vaste tableau est suivi en annexe dun texte de lhumaniste Marsile Ficin commentant Le Banquet de Platon, et oprant la synthse entre les traditions no-platoniciennes, hermtiques et chrtiennes. Cest chez lui que par la suite les potes rotiques puiseront les lments de reprsentation de lamour platonique, tout en les affadissant considrablement. Miroir dformant dune trompeuse familiarit qui nest pas sans pige pour ceux qui tudient lamour et la sexualit des Anciens, dont les normes morales taient bien loignes des ntres

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 09/09/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)