L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Moyen-Age  

Archéologie du judaïsme en France et en Europe
de Paul Salmona , Laurence Sigal et Collectif
La Découverte 2011 /  25 €- 163.75  ffr. / 357 pages
ISBN : 978-2-7071-6694-4
FORMAT : 13,7cm x 22,2cm

L'auteur du compte rendu : Emmanuel Bain est agrg dhistoire et docteur en histoire mdivale. Sa thse a port sur glise, richesse et pauvret dans lOccident mdival. Lexgse des vangiles aux XIIe-XIIIe sicles.

Présence du judaïsme en occident antique et médiéval

Le dveloppement de larchologie prventive dans les annes 1990-2000 a permis un enrichissement important des connaissances historiques, dont les rsultats sont malheureusement trop souvent peu diffuss auprs du grand public. Le volume dirig par Paul Salmona et Laurence Sigal sur LArchologie du judasme en France et en Europe rpond justement la volont de pallier cette lacune en diffusant les rsultats des dcouvertes rcentes. Fruit dun colloque tenu en 2010, il est dj publi, qui plus est un prix trs abordable, et dans une langue facile daccs.

Ce volume ne constitue pas un tat des lieux complet de larchologie du judasme en Europe, qui serait centr sur les sites les plus importants; il prsente les rsultats des fouilles rcentes, en France et dans toute lEurope. Aprs une introduction gnrale de P. Salmona, il est structur en trois grandes parties, chacune ouverte par un article plus gnral suivi de plusieurs cas prcis. La premire partie porte sur les juifs dans lAntiquit: la prsentation globale de Mireille Hadas-Lebel est suivie par les cas des catacombes juives de Rome, et de synagogues en Albanie et Syracuse. La seconde partie porte sur le Moyen ge: la prsentation de Danile Iancu-Agou est dveloppe par les rsultats de fouilles Cologne, Tolde, Trets, Ratisbonne, en Sardaigne, Saint-Paul-Trois-Chteaux, Montpellier, Metz, Lagny-sur-Marne, Orlans, Buda et dans le Comtat Venaissin. La troisime partie porte sur les ncropoles juives: les problmes spcifiques de ces fouilles sont abords par Neil Asher Silberman, et illustrs par les exemples dEnnezat, de Trrega, de Lucena, de Prague, de Tolde et de Chteauroux.

De ces diffrents exemples ressortent un certain nombre dapports et de questions. Le premier rsultat majeur est de souligner la permanence et limportance de la prsence juive en Europe de lAntiquit la fin du Moyen ge. Lexistence dau moins six catacombes juives Rome, construites au mme moment que celles des chrtiens, et de centaines dinscriptions en latin, en grec ou en hbreu, rappelle limportance de la communaut juive dans la capitale de lEmpire. Mais celle-ci se retrouvait aussi en Gaule, en Grce, dans les villes allemandes de commerce, ou dans des espaces plus priphriques comme en Sardaigne. Il ne semble pas quil y ait de solution de continuit avec la priode mdivale. Les juifs sont alors prsents dans toute ville, et pas seulement dans les grands centres bien connus comme Rouen, Troyes ou Montpellier. En Comtat Venaissin, la protection des papes est aussi un phnomne bien connu. Mais mme des petites villes ont pu recevoir dimportantes communauts: la taille du cimetire juif dcouvert Ennezat est tonnante, et cest Saint-Paul-Trois-Chteaux dans la Drme qua t retrouve une des plus grandes arches saintes hbraques du Moyen ge. Malgr des perscutions, malgr des expulsions, larchologie montre la reconstitution rgulire des communauts juives en Europe et leur prsence en chaque ville antique ou mdivale.

Un second enjeu de cet ouvrage sur larchologie du judasme est dtudier la faon dont la prsence juive sinscrit dans lespace des cits. Les btiments cultuels, synagogues et mikve, continuent certes attirer lattention des archologues et des pouvoirs publics, et ce livre prsente nombre dentre eux, de taille parfois imposante. Mais un des objectifs de la recherche actuelle que prsente ce livre, consiste ne pas limiter les investigations ces grands marqueurs identitaires, pour sintresser lensemble du quartier juif avec ses coles, ses maisons plus ou moins riches les traces des activits et des consommations, et les ncropoles. Il sagit, grce aux archives du sol, de retrouver la culture matrielle des juifs du Moyen ge.

Cette dmarche soulve la question centrale des rapports entre juifs et chrtiens. Tous les auteurs de ce colloque ne labordent pas de faon identique, mais la plupart cherchent tout de mme remettre en question lide dune sparation nette entre juifs et chrtiens. Les quartiers juifs ne sont pas systmatiquement en-dehors des villes; les modes de construction des maisons, les objets utiliss, les formes dinhumation sont souvent trs semblables ceux des chrtiens. Une des principales difficults de larchologie juive est dailleurs de sassurer du caractre juif ou non des btiments fouills. Lexistence des quartiers juifs eux-mmes nest pas ncessairement le rsultat dune politique discriminatoire ou dune exclusion. Lintgration des communauts juives dans la cit est un des lments que soulignent nombre denqutes de cet ouvrage, tout en laissant ouverte la question des diffrences.

Ces enqutes se heurtent toutefois de nombreuses difficults qui sont invitablement prsentes tout au long de louvrage, mme si certains articles y sont plus spcifiquement consacrs (en particulier ceux de Max Polonovski et de N. A. Silberman). Comme dans toute archologie durgence se pose rgulirement le problme du manque de temps et de la pression des promoteurs. cela sajoute lintrt trs ingal manifest par les autorits politiques qui, dailleurs, mme quand elles manifestent cet intrt, le rduisent le plus souvent ce qui est touristiquement exploitable, cest--dire aux btiments cultuels. Il est toutefois plus triste de constater combien des conflits de personnes ou dinstitution peuvent nuire dimportants chantiers, comme ce fut le cas pour Rouen. Existent enfin des obstacles plus fondamentaux. Nous avons dj parl des problmes dinterprtation et il nest pas rare dhsiter entre btiment chrtien ou btiment juif. Mais ce doute est lui-mme rvlateur et digne dintrt. Lobstacle des rgles religieuses est plus dlicat. La fouille des cimetires juifs est un des secteurs qui pourraient ouvrir le plus de perspectives, mais se heurte souvent lhostilit des autorits religieuses soucieuses de faire respecter le principe selon lequel il ne faut pas dranger les morts. Se heurtent ainsi deux approches diffrentes dont les enjeux sont prsents en diffrents articles.

La publication de cet ouvrage est une chance qui permet au grand public dtre inform de recherches rcentes qui renouvellent la connaissance et lapproche de la prsence juive en Europe dans lAntiquit et au Moyen ge. On est simplement surpris quil ny ait pas un mot douverture sur les priodes postrieures.

Emmanuel Bain
( Mis en ligne le 01/03/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)