L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Moyen-Age  

Commentaire sur la Genèse
de Angélome de Luxeuil
Cerf - Sagesses Chrétiennes 2010 /  29 €- 189.95  ffr. / 313 pages
ISBN : 978-2-204-09118-3
FORMAT : 12,6cm x 19,5cm

Traduction de Pierre Monat

L'auteur du compte rendu : Emmanuel Bain est agrg dhistoire et docteur en histoire mdivale. Sa thse a port sur glise, richesse et pauvret dans lOccident mdival. Lexgse des vangiles aux XIIe-XIIIe sicles.


Lectio divina ?

Angelome de Luxeuil est peu connu: il a vcu lessentiel de sa vie au monastre de Luxeuil dans la premire moiti du IXe sicle, en cette poque de renaissance carolingienne. Comme beaucoup dexgtes mdivaux, il nest connu que par les commentaires quil a laisss, en loccurrence sur la Gense, les Livres des rois et le Cantique. Le dernier volume de la collection Sagesses Chrtiennes propose une traduction du commentaire de la Gense, fonde sur le texte latin dit au XIXe sicle dans la Patrologie Latine. Cest un travail utile et courageux auquel sest livr Pierre Monat car le latin de ces commentaires, aux dmarches qui peuvent parfois sembler contournes, nest pas simple rendre en franais.

Ce volume permet ainsi au lecteur francophone de dcouvrir lexgse mdivale telle quelle tait couramment pratique dans les monastres carolingiens, qui constituaient de grands centres dtudes. Il y retrouvera des lments typiques de ce genre au Moyen ge: un commentaire linaire, verset par verset, qui livre rarement une vision densemble mais peut sattacher de faon trs approfondie certains mots ou certaines expressions, et qui ncessite dailleurs davoir une Bible en regard pour remettre les versets comments dans leur contexte; la pratique bien connue des diffrents niveaux de sens est bien sr omniprsente, mme sil ne faut pas sattendre retrouver les quatre sens de lcriture: le sens historique ou littral est suivi dun sens allgorique, qui relve tantt de linterprtation morale ou tropologique, tantt de la typologie (selon laquelle, par exemple, Jacob est une image du Christ), et plus rarement de lanagogie. Le chapitre 49 offre un bon exemple de cette mthode: linterprtation historique est suivie dinterprtations allgoriques. Diffrents passages, notamment dans le chapitre 30, thorisent le principe du passage au sens allgorique. Enfin, troisime aspect caractristique de lexgse mdivale, limportance accorde aux autorits: le commentaire est en grande partie le tissage de citations patristiques, dont on peut dailleurs regretter que lorigine ne soit pas plus clairement indique par lditeur (qui sen explique toutefois en introduction).

Il ne faudrait nanmoins pas rduire ces trois caractristiques lexgse monastique mdivale, et cest en cela que cet ouvrage est le plus intressant. On y voit un auteur soucieux daffirmer en prologue que la proximit de son commentaire avec celui dAugustin est largement fortuite dans la mesure o il na connu le texte de lvque dHippone que tardivement. Cest dire quil sestimait capable, de lui-mme, datteindre une telle hauteur de vue. De mme, son utilisation des sources patristiques ne relve pas de la servitude: tantt il conserve ce qui lintresse pour son propos, tantt il renvoie simplement la lecture des auteurs plus anciens, tantt il suggre au lecteur de se forger son propre avis.

Surtout, un des lments les plus marquants de cette lecture est lattention quAngelome porte au sens littral. Mme sil affirme, assurment, la supriorit du sens allgorique, lui-mme accorde au sens premier une importance considrable. Ltablissement du texte biblique est une question pour lui primordiale et elle ltait effectivement pour dautres exgtes de son temps. Il ne semble pas connatre lhbreu, mais il compare trs rgulirement les diffrentes traductions dont il dispose et saisit les occasions de ses voyages Aix-la-Chapelle pour en consulter dautres (p.164). Il en ressort des dveloppements pas toujours vidents saisir, mais rvlateurs de sa dmarche.

Ceci fait, il sintresse la comprhension historique du sens littral, ce qui vaut des dveloppements fonds sur la science de son temps, et des questions sur la cohrence des pisodes bibliques relats. Il introduit aussi, autant que possible, les connaissances ethnographiques dont il pouvait disposer. Tous ces lments peuvent souvent paratre dpasss, mais sont remarquables en ce quils dmontrent quun auteur carolingien, pour comprendre le texte biblique, mettait profit tous les savoirs dont il pouvait disposer.

En quatrime de couverture, lditeur prsente ainsi louvrage qui vient dtre traduit en franais: tmoignage dune priode de lhistoire de lexgse, il intressera non seulement les exgtes, mais tous ceux qui pratiquent la lectio divina. Si, sans aucun doute, cest un tmoin important de lexgse carolingienne, il prsente aussi lintrt dclairer sur les ralits de la lectio divina mdivale. Telle quelle apparat dans ce commentaire, ce nest pas une vague lecture mditative emprunte de spiritualit, une simple rumination o lactivit du lecteur saccorderait avec une certaine somnolence. Au contraire, il sagit dune vigilance de lesprit, dans laquelle le lecteur est constamment appel utiliser les savoirs de son temps pour approfondir le donn biblique, et faire lui-mme des choix interprtatifs. Cette dmarche intellectuelle est effectivement imiter, et constitue bien une leon de lecture biblique, mme si son rsultat pourra parfois drouter.

Emmanuel Bain
( Mis en ligne le 08/03/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)