L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Moyen-Age  

L'Occident médiéval face à l'Islam - L'image de l'autre
de Philippe Sénac
Flammarion 2000 /  19.69 €- 128.97  ffr. / 195 pages
ISBN : 2-08-211810-X
FORMAT : 15 X 21

Histoire d’une méconnaissance

Lhistoire des reprsentations est un champ historiographique la fois passionnant et prilleux. La perception de laltrit est un objet en effet difficilement identifiable, mais tellement riche en enseignements sur les mentalits dune poque, sur les relations entre peuples et individus. La caricature, lanathme, le strotype, lloge, limage sympathique, ou au contraire dprciative, sont autant de mcanismes mentaux rvlateurs dune ralit qui est celle du rapport lAutre.

Cest cet objet incertain que Philippe Snac, professeur dhistoire mdivale luniversit de Poitiers, consacre le prsent ouvrage. LOccident mdival face lIslam est le fruit dune tude entame en 1980 par lhistorien sous limpulsion de Georges Duby lors dun sminaire du Collge de France sur les mentalits mdivales.

Recourant toutes les sources susceptibles dexprimer cette reprsentation de lAutre - documents politiques, littrature, oeuvres dart, folklore - lhistorien retrace lvolution de la vision occidentale de lIslam du VIIe au XIIIe sicle. Si une volution se dessine en effet au fil de lenqute, lauteur annonce nanmoins un fait essentiel : "malgr la proximit de lennemi, les changes commerciaux, les croisades et la reconquista, les pays dislam et le monde latin continurent de se mconnatre mutuellement" (p. 4). Cette histoire est donc celle dune mconnaissance et dune incomprhension.

La naissance de lIslam dans la pninsule arabique au VIIe sicle passe quasiment inaperue en Occident. La raison principale, par del lloignement gographique, en est quau VIIe sicle, la chrtient occidentale est une ralit encore toute relative. Ce climat religieux importe : dans une Europe encore empreinte de superstitions paennes, les conditions de rception dun savoir demeurent prcaires. LOccident du VIIe sicle est un monde clos, mal inform, recroquevill sur lui-mme.

Contrairement lOrient byzantin qui connut le monde musulman par lchange culturel, ce sont sous des augures beaucoup moins favorables que cette rencontre se fit avec lOccident Chrtien. LIslam apparat en Occident sous une image guerrire, conflictuelle. Les conqutes de la pninsule ibrique et de la Septimanie au VIIIe sicle, jusqu' Poitiers en 732, le dveloppement de la piraterie sarrasine en Mditerrane occidentale, des Balares aux ctes italiennes en passant par la Provence, font surgir la ralit arabo-musulmane de manire agressive dans une Europe sidentifiant une citadelle assige. Ds lors, cet Islam agresseur est voqu sous des traits noirs et menaants. Il est dailleurs important de remarquer que les musulmans sont prsents alors comme des guerriers que lon ne distingue pas des barbares ; lIslam ntant pas encore perue comme une religion.

Cest en Espagne, lal-Andalus occup, que lIslam comme religion entre dans le champ des reprsentations, mais sous des jours l aussi trs noirs. La martyrologie qui se met en place au milieu du IXe sicle, faisant tat en les exagrant des exactions commises contre les chrtiens par les arabo-berbres, dpeint une religion mauvaise, intolrante, violente et cupide. LIslam est une hrsie et son Prophte, un vritable Antchrist. Les manuscrits dun moine asturien de St Martin de Libana, Beatus, se diffusent en vhiculant cette vision apocalyptique de lIslam, diffusion ne pas exagrer cependant ; elle nest manifeste que dans les rgions ayant subi loccupation musulmane.

Philippe Snac remarque dailleurs que lorsque lempreinte de lIslam svanouit de ces rgions au XIe sicle, les perscutions juives commencent, concidence interroger et que lauteur explique en ces termes : "Le judasme et lIslam taient fils dune mme terre. Ils venaient dOrient et furent ainsi associs dans le clan des dviances coupables" (p. 36).

Lan mil est un tournant. A lautomne 1095, le pape Urbain II runit Clermont un concile prsentant une image globale de lennemi combattre, expression de cet environnement culturel particulier et aboutissement dune volution faite dimprcations et de menaces papales dont le point de chute fut la grande aventure du Moyen Age, les Croisades. LIslam devient terre de lInfidle reconqurir, discours que nombreux auteurs lgitimeront, de mme que les artistes. LInfidle combattre est dcrit au peuple illettr et inculte sur les murs des glises, sous des traits noirs et grimaants. La chanson de geste joua galement un rle important dans la constitution et la diffusion dun sentiment hostile lIslam, de mme que les romans courtois, vecteurs culturels chacun desquels Philippe Snac consacre un chapitre de son tude.

Le XIIe sicle voit lmergence de nouvelles reprsentations, loignes de la doxa ecclsiastique. Le ngoce, la diplomatie et la politique freinrent ds cette poque lexpansion de la reprsentation conventionnelle de lIslam. Les negociatores ramnent dOrient limage fascinante de la magnificence et des richesses des cits arabes alors que des impratifs gopolitiques conduisent certains princes chrtiens rechercher le soutien des puissances musulmanes. Une meilleure connaissance de lAutre est galement rendue possible par les premires traductions. Cest Tolde, reconquise en 1085, quAverros, grand commentateur dAristote, est traduit.

Les efforts des clunisiens pour comprendre lIslam visent la mme poque convertir les musulmans sur les bases de leur propre foi. Le sarrasin, dennemi dtruire, devient homme convertir. Cette naissance dune nouvelle image ne doit cependant pas tre vue comme une rvolution culturelle tant elle ne concerne que quelques minorits intellectuelles.

La confrontation directe des croiss avec les guerriers musulmans permet galement aux premiers de raliser le dcalage entre la propagande et la ralit ; le sarrasin, l aussi, shumanise, est anim de qualits, peut se montrer grand chevalier limage, par la suite idalise, du sultan Saladin.

Mais cette reconnaissance de lAutre reste un acte manqu. Comme le souligne Philippe Snac, lore du XIVe sicle, le dialogue entre lOccident et lIslam demeure impossible car "fond sur la recherche dun dpassement de lautre. Une dmarche diffrente des procds violents des croiss, mais galement vaine. Les missions, pas plus que les croisades, natteignirent leur but" (p. 132). Le musulman nest toujours pas reconnu en tant que tel.

Le XIIIe sicle voit ainsi apparatre les premiers signes dune crise mentale, marque par lessoufflement des croisades et lvanouissement de lidal chevaleresque, par lchec des tentatives de conversion en Terre Sainte dont St Franois dAssise est limage emblmatique, et lentre de lOccident dans une crise profonde. Les crises religieuses, la Guerre de Cent ans, les famines, font disparatre lOrient des proccupations immdiates. LApocalypse change de visage comme lexprime de manire saisissante lauteur qui ne voit, ds lors, "de courbe que la faux de la Mort, et non plus le croissant de lIslam". (p. 145.)

Leffroi du pril islamique renatra cependant sous les traits de la menace turque. La prise de Constantinople par Mehmet II en 1452 ravive danciennes peurs et animosits et fournit Rome loccasion de reconstruire lunit dtruite par le schisme. Pour autant, le temps des Croisades est pass. En 1492, la fin de la Reconquista libre lEurope du pril musulman lOuest, un Ouest par ailleurs amplifi par la dcouverte dun nouveau continent. LEurope de lEst, soumise par les Turcs, commence entrer dans loubli de lOccident : "Aprs un millnaire de combats et dchanges, fascine par lIndien, lEurope dlaisse le Turc. Une histoire prend fin" (p.162).

Ltude la fois prcise et humble de Philippe Snac - humble parce que lobjet, rptons-le, est dusage dlicat et que les sources pour le mettre en relief sont parcellaires et lointaines - aboutit des conclusions qui font cho notre poque, sans doute pas entirement libre de perceptions tenaces. Laltrit musulmane, mais aussi celle de nos voisins europens perus comme moins europens que nous - ce que de grands intellectuels comme Milan Kundera ou Franois Fejt dplorent juste titre - sinscrit ainsi dans une longue dure, plus que millnaire. LOccident mdival face lIslam, ouvrage passionnant, rudit mais accessible, stimulant intellectuellement, aide le comprendre et sinscrit dans lactualit la plus immdiate.

Thomas Roman
( Mis en ligne le 07/06/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)