L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

Les Affrontements religieux en Europe (1500-1650)
de Lucien Bély et Collectif
PUPS 2009 /  12 €- 78.6  ffr. / 246 pages
ISBN : 978-2-84050-626-3
FORMAT : 14,5cm x 21cm

Lauteur du compte rendu : agrge dhistoire et docteur en histoire mdivale (thse sur La tradition manuscrite de la lettre du Prtre Jean, XIIe-XVIe sicle), Marie-Paule Caire-Jabinet est professeur de Premire Suprieure au lyce Lakanal de Sceaux. Elle a notamment publi LHistoire en France du Moyen ge nos jours. Introduction lhistoriographie (Flammarion, 2002).

Violence et religion dans l’ Europe des XVI-XVIIe siècles

LAssociation des historiens modernistes des universits franaises, loccasion de sa runion annuelle, a organis un colloque sur le thme des affrontements religieux en Europe du dbut du XVIe au milieu du XVIIe sicle, pour sinscrire dans le cadre de la question mise en 2009/2010 au programme des concours, agrgation et CAPES. La question centrale est de comprendre comment le fait religieux peut conduire la violence et sous quelle forme. Neuf historiens proposent des lments de comprhension partir de diffrents pays europens.

Le recueil est organis en trois parties: Approches historiographiques, Faire la guerre, faire la paix et Les affrontements dans le Saint Empire. Le plan adopt rpond aux contributions proposes et permet de rendre compte des espaces essentiels dans lesquels se sont droules les guerres de religion. On peut considrer que lespace britannique est un peu sous reprsent, en dpit du bel article de Franois-Joseph Ruggiu (Les affrontements religieux en Angleterre et dans les les britanniques dans la premire moiti du XVIIe sicle) qui fait le point sur lhistoriographie anglaise, et de la place importante qui lui est donne dans larticle de Benoist Pierre, Clercs de cour et clercs dEtat dans les affrontements religieux europens (1500-1650). En revanche, le Saint Empire, lui seul, constitue une partie entire, choix qui se justifie et en raison de limportance des affrontements religieux dans cet espace et du rle quils jouent par contrecoup en Europe, et aussi parce que labondante bibliographie sur le sujet est en allemand et donc plus difficile daccs pour le public franais.

On mesure, lire les diffrentes contributions, la varit des situations europennes. Cette varit apparat dans les chronologies: en France, ldit de Nantes en 1598 marque larrt des troubles, le dernier synode des glises rformes se tient en 1659; dans lEmpire, les dates de 1555 (paix dAugsbourg) et 1618-1648 (la guerre de Trente Ans) construisent une autre problmatique; dans les Pays Bas espagnols, les temps forts des affrontements sinscrivent entre 1521 et 1579, alors que dans les les britanniques trois phases se succdent, les annes 1530, le rgne de Marie Tudor (1553/58) et la priode des rvolutions (1630/60).

Dans une premire partie, Hugues Daussy et Franois-Joseph Ruggiu font le point sur les approches historiographiques de la question et leurs renouvellements partir des exemples franais et anglais. Ds le XVIe sicle, les affrontements religieux ont en effet fait lobjet dune abondante production dcrits, dimages, etc., qui racontent les vnements en fonction denjeux idologiques forts. En France, la saint Barthlemy est de ce point de vue exemplaire (on peut reprendre sur cet vnement controvers le livre rcent dArlette Jouanna). La seconde partie, Faire la guerre, faire la paix, si elle comporte deux articles assez largement centrs, mais non exclusivement, sur la situation franaise (Jrmie Foa, Rconcilier les cueurs des subjects cy-devant divisez: les commissaires des dits de pacification au temps des premires guerres de religion, et Pierre-Jean Souriac, Affrontements religieux, rvoltes et guerres civiles (XVe-XVIIe sicles). Formes et moyens dune socit divise), ouvre aussi plus largement aux Pays Bas espagnols et lEurope. Larticle de Benoist Pierre (Clercs de cour et clercs dEtat dans les affrontements religieux europens (1500-1650)) pose de faon tout fait intressante une rflexion dhistoire compare sur le poids de ce clerg dans les affrontements religieux et la vie politique du XVIe sicle. Il marque la volont de nuancer - en dpit de la tradition - le rle que jouent ces clercs, premires cibles et victimes de la propagande de lun et lautre camp. Benoist Pierre dresse un portrait collectif tout fait passionnant de ces clercs souvent rformateurs, qui nexercent pas une influence sans partage auprs des princes et des souverains, ne serait-ce dailleurs que parce quils sont diviss entre eux. Lauteur donne lexemple des confesseurs jsuites de lempereur et de la Bavire qui, tout en analysant le conflit comme une guerre de religion, sont, les uns en faveur de la paix, et les autres en faveur dune intervention guerrire. En France, aprs 1624, les jsuites, confesseurs royaux, favorables une alliance avec les Habsbourg, furent carts. Benoist Pierre conclut au rle dcisif des clercs de cour et dEtat dans les affrontements religieux de la premire modernit: on peut se demander si cette royalisation relle ou vcue du personnel clrical, dont laction religieuse tait ainsi guide par des impratifs politiques, ne constituait pas lune des principales caractristiques des tats lpoque moderne. Et si linverse, les tats, par linsertion en leur sein de ce type de clerg de plus en plus centralis, ne cherchaient pas finalement se clricaliser (p.162).

La troisime partie est tout entire consacre lEmpire qui occupe dans cette histoire des affrontements religieux au XVIe sicle une place particulire : en raison de limportance de Luther, des choix oprs par les pouvoirs, de la place des controverses religieuses dans la vie des socits. Aprs la pause que reprsente la paix dAugsbourg en 1555, les conflits reprennent de faon extrmement forte entre 1618 et 1648 (guerre de Trente ans) et ce nest quavec la paix de Westphalie quune solution viable est trouve dans un espace dsormais partag entre protestants et catholiques. Cette troisime partie de louvrage est particulirement intressante dans la mesure o les auteurs font le point sur des questions peu connues du public franais, et abondamment renouveles par une bibliographie rcente, essentiellement en allemand.

Nama Ghermani, analyse Les conflits confessionnels autour des espaces urbains dans lEmpire au XVIe sicle et se propose de se pencher non plus sur ce que lon pourrait appeler les conflits idologiques, mais sur les aspects concrets des affrontements dans lespace urbain: la lutte pour sapproprier les espaces, et en particulier les cimetires. Une des questions qui se posent depuis la fin du XVe sicle, dans un souci dhygine, est en effet le dplacement des cimetires hors des murs, question antrieure la Rformation, mais qui dsormais, dans le contexte du XVIe sicle, se lit aussi dans un esprit confessionnel. En suivant Luther qui refusait limportant appareil de prires, messes, intercessions pour les morts, et avait marqu son indiffrence lgard des lieux dinhumation, les partisans de la Rforme plaident en faveur des cimetires extrieurs aux villes, alors que les catholiques voient dans cette mesure un danger pour la mmoire des morts et la vie chrtienne. Le dplacement du cimetire hors les murs, qui rsulte dune dcision des autorits de la ville, est souvent alors le signe du basculement confessionnel de celle-ci.

Jean-Luc le Cam, en choisissant dabordercole, Universit et affrontements religieux dans le Saint Empire, sujet auquel peu dtudes ont t consacres (en dehors de la question des jsuites), se propose denvisager les diffrents lieux denseignement la fois comme cadre et comme modles de laffrontement religieux. Les universits sont le lieu privilgi des disputes et colloques religieux. On voit saffirmer les choix: ainsi Heidelberg, haut lieu de la Rforme, tandis quIngosltadt joue le mme rle pour les catholiques; apparat la figure, qui se gnralise, de ltudiant boursier. Cependant, outre les affrontements entre partisans et adversaires de la Rforme, il faut aussi songer aux divisions et querelles internes dans le camp du protestantisme; conflits qui sont tout autant des conflits religieux que des conflits opposant les universitaires entre eux, dans leurs rivalits. Autre sujet de dbat: la place de la thologie par rapport la philosophie et aux autres sciences lintrieur de luniversit. Universits et cole connaissent de profonds remaniements lpoque (pour lcole, le grand rformateur est Melanchton), mais il faut cependant nuancer la thse de la confessionnalisation dans la mesure o, justement, le succs des rformes scolaires et universitaires suscite dans ces tablissements de fortes tendances lautonomie. Christophe Duhamelle (Linvention de la coexistence confessionnelle dans le Saint Empire (1555-1648)) met en vidence la longue histoire du droit de lEmpire qui, sur des bases fondes au XVe sicle, permet la paix dAugsbourg. Celle-ci, texte fondamental, comporte cependant des insuffisances que combleront les textes de la paix de Westphalie qui introduiront lintrieur de la Dite le principe des deux Corps (Corpus Evangelicorum et Corpus Catholicorum). Il dmontre que les solutions et compromis labors au cours des affrontements sinscrivent dans une tradition juridique en construction depuis le XVe sicle. Une approche juridique rarement aborde et qui ouvre des perspectives stimulantes.

En conclusion: un ouvrage tout fait intressant, qui permet de faire le point sur des questions qui ont t - ou sont - profondment renouveles et qui offre une prsentation claire des travaux des historiens trangers sur la question. Un ouvrage de spcialistes, lrudition sre, crit pour un public universitaire.

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 19/05/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)