L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

Violences et passions dans le Paris de la Renaissance
de Diane Roussel
Champ Vallon - Epoques 2012 /  28 €- 183.4  ffr. / 392 pages
ISBN : 978-2-87673-603-0
FORMAT : 15,5 cm × 24,0 cm

Robert Muchembled (Prfacier)

L'auteur du compte rendu : Matthieu Lahaye est professeur agrg et docteur en histoire moderne.


Tout Paris est ici !

Avec raison, la collection poques des ditions Champ Vallon suit un courant historiographique en plein renouveau consacr la violence des socits modernes et aux stratgies sociales et institutionnelles mises en uvre pour la juguler. Il y eut Michel Nassiet en 2011 (La Violence, une histoire sociale. France XVIe-XVIIIe sicles), convaincu que la baisse de la violence dans la sphre sociale dpendait des modifications des structures familiales, puis Vincent Millot (Un policier des Lumires) qui nous prsenta une somme sur les savoirs et les mthodes policires dans le Paris du XVIIIe sicle. Aujourdhui, Diane Roussel, en se plongeant dans la violence parisienne au XVIe sicle, parachve ce tableau dune manire aussi rudite que brillante.

La tche de lhistorienne tait loin dtre aise au regard des lacunes gigantesques des fonds judiciaires parisiens pour cette poque. Il y avait videmment les registres du Parlement de Paris, aussi labyrinthiques que foisonnants, mais souvent muets sur les hommes et les femmes que tchait datteindre Diane Roussel, ces travailleurs de la boutique, ces gens de la rue qui, sitt la nuit venue, sentassaient dans des appartements minuscules et formaient le fond de la trame sociale de la plus grande ville dEurope. Pour cette raison, ltude sappuie sur les riches collections dune juridiction de premire instance, celle en prise directe avec la vie quotidienne, la justice seigneuriale de Saint-Germain-des-Prs. Lauteur a complt cette srie par les lettres de rmissions, envoyes au roi pour lui demander sa grce offrant autant de rcits difiants que tronqus dailleurs sur la vie des Parisiens.

En effet, lire ce livre, port par une mthode quantitative sans faille et une foule de cas particuliers exemplaires, le Paris germanopratin semble fort loign de la vision apocalyptique laisse par les littrateurs, jamais avares de rcits angoisss sur le manque de scurit chronique de la capitale, multipliant les rcits dhomicides faisant de Paris un coupe-gorge infrquentable. Entre 1523 et 1568, Diane Roussel a dnombr 217 crimes de sang soit 7 morts violentes en moyenne par an et un taux dhomicide estim entre 2,1 et 3,6 pour 100 000 habitants, suprieurs la France daujourdhui (0,7) mais bien infrieur celui des tats-Unis qui slve 6. Dans ces pages, il est donc surtout question de querelles de voisinage, dagressions verbales et physiques, de vols. Le portrait-robot du dlinquant est quant lui confondant de rgularit : il sagit souvent de jeunes gens, rcemment arrivs en ville et en marge de latelier.

partir de ce constat, lauteur dmontre habilement le fonctionnement dune justice qui aime moins manier la sanction que sriger en institution rparatrice de lordre social, attache principalement la conciliation entre les parties par des jugements de bon pre de famille. La rparation de la faute passait par la raffirmation de lordre social, en sappuyant sur des autorits naturelles : la parent, le matre dans son atelier ou dans les immeubles o le principal locataire avait la tche de fermer la porte heure fixe dcidant des entres et des sorties de chacun. La force du consensus social plaait linstitution judiciaire non pas en surplomb, mais en arbitre des dignits de chacun. Le chapitre 7 (Un langage relationnel : rituels de lagression et conduites de lhonneur), de loin le plus brillant et le plus neuf dans un livre dune qualit dj exceptionnelle, montre parfaitement que la culture de lhonneur, lorigine de la plupart des agressions, ntait pas partage par les seuls nobles, mais par le plus grand nombre.

Cest dailleurs grce des travaux de cette qualit, quon comprend que lAncien Rgime, avant dtre un rgime politique, tait dabord une organisation sociale sur laquelle reposait, comme une flaque dhuile la surface dun lac, un imaginaire politique, reflet dune ralit sociale consensuelle. lautoritarisme du principal locataire rpondait larbitraire royal et aux lgitimes corrections des compagnons par les matres, le droit laiss au roi dvoquer en son conseil nimporte quelle affaire judiciaire de son royaume.

Diane Roussel nous donne donc lire un livre important, loin des images strotypes dun XVIe sicle saisi par les guerres de Religions, dont les consquences sont absentes des registres germanopratins, remplis plutt des menus larcins qui faisaient la vie des quartiers, vie sans doute assez paisible grce au contrle de tous sur chacun, vie contraignante aussi, mais vie passe dans la certitude dun ordre social immmorial, ide assez exotique nos consciences dmocratiques.

Matthieu Lahaye
( Mis en ligne le 08/01/2013 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)