L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

Tourville
de Daniel Dessert
Fayard 2002 /  23 €- 150.65  ffr. / 380 pages
ISBN : 2213599807

Règlement de comptes à l’amirauté

Aux yeux de Saint-Simon et de Daniel Dessert, Anne Hilarion de Costentin, chevalier de Tourville (1642-1701) et vice-amiral de Louis XIV, tait le plus grand homme de mer qui et jamais t. Malheureusement pour la mmoire de celui-ci, ce point de vue ntait pas partag par tous, et les contemporains du duc mmorialiste et lhistoriographie ont longtemps prfr Abraham Duquesne, Dieppois huguenot anobli, au Normand dancienne noblesse. Aussi Daniel Dessert prend-il le contrepied de lhistoriographie selon son habitude et, aprs avoir vigoureusement instruit le procs de Colbert (Colbert ou le serpent venimeux, ditions Complexe, 2000), il entend crire, selon ses propres termes, non "une biographie supplmentaire, mais une explication, au regard dinformations dbarrasses des badigeons de la tradition et du prjug, qui sinscrit dans lhistoire gnrale de la marine franaise et du XVIIe sicle". Utile prcision qui annonce ds lintroduction le ton polmique et vigoureux de louvrage. De fait, Daniel Dessert a pour objectif prioritaire de montrer en quoi Tourville tait lun de ces grands marins qui ont tant fait dfaut la marine franaise.

La russite de ce cadet dune famille lie aux Conds pendant la Fronde, sexplique, selon lauteur, outre par les besoins dune marine ncessiteuse en officiers, par son entre dans lentourage de son lointain parent Colbert, contrleur des finances, fonction laquelle est rattache la Royale. Elle sexplique surtout par la formation du chevalier de Tourville. Ce dernier fait son amarinage comme novice de lOrdre de Malte en chassant les corsaires barbaresques et les navires de commerce musulmans, linstar de quelques futurs autres officiers de Louis XIV. Devenu lui-mme officier, il complte son exprience par sa participation lexpdition contre Candie (1666), la guerre de Hollande (1672-1679) mais aussi par son intrt constant envers les questions techniques relatives la construction, larmement et aux combats navals. Questions capitales dont Tourville prend encore plus conscience aprs le naufrage catastrophique de sa division en octobre 1679.

Pour Daniel Dessert, ce "Naufrage salvateur" (chapitre V) constitue un tournant dcisif dans la vie du vice-amiral en devenir. En premier lieu, sa responsabilit ny est pas implique. En second lieu, le drame amne Tourville sinterroger encore davantage sur les conditions matrielles de laccomplissement de son travail. Ds lors, tout en participant aux trop nombreuses guerres du Roi-Soleil, Tourville na de cesse dessayer de faire prendre conscience des limites et des manques de la Royale Colbert, puis son fils Seignelay et Ponchartrain qui lui succdent. Sa prudence la mer lui vaut de voir sa victoire de Bveziers (10 juillet 1690) quelque peu rabaisse mais aussi sa dfaite de La Hougue (29 et 30 mai 1692) magnifie, prlude la fin dune vie qui le ramne une guerre navale conomique plus proche de celle quil avait pratique pendant son noviciat, avant de mourir Paris en mars 1701, non sans avoir connu l"Ultime naufrage" (chapitre XII) de son mariage.

Ce dernier chapitre constitue dailleurs lun des rares passages du livre que Daniel Dessert consacre la vie prive de Tourville. Le lecteur en tait averti ds lintroduction, cette biographie nen est pas vraiment une, pour la bonne raison que les sources sont extrmement lacunaires, nombre de papiers privs ayant t dtruits peu aprs le dcs de lpouse de lamiral. Il en rsulte des digressions plus ou moins longues qui remplissent bien leurs fonctions explicatives quand elles traitent de la marine, mais font double emploi avec La Royale (Fayard, 1996), ouvrage fondamental du mme auteur, et qui, quand elles sont dvolues larmement du corso maltais, nexpliquent en rien la formation de Tourville Malte.

Surtout, ce Tourville nest pas vraiment une biographie, parce que lauteur entend montrer quel grand marin tait Tourville. Dabord en dnonant les incohrences des politique et stratgie navales de Louis XIV. Ce procs fait au roi conduit paradoxalement revaloriser le travail des Colbert, redevenu couleuvre. Pour complter sa dmonstration, Daniel Dessert sacharne dtruire limage dAbraham Duquesne (1610-1688) sur lequel il tire boulets rouges, le dpeignant, de multiples reprises, comme chicaneur et prtentieux, fielleux et mchant, dnonant son manque de performance voire sa nullit et son incomptence. Si cet abordage en partie excessif nest pas sans donner un effet comique involontaire, celui-ci disparat quand Daniel Dessert sattaque sans le nommer Michel Verg-Franceschi, dernier biographe du Dieppois (Abraham Duquesne, huguenot et marin du Roi-Soleil, France-Empire, 1992) qualifi de "spcialiste de la notice hroco-biographique maritime". Daniel Dessert rgle donc ses comptes au travers de son Tourville. Cest pour le moins gnant !

Pass ce dsagrment que rien ne justifie ni nexcuse, Tourville, sil ne remplit pas le rle des biographies de cette collection il en diffre dailleurs par labsence d'annexes : ni chronologie, ni tableaux gnalogiques qui eussent t fort utiles pour resituer les composantes des soutiens du vice-amiral -, nen demeure pas moins un livre utile pour la comprhension de la Royale au XVIIe sicle. Cette ambivalence, ni biographie, ni tude thmatique, conduit renforcer ce qui semble tre la relle nature de ce livre : un brlot lencontre dune historiographie juge tort ou raison comme thurifraire du Grand Sicle.

Hugues Marsat
( Mis en ligne le 26/03/2002 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)