L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

François de Callières - L'art de négocier en France sous Louis XIV
de Jean-Claude Waquet
Editions de la Rue d'Ulm 2005 /  32 €- 209.6  ffr. / 288 pages
ISBN : 2-7288-0348-X
FORMAT : 16,0cm x 24,0cm

L'auteur du compte rendu : Rmi Mathis est lve l'Ecole Nationale des Chartes. Il prpare une thse sur Simon Arnauld de Pomponne sous la direction d'Olivier Poncet (ENC) et Lucien Bly (Paris IV).

De Versailles à Manhattan, la négociation comme système de pensée

Essayez de googliser nimporte quel crivain du XVIIe sicle : hormis pour quelques grands classiques, les rsultats sont trs dcevants et en nombre limit. Il nen est pas de mme pour Franois de Callires, obscur diplomate et acadmicien du tournant des XVII et XVIIIe sicle. En effet, bien que largement oublie depuis sa publication, sa Manire de ngocier a rcemment trouv une seconde jeunesse des plus surprenantes. Traduit en anglais au dbut du XXe sicle, il devient un classique des tenants de lold diplomacy, dans le dbat dides qui les oppose aux partisans des ides de Wilson dans les Etats-Unis de lentre-deux-guerres. Le livre nest nullement considr comme une source historique mais bien comme un manuel pouvant encore apporter des enseignements utiles aux diplomates dalors. Cette position se renforce encore en 1963 avec la publication dune nouvelle dition qui met en valeur limportance de la recherche de solutions quilibres, de la ngociation comme coopration et non comme comptition. Le livre est ainsi peu peu pass du monde de la diplomatie celui de lentreprise : il nest pas rare quil figure au rayon management aux Etats-Unis et cet usage en a fait un classique international avec des traductions polonaise, portugaise ou japonaise. La destine de luvre est donc des plus originales. Mais celle de lauteur lui-mme surprend.

La Manire de ngocier est en effet luvre dun homme que rien ne prdisposait se mler de diplomatie ni entrer lAcadmie franaise. La jeunesse de Callires est assez obscure et ce nest quassez rcemment que lon a pu dmler lcheveau de sa gnalogie. Roturier de naissance et peu fortun, son pre entre au service dune des plus fameuses familles de Normandie, les Goyon de Matignon, lis au Longueville. Cest galement dans cette province que Franois fait son apprentissage avant de partir pour Paris, se servant de sa plume comme un moyen de parvenir. Il entre dans la diplomatie par la petite porte : il se fait lintermdiaire de ses patrons, cherchant faire monter le comte de Saint-Pol, fils de Mme de Longueville, sur le trne de Pologne. Cette premire exprience lui permet de se faire une place dans le personnel diplomatique du roi, accompagnant Forbin-Janson en Pologne. Il tente galement de se trouver de nouveaux protecteurs : il se rapproche des Colbert et du cardinal dEstres. Cest ce rseau qui permet un homme initialement de basse naissance et assez isol de faire carrire. Il parvient se faire lire lAcadmie franaise aprs avoir crit quelques ouvrages qui flattaient le roi et la plupart des courtisans, grce lappui de ses amis. Pour faire honneur son nouveau statut, il publie quelques traits sur le bon usage ou les bons mots. Mais surtout, la protection des gendres de Colbert, Chevreuse et Beauvillier et les liens quil a conservs en Pologne le remettent sur la route de la diplomatie : il ngocie dabord de faon officieuse puis, acm de sa carrire, est nomm plnipotentiaire au congrs de Ryswick qui doit mettre fin la guerre de la Ligue dAugsbourg. Devenu secrtaire du cabinet du roi, Callires meurt en 1717, peu aprs avoir publi sa Manire de ngocier.

Cest ce trait que lauteur tudie principalement, en insistant notamment sur sa circulation, ses utilisations et sa fortune qui fut trs varie selon les poques. Il met en perspective louvrage en le confrontant divers types de documents. Des tudes ont dj t menes sur la place du livre parmi les traits sur les ambassadeurs et comme fondateur de conceptions nouvelles. Lentreprise consiste donc plutt tenter de reconstituer le contexte de production du texte, les possibilits dont disposait Callires, son univers culturel, qui dterminent largement la rdaction du livre.

La Manire de ngocier prend certes place dans la grande tradition des crits sur lambassadeur (Pasquale, Vera, Wicquefort) mais tente tout la fois de rsoudre une question dactualit. Cest la raison pour laquelle il souligne les problmes qui se posent dans la formation et le choix des ngociateurs, prconisant une carrire spare. Cest ce quil tente dinsinuer au roi au fil dun livre qui peut lui-mme tre lu comme le lieu dune ngociation.
Mais J.-C. Waquet ne questionne pas seulement le texte en fonction du genre auquel il appartient, il le fait galement en fonction du contexte politique et moral, dune vision de lhomme et du monde qui apparat dans les crits de lpoque et chez Callires lui-mme, ce qui permet de mieux comprendre les concepts utiliss. Cest donc dans ce monde sempiternellement troubl et habit par une humanit corrompue que doit agir le ngociateur qui doit savoir allier une bonne connaissance des intrts et de lhistoire des pays et une sociabilit souriante. Tout passe par cette mondanit, une relation dhomme homme qui consiste faire comprendre lautre quels sont ses vritables intrts (correspondant bien sr ceux du ngociateur). Il sagit de faire passer un comportement pragmatique pour lexpression de la vertu tendant au bonheur de tous.

Cette tude dtaille saccompagne du texte lui-mme, annexe ncessaire pour s'en faire une ide personnelle. Malgr sa large diffusion et sa nouvelle clbrit, il nest pas exagr de dire quil sagit de la premire dition scientifique du livre, prenant en compte sa gense complique. Car sil fut publi en 1716, La Manire de ngocier avait t rdig ds 1697, abandonn pendant plusieurs annes puis repris la mort de Louis XIV pour loffrir au Rgent dans un contexte politique et diplomatique qui a chang, ce qui vaut au texte de substantielles modifications. J.-C. Waquet dite donc le texte imprim, version dfinitive voulue par lauteur, mais en se rfrant aux trois manuscrits connus de luvre, il donne dassez nombreuses et souvent signifiantes variantes. Le texte de louvrage est accompagn en annexe de celui de la premire ddicace, au roi Louis XIV.

Lauteur allie une grande rudition et une grande finesse dans lanalyse de la pense qui affleure dans louvrage de Callires. Il replace sa gense dans le contexte de la vie de lauteur et, plus largement, dans celui de lpoque, quil soit politique, social ou diplomatique. Il dmontre que cet opuscule crit dans un style agrable plus que savant nest pas luvre dun philosophe mais dun diplomate qui tente daplanir les problmes au lieu de les faire surgir trop rechercher la vrit. Enfin, J.-C. Waquet analyse ltrange fortune dun livre oubli qui revient l o on ne lattend pas, dmontrant la richesse de son contenu et les multiples lectures qui peuvent tre faites de ce trait, la dernire ngociation de Callires.

Rémi Mathis
( Mis en ligne le 19/01/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)