L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

Casanova - Les dessus et les dessous de l'Europe des Lumières
de Guy Chaussinand-Nogaret
Fayard 2006 /  26 €- 170.3  ffr. / 497 pages
ISBN : 2-213-62496-8
FORMAT : 14,0cm x 22,0cm

L'auteur du compte rendu : Historienne et journaliste, Jacqueline Martin-Bagnaudez est particulirement sensibilise aux questions dhistoire des religions et dhistoire des mentalits. Elle a publi (chez Descle de Brouwer) des ouvrages dinitiation portant notamment sur le Moyen Age et sur lhistoire de lart.

Un Européen du XVIIIe siècle

Imagine-t-on, lorsquon pense Giacomo Casanova, un tout jeune ecclsiastique enflammant de ses prches un auditoire vnitien suspendu son beau parler ? Un espion de lInquisition, son ge mr, remplissant fidlement sa tche pendant huit annes ? Un rudit bibliothcaire rdigeant soigneusement ses mmoires, au soir dune vie lissue de laquelle il fera (en 1798) une mort chrtienne ? Si le patronyme de ce fils de comdiens, n Venise en 1725, sest transform en qualificatif gnral, cest bien sr par linnombrable liste de ses aventures galantes et la dsinvolture avec laquelle il avait lhabitude de rompre avec ses victimes (consentantes ou non) lorsquune quelconque attache lui semblait aller lencontre de la philosophie quil avait rige en rgle de vie : satisfaire son aspiration au bonheur permanent.

Au fil dun rcit strictement chronologique, lauteur de la prsente biographie, grand connaisseur du milieu dans lequel a vcu son hros, nous fait parcourir sa suite toute lEurope, et mme les marges de lAsie lorsquil raconte son ambassade Istanbul, en 1744-45. Il dcrit, avec des traits parfois pittoresques, les diverses fortunes de Casanova, jouant tour tour les rles dhomme de lettres, courtisan habile, joueur impnitent, diplomate plus ou moins officieux, conseiller financier aventureux, industriel de la soie peinte, publiciste, homme de main prt participer des enlvements, etc. Avec, bien sr, son amour actif des femmes en dnominateur commun, car les multiples et passionnantes facettes du personnage ne doivent tout de mme pas occulter cet aspect des choses. Toutes sont bonnes prendre, de la duchesse la grisette, en passant par la religieuse. Ne manqua-t-il pas dpouser sa propre fille Naples en 1761 ? Toutefois, souligne G. Chausset-Nogaret ds les premires pages de son livre, Casanova vit dans une socit o viol et violence nentachent pas la rputation de lhomme.

Et avec cela, dot de tous les culots, dans tous les domaines. Philosophique : il ne craint pas de dbattre avec Voltaire, qui ne ddaignait pas dchanger avec ce drle de personnage. Mdical : il russit convaincre une de ses victimes amoureuses quil lui fera passer le fruit de laventure en introduisant dans son sexe par sa verge le produit supposer abortif. Social : cet individu de basse extraction russit vivre dans la haute socit, se faisant mme passer pour noble sous le nom de chevalier de Seingalt. conomique : sans source de revenus, il mne grand train lorsque la fortune lui sourit et ne semble gure honteux des revers quelle lui inflige souvent.

Comment a-t-il pu mener cette vie agite ? Cest bien l quapparaissent les ombres et lumires de son temps. En 1750, passant par Lyon, il est reu et initi la maonnerie ; un tat qui lui servira de passeport dhonorabilit dans bien des circonstances et bien des lieux, en tous cas dintroduction facile auprs de ses pairs europens. Et puis, cette poque o la raison semblerait guider les comportements, rgne chez certains grands personnages un attachement digne des plus anciennes superstitions pour les sciences occultes et la magie. Une opportunit que sut saisir Casanova. Se faisant passer matre en la matire, il sacquiert la protection Venise du snateur Bragadin, Paris de la marquise dUrf, une riche douairire laquelle, malgr lchec des crmonies de rgnration clbres sur elle par Casanova, ne lui discuta jamais lettres dintroduction et argent. Passionnant personnage. Il ctoie tout ce que lEurope de son temps compte de clbrits : des souverains comme Louis XV, la grande Catherine, Frdric II, et autres ; des vedettes historiques, tels le Chevalier dEon et le comte de Saint-Germain. Capable de crises mystiques, de dpression lamenant au bord du suicide en se jetant dans la Tamise, dattachements aussi chastes que rares, on en oublierait presque la centaine de femmes sduites et abandonnes.

Car cest bien lintrt de cette biographie que de raconter toute la complexit de la personnalit de Casanova. La source utilise est bien sr le rcit fait par le hros de sa propre histoire, rdig en franais sur la fin de sa vie lorsque, retir en Bohme, il tait bibliothcaire du comte Waldstein. Le procd utilis ici est celui dune succession des situations et dplacements de Casanova, procurant loccasion lauteur de rflexions, de commentaires et dexposs rudits : lvnement pos donne lieu de longues digressions historiques, parfois exagrment prolonges il faut le dire, au risque de casser le fil du rcit. On notera dailleurs que lauteur porte sur la socit europenne du XVIIIe sicle un jugement parfaitement pessimiste. Si les noms de personnes et comme elles sont nombreuses croiser la route du sducteur font lobjet dun index dtaill et bien venu, on pourra regretter que G. Chaussinand-Nogaret se soit volontairement refus donner la moindre bibliographie. On apprciera toutefois le caractre strictement historique du livre.

Jacqueline Martin-Bagnaudez
( Mis en ligne le 23/05/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)