L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

Violence et Révolution - Essai sur la naissance d'un mythe national
de Jean-Clément Martin
Seuil - L'univers historique 2006 /  23 €- 150.65  ffr. / 338 pages
ISBN : 2-02-043842-9
FORMAT : 14,0cm x 20,5cm

L'auteur du compte rendu : Conservateur la Bibliothque nationale de France, Ccile Obligi prpare un DEA sur l’historiographie de la Rvolution franaise.

Contribution à un débat deux fois séculaire

Jean-Clment Martin, directeur de lInstitut dhistoire de la Rvolution et auteur de plusieurs tudes portant sur la Vende sous la Rvolution, revient dans son dernier ouvrage sur un dbat qui a t et est encore lobjet de controverses interminables : la violence et la Rvolution franaise. Il avait dj abord ce sujet lors de ses recherches sur la Vende mais choisit ici dy revenir de manire systmatique.

Partant dun constat, celui de lassociation rcurrente dun concept la violence et dune priode - la Rvolution franaise, et soulignant que cette association entre la violence et une priode historique est suffisamment rare pour tre notable, il cherche clarifier ce qui lie si troitement les deux termes. Son objectif est de revenir sur le sujet de la manire la plus dpassionne possible. Refusant de prsupposer que la violence forme un bloc et quelle est le corrlatif insparable de la Rvolution franaise, il en tudie les manifestations en cherchant ntre pas dupe des discours (contemporains des vnements ou postrieurs) qui lentourent.

Louvrage commence par un rappel de ce qutait la violence sous lAncien Rgime, de manire en dgager quelques lignes de force, dont certaines se retrouvent ensuite durant la dcennie rvolutionnaire. Quotidienne, ordinaire, la violence sous lAncien Rgime tmoigne des rapports frustes entre les diffrents groupes. La violence lgale, exerce par lEtat, se veut exemplaire, rapide et didactique ; elle punit plus svrement les actes qui portent atteinte lquilibre du corps social. Il ne sagit pas pour autant de gommer les spcificits ou lampleur des violences rvolutionnaires. Sans se lancer dans des dcomptes macabres, lauteur se penche prcisment sur certains vnements, dmontrant par exemple dans certains cas que les estimations du nombre de victimes habituellement donnes pour fiables sont probablement en dessous de la ralit.

Mettant au jour la politisation progressive de la violence, volontaire ou non, il tente dlucider les tentatives de captation, dinstrumentalisation de la violence pendant la Rvolution. Ces manipulations ont cependant a plusieurs reprises dbord ceux qui avaient cru pouvoir contrler la violence. Il dmontre dautre part, par de nombreux exemples tirs de toutes les rgions de France, que les violences ne sont pas le fait de laffrontement didologies froides mais bien plutt de ractions des situations politiques indites, ou tout simplement parfois de rglements de compte entre individus ou groupe dindividus qui sopposent depuis des dcennies pour des raisons religieuses, politiques, sociales : [] il y eut moins de combats dides que de chocs et dalliances entre les personnalits et les individus, issus de divers groupes sociaux. (p.306).

Plus largement, cette lecture de la Rvolution par la violence (p.10) propose une interprtation plus globale de la priode qui a t un lieu dexprimentation de la libert : Deux poques se tlescopent manifestement pendant la dcennie rvolutionnaire : la violence des annes centrales risque bien davoir t le rsultat non contrl et mal compris de cette rencontre entre les habitudes dun monde qui mourait et les innovations dun monde natre. (p.304). Car ce livre est aussi loccasion de revenir sur ce moment unique dexprimentation politique et sociale. Il permet galement lauteur de clarifier des dbats forts anciens : le rousseauisme de la Rvolution ou encore le problme rebattu des rapports entre Lumires et Rvolution. Dans sa dmonstration, J. -C. Martin a cur de se dgager dune tradition historiographique dont on a encore aujourdhui peine se dtacher : la confusion de lhistoire de Paris sous la Rvolution avec lhistoire de la Rvolution franaise en gnral, comme si navaient eu lieu en province que des vnements secondaires, ou pire, comme si la chronologie de lhistoire de Paris tait la mme que celle des diffrentes rgions.

Enfin, lauteur prend soin de faire plusieurs reprises des comparaisons avec dautres phnomnes et dautres priodes historiques (le communisme, le nazisme, la Deuxime Guerre mondiale, ou la guerre dAlgrie par exemple), comparaisons dautant plus clairantes quelles ont souvent t faites un peu trop rapidement ces dernires dcennies. Mais laissons les lecteurs dcouvrir les dtails de ce cheminement chronologique travers la Rvolution et contentons-nous de souligner le trs grand intrt que nous y avons trouv

Cécile Obligi
( Mis en ligne le 19/06/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)