L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

Le Mythe de Saint Denis - Entre Renaissance et Révolution
de Jean-Marie Le Gall
Champ Vallon - Epoques 2007 /  32 €- 209.6  ffr. / 536 pages
ISBN : 978-2-87673-461-6
FORMAT : 15,5cm x 24,0cm

L'auteur du compte rendu : Matthieu Lahaye est professeur agrg et poursuit une thse consacre au fils de Louis XIV

Saint Denis : histoire d’une légende

Jusquau XVIe sicle, la tradition retenait que le premier vque de Paris, Denis, dcapit sur la colline de Montmartre, ntait autre que Denis lAropagite, converti par Saint-Paul Athnes ainsi que lauteur de quatre textes fameux : les Noms divins, la Thologie mystique, la Hirarchie cleste et la Hirarchie ecclsiastique. A la fois figure fondatrice dun sige piscopal, protecteur des rois de France, mais aussi symbole de la continuit entre lhistoire paenne et chrtienne, la richesse de cette vie et les soupons lgitimes sur sa vracit firent trs tt de Denis une figure dautorit discute.

Jean-Marie Le Gall, matre de confrences lUniversit Paris-I Panthon-Sorbonne, reconstitue laide de sa vaste rudition les polmiques qui firent rage autour de la figure de Denis. Il sinscrit l dans une tradition historiographique largement reprsente par les anglo-saxons qui sintressent lhistoire lgendaire des saints et leur appropriation par les croyants. Par ce style souple et lgant auquel lauteur nous avait dj habitu dans son prcdent ouvrage tir de sa thse, Les Moines au temps des rformes en France, 1480-1560, Jean-Marie Le Gall, en quatre parties agrmentes dune riche iconographie, ressuscite la complexit de la dvotion un saint que lon a qualifi trop rapidement de saint national.

La polmique savante de lpoque moderne tourne autour de la convocation dautorits capables de lgitimer des positions contre des adversaires. Ainsi Denis apparat trs souvent au cours des affrontements qui ont secou la Rpublique des lettres car il est un carrefour de bien des rves et des proccupations de la Renaissance. Venu dOrient, il est un maillon entre la philosophique grecque et la Rvlation enseigne par Saint Paul. Il est en quelque sorte une justification toute trouve pour ces hommes de la fin du quattrocento qui pensent la continuit des savoirs par-del les temps et les lieux.

Les no-platoniciens, en Italie notamment, apprcient aussi particulirement Denis. En effet, le style minemment mystrieux du corpus dionysien les renforcent dans lide que la vrit est une nigme, un mystre, rserve un petit nombre dinitis. Les disciples de la philosophie stocienne ne sont pas en reste non plus. Lorigine grecque du saint, mise en vidence par son pithte dAropagite, justifie leurs yeux la ncessaire fusion entre la sagesse des Hellnes et le christianisme. Les rcuprations politiques du saint ont aussi t nombreuses. Lauteur les dveloppe dans toutes leurs nuances, mais sil faut en retenir une, citons seulement la malice avec laquelle les dfenseurs de la voie conciliaire dans lEglise ont relev que Denis ne mentionne jamais lexistence du pape dans ses oeuvres.

Cependant, au mme titre que les autres types dautorits intellectuelles et politiques, lesprit critique du XVIe na pas pargn Denis. Certains humanistes et les protestants surtout ont focalis leurs attaques sur les textes dionysiens en dmontrant quils ne pouvaient pas avoir t crits par un homme du Ier sicle. A laide de toutes les disciplines prises par la Renaissance : la philologie, lhistoire, la philosophie, les savants doivent se rsoudre finalement dissocier Denis, le premier vque de Paris dun pseudo-Denis, thologien. Laffaire rebondit au dbut du XVIIe sicle avec Jean de Launoy qui a russi prouver, par un peu de bon sens, que le premier vque de Paris ne pouvait pas non plus tre un grec converti par Saint Paul. A lore du XVIIIe sicle, il ne reste plus grand-chose de Denis ; quelques espigleries bien senties sur la cphalophorie du saint mettront un point final la controverse.

Contre ces attaques, la monarchie franaise, traditionnellement place sous la protection de Denis depuis le Moyen ge, na pas t un alli. Lauteur note un dtachement du roi lgard de Denis partir du rgne dHenri III (1574-1589). En effet, limaginaire vhicul par le saint protecteur allait lencontre des forces ascendantes du rgime : labsolutisme. Devant la fracture religieuse, la monarchie, au-del des confessions, se pense comme le nouvel espace dunion entre les Franais. A partir de la fin du XVIe sicle, le roi veut incarner une religion o Dieu serait prsent dans le monde par la seule mdiation providentielle du souverain. Ce dernier ne peut donc se placer dans une position de qumandeur lgard dun saint. Et comme Denis est aussi le symbole dune christianisation antrieure Clovis, il napparat plus comme une autorit pertinente.

Dans sa dernire partie, Jean-Marie Le Gall illustre cette thse en soulignant le lent mais certain dclin du culte de Denis dans labbatial de Saint-Denis. La ncropole se transforme peu peu en un lieu de clbration du sang royal. Cest loccasion pour lauteur dcrire des pages denses et concises sur les crmonies funraires de la monarchie franaise, qui donnent toujours lieu des dbats passionns entre historiens. Lauteur considre que lutilisation de simples cercueils pour recueillir le corps des Bourbon sexplique par une incorporation parfaite de la dignit royale. Laffirmation sera, nen doutons pas, trs discute.

Avec le talent des grands historiens, Jean-Marie Le Gall fait de la figure de Saint-Denis un fil conducteur, un point dobservation des remous de la modernit (XVIe-XVIIIe sicles) aliments par une question sempiternelle : au nom de quoi la tradition lemporterait-elle sur la vrit ? La France, plus que tout autre pays europen, aura pouss jusqu son extrmit ce questionnement par le processus rvolutionnaire de la fin du XVIIIe sicle. Le sacrilge des tombes royales en 1793 et le texte publi par le Moniteur cette occasion sont sans doute un aboutissement terrifiant et hallucin dune volont de renverser toutes les autorits du monde ancien : Nous navons pas t tent de baiser cette relique puante, en voquant de Denis, [...] ce crne et les guenilles sacres qui laccompagnent vont cesser dtre le ridicule objet de la vnration des peuples.

Matthieu Lahaye
( Mis en ligne le 11/06/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)