L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Moderne  

La Maison médicale du Roi - XVIe-XVIIIe siècles - Le pouvoir royal et les professions de santé (médecins, chirurgiens, apothicaires)
de Alexandre Lunel
Champ Vallon - Epoques 2008 /  29 €- 189.95  ffr. / 442 pages
ISBN : 978-2-87673-481-4
FORMAT : 15,5cm x 24cm

Prface de Jean-Louis Harouel.

L'auteur du compte rendu : Matthieu Lahaye poursuit une thse consacre au fils de Louis XIV, sous la direction du professeur Jol Cornette lUniversit Paris-VIII


Soigner et dominer

Le livre dAlexandre Lunel consacr aux professions de sant lpoque moderne est de ces ouvrages dont on dbute la lecture sans enthousiasme avant de se laisser convaincre peu peu par la pertinence du propos. La rhtorique un peu aride de ce docteur en droit se trouve vite compense par labondance des sources dpouilles, la prcision de son analyse et surtout lampleur de la thse dfendue: du XVIe au XVIIe sicle, la maison mdicale du roi aurait permis ltat monarchique de contrler les praticiens contre la Facult de mdecine de Paris.

En effet, jusquau XVIIe sicle, cette institution possde lexclusivit de lenseignement et de la pratique mdicale Paris. Particulirement conservatrice, elle dfend jusqu labsurde la mdecine intellectuelle de Galien contre la rvolution scientifique des XVIIe et XVIIIe sicles fonde sur lexprimentation. De mme, elle veille limiter linfluence des facults de province tout en surveillant les mdecins du roi qui revendiquent une tutelle toujours plus importante sur les professions de sant.

Non sans raisons dailleurs car lauteur montre comment, aurols du prestige de soigner le corps du souverain, ils permettent ltat de court-circuiter insidieusement lautorit de la facult de mdecine. La cration du jardin du roi actuel jardin des plantes -, par le premier mdecin en 1635 devient trs vite le cheval de Troie de cet tat toujours plus centralisateur. Linstallation dune chaire danatomie en 1671 commence tailler en pices le monopole denseignement de la Facult avant que linstitution dune socit royale de mdecine en 1778 ne labatte dfinitivement.

Pour justifier son offensive, la monarchie dveloppe un puissant discours sur la ncessit dharmoniser lexercice de la mdecine et de la chirurgie dans le royaume. Ainsi, Fagon, larchiatre de Louis XIV, russit par ldit de Marly en 1707 limpensable: uniformiser les tudes et la pratique mdicale. Tocqueville avait dj remarqu en son temps le curieux paradoxe de cet tat aristocratique, dfenseur contre nature de lgalit des sujets contre les corporations ; il finira par en mourir.

Alexandre Lunel, par lexemple des professions mdicales, nous livre les recettes dune rforme russie. Il sagit dabord de stigmatiser larchasme de son adversaire, ensuite le mnager tout en le privant de la ralit de son autorit, enfin profiter de son immobilisme pour le dtruire. Ces vieux rflexes nont pas disparu. Aussi ce livre permet-il de mieux comprendre de quelle manire ltat ou tout pouvoir public procdent pour simmiscer un peu plus chaque jour dans la vie sociale.

Matthieu Lahaye
( Mis en ligne le 14/10/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)