L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Le 18 Brumaire - Comment terminer une révolution
de Jean Tulard
Perrin 1999 /  16.64 €- 108.99  ffr. / 217 pages
ISBN : 2-262-01221-0

Brumaire ou de l'imprévisibilité d'un sabre

"Citoyens, la rvolution est fixe aux principes qui l'ont commence, elle est finie". C'est par ces mots crits un mois aprs le coup d'tat du 18 Brumaire que Bonaparte, premier consul, prsente la constitution de l'an VIII. Derrire cette formule, il y a une apparence: celle que l'homme commande aux vnements, l'histoire mme; mais il y a aussi une ralit; le fait que le nouvel homme fort de la France est l'hritier de la Rvolution. Toutefois, n'incarne-t-il pas lui mme la Rvolution ? Celle-ci survit-elle avec lui ? Pour rpondre de telles questions l'tude des journes de Brumaire s'impose. C'est cette dmarche qu'a adopte Jean Tulard dans son dernier ouvrage.

Renouant avec cette pratique historique fondamentale d'tudier l'vnement et de l'inscrire par la suite dans une dure plus longue, Jean Tulard campe tous les personnages qui vont tre les acteurs du coup d'tat. Dans la mme ide, l'auteur a pris le soin d'expliquer les raisons pour lesquelles la conjoncture est devenue favorable au succs d'une telle entreprise. L'utilisation d'un "sabre", d'un militaire, pour arrter les dbordements rvolutionnaires apparat tre une ide ne ds la Constituante. Mais ce n'est que sous le Directoire qu'elle prend sa pleine mesure. L'impuissance des institutions du rgime rgler lgalement les crises politiques, l'essoufflement des mouvements populaires et la dcapitation des grandes ttes politiques rend de plus en plus probable l'utilisation d'un sabre. Pour un Talleyrand, un Fouch, un Sieys, l'appel un gnral pour sortir la France de son impuissance politique est ncessaire. Seul un chef militaire peut imposer aux factions l'ordre, qui est leur yeux la condition sine qua non l'tablissement d'un nouveau rgime. Mais ce sabre dans leur esprit n'est qu'un bras, il n'a pas vocation devenir une tte. Le choix d'un complice militaire doit donc tre l'objet de toutes les attentions.

Pourquoi l'ambitieux Bonaparte allait-il tre ce sabre ? Jean Tulard l'explique. Ce gnral aurol de ses victoires passes - Lodi, Arcole, Rivoli - a su s'attacher tant l'opinion que l'arme. La facult de faire la guerre est une chose, savoir la raconter, souvent aux dpens de la vrit, en est une autre. Bonaparte possdait les deux. Il sut utiliser lors de la premire campagne d'Italie les journaux, les communiqus pour faire natre le mythe du sauveur. A cela s'ajoute un indniable sens politique. Il sut attendre le moment favorable pour conspirer, pour se rapprocher des factions, sans jamais s'enfermer dans des engagements trop prononcs. Il sut apparatre comme le seul capable d'tre le gardien des acquis de la Rvolution. Un exemple parmi d'autres : pour gagner sa cause les "idologues", membres de l'Institut, garants des vertus rvolutionnaires, le mois prcdent le coup d'tat il assiste avec assiduit, comme un bon lve, aux sances de l'honorable assemble.

La conjoncture, les hommes, les ides, tout concourt, durant le mois d'octobre 1799, au rapprochement de Bonaparte et de Sieys. Ce dernier, chef du clan des rvisionnistes, fort de l'appui du gnral corse, va pouvoir imposer son idal constitutionnel. Le coup d'tat est arrt au 9 novembre (18 brumaire), il sera parlementaire. Le plan est simple. Lorsque la disparition du pouvoir excutif, acquis la conjuration, sera entrine par le pouvoir lgislatif, une ou deux commissions guides par les rvisionnistes seront nommes pour rdiger une nouvelle constitution.
Le coup d'tat doit donc revtir un caractre lgal. Les militaires ne doivent pas intervenir. Leur seule prsence justifie par des arguments fallacieux constitue uniquement une force de pression. Dcrivant les vnements du 18 et 19 brumaire, Jean Tulard montre les drapages que connurent ces journes, et comment de parlementaire ce coup d'tat mal prpar allait devenir militaire. L'intervention de Bonaparte, puis de la troupe, au sein des assembles lgislatives allait permettre au gnral corse de s'imposer comme l'homme fort du nouveau rgime. Le sabre tant recherch qui n'tait qu'un bras l'origine devenait ainsi la tte. La nouvelle constitution allait tre taille ses mesures.

S'appuyant sur de nombreux travaux universitaires, sur les mmoires des tmoins et des protagonistes de ces vnements, soulignant les zones d'ombre que l'histoire n'a pas clairs, faisant la part des vrits et des contre-vrits, Jean Tulard effectue avec son talent d'crivain et d'rudit une bonne mise au point des connaissances que nous avons du coup d'tat. Au terme de l'tude, l'auteur donne ses conclusions et prend position dans les deux sicles de dbat portant sur la signification et l'interprtation de cet acte fondateur. Pour lui, le coup d'tat de brumaire n'a pas d'autre prtention que de consolider la Rvolution. Le rgime napolonien n'a t qu'une dictature de salut public impose par la guerre avec l'Europe et les discordes intrieures. Mme aprs avoir pris un caractre monarchique, cette dictature ne toucha pas aux conqutes de la Rvolution.

Michel Roucaud
( Mis en ligne le 10/08/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)