L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Dans les bottes du Général - Journal de l’Elysée, tome III : 1969-1971
de Jacques Foccart
Fayard 1999 /  29.77 €- 194.99  ffr. / 791 pages
ISBN : 2-213-60316-2

Pompidou président ou la Cinquième République sans De Gaulle

Celui qui fut une des plus mystrieuses figures du gaullisme aborde dans ce troisime tome de ses mmoires son exprience lysenne immdiatement postrieure au dpart du gnral de Gaulle en 1969. La campagne lectorale de Georges Pompidou, la constitution du gouvernement, le fonctionnement des institutions, les principaux dfis politiques et administratifs font partie des sujets gnraux abords par Jacques Foccart. Nanmoins et cela est sans doute consubstantiel la vocation mme d’un journal, l’objet principal de ce volume est Jacques Foccart. L’historien ne s’en plaindra pas dans la mesure o la rputation sulfureuse du personnage continue empcher d’en faire une tude sereine. Les informations apportes par le personnage ne peuvent donc qu’enrichir le dossier des biographes. Cependant, la lecture de ce volume invite pondrer ces espoirs. Si un nouvel clairage est incontestablement apport sur les premires annes du mandat de Georges Pompidou, le rle et l’action de Jacques Foccart persistent se "dfiler" en dpit du foisonnement apparent d’informations.

L’intrt de l'aspect humain de ce journal mrite sans aucun doute d’tre soulign. Quel que soit le jugement que l’on puisse porter sur Charles de Gaulle, il apparat nettement au fil de ces pages que le dpart du gnral prive le rgime d’une dimension suprieure et fait paratre au grand jour les rivalits entre clans, les mesquineries politiciennes et la qute des prbendes. Selon Jacques Foccart, le gnral de Gaulle aurait ainsi dit propos de la nouvelle donne politique et gouvernementale : c’est la Quatrime en pire. Si Georges Pompidou parvient tant bien que mal endosser un habit prsidentiel coup dans une taille nettement suprieure la sienne, les autres barons du gaullisme se lancent dans des querelles fratricides que le nouveau prsident s’efforce d’arbitrer. Dans cette perspective, la lutte que se livrent Michel Debr et Jacques Chaban-Delmas pour l’obtention de la charge de Premier ministre est une parfaite illustration du nouveau contexte politique. Vritable statue du commandeur, la figure du gnral de Gaulle constitue le filigrane sur lequel se tisse toutes ces intrigues, chacun s’efforant d’apparatre comme le seul hritier valable de l’oeuvre du gnral. Jacques Foccart n’chappe pas au phnomne, se prsentant comme le compagnon de toujours, soucieux de l’intrt suprieur de la nation et rejetant les combinaisons politiciennes.

Tout au long de ce journal, Jacques Foccart semble anim d’un constant souci d’autojustification. Ds les premires pages, l’auteur aborde les questions des rseaux Foccart, des polices parallles ou encore du Service d’Action Civique (S.A.C.) et qualifie de simples calomnies toutes les allgations qui ont t portes contre lui ce sujet. Foccart aurait ainsi t injustement attaqu par une presse hostile afin d’affaiblir indirectement Georges Pompidou. Ds lors, il n’accepte gure que ses compagnons semblent hsiter se commettre avec lui, c’est pourquoi il n’a de cesse d’intervenir directement auprs du prsident Pompidou afin de retrouver son poste de secrtaire gnral de la prsidence de la Rpublique pour les affaires africaines et malgaches, satisfaction qu’il obtiendra rapidement.

On aimerait suivre la prsentation de l'auteur dans ce qu’elle a de simple, mais il est est peu convaincant. En effet, Foccart relate de faon dtache de nombreuses runions avec les responsables du S.A.C., ses contacts frquents avec des chefs d’antenne du service de documentation extrieure et de contre-espionnage (S.D.E.C.E.), sans compter d’innombrables rencontres avec des personnalits africaines et malgaches (rendues possible par la dlgation trs souple donne par Georges Pompidou qui n’exige qu’un compte-rendu bi-hebdomadaire la diffrence du gnral de Gaulle, beaucoup plus exigeant). De tous ces contacts, Jacques Foccart donne une version tout fait neutre, voire anodine. Cela ne peut convaincre un lecteur averti.

Ce volume mrite nanmoins d’tre lu quelles qu’en soient les faiblesses. Il est dot d’un indniable pouvoir vocateur et restitue habilement les balbutiements du gaullisme sans de Gaulle. Il ne faut cependant pas esprer y trouver des rvlations sensationnelles. Personnage habile s’il en fut, Jacques Foccart s'est fourvoy dans la prsentation qu’il fait de lui-mme. Sa ligne anglique, si elle ne parvient pas convaincre, conduit renforcer le halo mystrieux du personnage. Ni ange, ni dmon, Foccart fut sans aucun doute un trs habile manoeuvrier qui laissera une marque profonde mais discrte dans l’histoire de la Cinquime Rpublique.

Guillaume Zeller
( Mis en ligne le 13/08/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)