L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

La Guerre d'Algérie par les documents - Tome II, Les Portes de la guerre, 1946-1954
de Service historique de l'armée de Terre
 38.93 €- 254.99  ffr. / 1023 pages
ISBN : 2863231138

Sous la direction du professeur Jean-Charles Jauffret.

La Guerre par les archives

En 1990, le Service historique de l'arme de Terre publiait le premier tome d'une collection de documents d'archives indites consacre l'histoire de la guerre d'Algrie : La Guerre d'Algrie par les documents.
Cette nouvelle collection, dirige par le professeur Jean-Charles Jauffret, ambitionne de mettre la disposition des chercheurs, comme du public le plus large, des documents originaux issus des quelques 5 000 cartons d'archives de la guerre d'Algrie que dtient le Service historique de l'arme de Terre, au chteau de Vincennes.

Elle reprend, dans ses lignes gnrales, la philosophie dveloppe et mise en oeuvre par Pierre Renouvin, Jean-Baptiste Duroselle puis leurs successeurs lors de la publications, par le Quai d'Orsay, de la srie des Documents diplomatiques franais (D.D.F.). Mais elle y apporte quelques nuances.
La principale rside dans l'adjonction d'un appareil critique adapt (chronologie, fiches biographiques, bibliographie...) et d'introductions rdactionnelles dues la plume de Jean-Charles Jauffret. Ces introductions permettent de replacer la guerre d'Algrie dans son contexte historique gnral, national et international afin d'viter de la rduire un affrontement entre Franais et Algriens car, comme l'crit J-C. Jauffret, "ds ses premiers moments, la guerre d'Algrie n'a rien d'un combat en champ clos, mais (elle) s'imbrique, telle une poupe russe, dans un environnement maghrbin, panarabe, et international spcifique".

L'importance et la richesse des fonds d'archives disponibles a ensuite impos la dfinition d'une ligne de conduite et d'une mthode de recherche. Pour l'essentiel, il apparat clairement que Jean-Charles Jauffret a volontairement privilgi les documents manant de diffrents services de renseignement franais. Il a pour cela obtenu toutes les drogations ncessaires et pris toutes les prcautions indispensables la protection de la vie prive et de la scurit des personnes.
Ce faisant il est vident qu'il a t confront la question, permanente chez l'historien, de l'objectivit de son travail et de la subjectivit de ses choix. Il y a rpondu avec honntet et rigueur scientifique en cherchant s'effacer le plus possible derrire la publication du plus grand nombre possible de documents.

Le tome I, L'avertissement 1943-1946, fort de 550 pages, et de plus de 200 documents, contribua une mise en perspective et une meilleure comprhension de la gense de la guerre d'Algrie, depuis la rdaction du Manifeste du peuple algrien le 10 fvrier 1943 jusqu' la loi d'amnistie du 9 mars 1946, en passant par les nombreux rapports, quotidiens, gnraux ou de synthse, sur le sanglant avertissement de Stif le 8 mai 1945. C'est d'ailleurs cette date du 8 mai 1945 que, pour Jean-Charles Jauffret commence la guerre d'Algrie.
Notons, parmi les nombreux documents consacrs Stif, une srie de 18 tlgrammes envoys du 8 mai au 14 juin 1945 par le gnral Henry Martin, qui commandait alors Alger le 19e corps d'arme, au ministre de la Guerre. Ces tlgrammes relatent au jour le jour, parfois heure par heure, l'volution de la situation dans le Constantinois, ils sont suivis de son important rapport de synthse sur "L'insurrection et les troubles en Algrie". Remarquons enfin, pour clore ce premier tome, un document extrait du fonds priv du Marchal Juin, dat du 29 janvier 1946, intitul "Le Noeud du problme algrien, assimilation ou sparatisme" ?

En dpit des qualits videntes du premier tome et de l'accueil trs favorable qui lui fut rserv des deux cts de la Mditerrane, il fallut ensuite attendre huit ans pour que le tome II, Les Portes de la guerre, 1946-1954, soit enfin propos des lecteurs qui commenaient douter de sa publication.

Le rsultat est fort heureusement la hauteur de l'attente des chercheurs. Ce second tome, publi la fin de 1998, couvre une priode qui s'tend de mars 1946, l'issue de la loi d'amnistie des "vnements" de mai-juin 1945 jusqu' la fin du mois de dcembre 1954. Il ne compte pas moins de 1023 pages, 450 documents, une srie d'annexes prsentant les Responsables et hommes politiques algriens (17 entres), les Responsables civils franais (8 entres) et les Responsables militaires franais (12 entres), 7 cartes, 14 organigrammes, un cahier de 27 photos, un index des noms de personnes, une chronologie et enfin une bibliographie de 209 titres. Les documents prsents sont issus du dpouillement de quelques 150 cartons d'archives, dont plus de la moiti, non communicables aux termes de la loi de 1979 sur les archives, ont fait l'objet d'une drogation ministrielle.

Dans son architecture gnrale, ce tome second est organis chronologiquement en trois livres. Le champ chronologique couvert par chacun de ces livres (8 ans, 1 an, 2 mois) exprime bien, lui seul, l'acclration de l'histoire d'une guerre d'Algrie qui semblerait inexorablement attire vers cet oeil du cyclone qu'voque Jean-Charles Jauffret dans le livre second.

Le Livre premier "L'Algrie et son environnement, mars 1946-septembre 1953" tait consacr l'volution gnrale de l'Algrie et de l'arme en Algrie. Evolution qui s'inscrit sur une toile de fond o l'on retrouve, parfois ple-mle, la guerre froide, l'OTAN, les ambiguts des attitudes anglo-saxonnes, le panarabisme,...otons ici une srie d'une soixantaine de documents (pp. 117-230) sur "Des occasions manques ?" principalement constitue de comptes-rendus, de bulletins et de synthses manant des diffrents services de renseignement, ainsi que comptes-rendus du 5e Bureau, charg de l'action et de la guerre psychologiques.

Le Livre second "L'oil du cyclone, octobre 1953-octobre 1954" s'intresse, en deux volets successifs, la "qute du renseignement" puis l'volution de la prsence militaire en Algrie alors qu'en Indochine le Corps expditionnaire franais d'Orient (CEFEO) vit des heures tragiques dans une indiffrence mtropolitaine qui psera lourd quelques annes plus tard sur les choix de certains officiers.

Dans son premier volet, Jean-Charles Jauffret met l'accent, sur les documents manant des diffrents services de renseignement franais. Cela lui permet de mettre en vidence ce qu'il appelle le "cloisonnement des services de renseignement" mais aussi la qualit du travail raliss par le Service des Liaisons Nord-Africaines dirig par le colonel Schoen.
Ce volet se termine, de faon significative, par une note de renseignement rdige par la gendarmerie de Constantine le 27 octobre 1954. Elle relate les conditions dans lesquelles un attentat a t commis, deux semaines auparavant, contre le Cad Abderrahman Bediar. L'attentat, qualifi d'incident "semble plutt marquer le dbut d'une action directe mobile religieux et "patriotique", perptre par des Algriens rvolutionnaires"...

Le second volet dpeint un prsence militaire franaise polymorphique et paradoxale. Les grandes manoeuvres d'Oujda-Nemours de mars 1954, censes "avoir eu un effet salutaire sur le moral de la population" (capitaine Brosse, 29 mars 1954, 1H 3400) tudient, entre autres, les conditions d'emploi de l'armement nuclaire (gnral Callis, 28 mai 1954, 1H 1806), tandis que le retour des prisonniers librs des camps du Vit-minh exprime, mots couverts, les inquitudes des autorits militaires confrontes la "mauvaise graine qui a t seme dans leurs esprits" (gnral Pardes, 30 dcembre 1954, 1H 3398).

Le Livre troisime, enfin, "L'insurrection, novembre-dcembre 1954", est lui seul une introduction tous les livres suivants dont la prparation puis l'dition sont ds prsent attendues ! Il propose, en deux moments distincts, une perception de "l'insurrection" vue et vcue depuis Paris et Alger, puis un tat des forces en prsence et un premier bilan des oprations, la fin de 1954.

C'est tout d'abord une vritable plonge stratigraphique dans l'appareil dcisionnel franais au cours des deux derniers mois de 1954, depuis les hautes instances de la Dfense nationale Paris, jusqu' l'emploi des troupes "sur le terrain" en Algrie que procde l'auteur en quelques 400 pages. Que sait-on, que pense-t-on et quelles dcisions sont ventuellement envisages, proposes ou prises par le Conseil suprieur de la Guerre, le cabinet du ministre de la Dfense nationale, l'tat-major de l'Arme et ses diffrents bureaux, le gouvernement gnral d'Alger... Autant de questions pour lesquelles Jean-Charles Jauffret nous prsente des documents indits qui expriment, en cette fin d'anne 1954, les premires ractions comme les difficults d'apprciation, leur juste mesure d'vnements qui prennent souvent au dpourvu les autorits franaises et les acteurs eux-mmes !

Quant au premier bilan, il est bien sr d'abord quantitatif, nombre d'amis et de rebelles tus, blesss, disparus ou prisonniers, armes perdues et rcupres. Il pose alors d'emble la difficile question du dnombrement et de la qualification des effectifs engags et des pertes, de part et d'autres. Mais il devient bientt aussi moral lorsque les premiers rapports du mme nom voquent chez les officiers le sentiment, voire la souffrance de "constater qu'ils sont les seuls supporter les charges et consentir les sacrifices imposs par une Politique qui devrait logiquement tre soutenue par la Nation toute entire" (chef de bataillon Ducruc, 1er RCP, 21 dcembre 1954, 7U 726).

En dfinitive, ces deux premiers tomes de la Guerre d'Algrie par les documents n'apportent aucune rvlation sensationnelle, mais ils s'efforcent plus modestement de participer l'criture de la Guerre d'Algrie en essayant d'appliquer les deux lois de l'histoire dfinie par Cicron, "ne rien dire de faux, oser dire ce qui est vrai" !

Frédéric Guelton
( Mis en ligne le 13/08/2001 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)