L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Jacques Bainville. Profils et réceptions
de Olivier Dard , Michel Grunewald et Collectif
Peter Lang - Convergences 2010 /  47 €- 307.85  ffr. / 280 pages
ISBN : 978-3-0343-0364-4

Bainville, le troisième homme

Aprs Charles Maurras et Lon Daudet, Jacques Bainville apparat comme le troisime homme de LAction franaise, mouvement auquel il se rallie ds le tournant du XXe sicle. Historien, biographe, chroniqueur, Bainville fut, au travers de nombreux essais, un tmoin avis de son temps, aux inquitudes souvent fondes en matire dchanges franco-allemands et de relations internationales.

Publier un recueil dtudes propos de cette figure mconnue ou sous-estime comportait sa part de risque. Dans la foule dun colloque organis en mai 2009 lUniversit Paul-Verlaine de Metz, Olivier Dard et Michel Grunewald ont pourtant courageusement relev le gant. Les actes quils nous proposent sont ports par la louable intention de contribuer renouveler et largir la connaissance sur Bainville. Trois axes sont privilgis dans ce volume: les profils du personnage, ses facettes videntes ou plus discrtes, et les multiples avatars de son talent; les moments forts de son itinraire, notamment le choc de 1914; enfin, la rception de sa pense, principalement en Europe, mais avec des incursions vers les tats-Unis et ltranger. Tour dhorizon

Guillaume Gros se penche sur une charnire indispensable la comprhension fine de Bainville: larticulation entre lhistoriographie et le journalisme. Il montre que ce boulimique de presse sut se rendre indispensable la Revue universelle ou la Revue des deux mondes sans pour autant rechigner signer dans des journaux grand tirage (Candide ou Le Petit Parisien) ni mpriser lopinion publique. Un constat qui permet Gros une formule trs juste, quand il qualifie Bainville dhistorien de limmdiat.

Deux clairages importants quant aux relations que Bainville entretint avec lAllemagne sont fournis par Michel Grunewald et Thomas Nicklas. Le premier, analysant la rception outre-Rhin de lauteur des Consquences politiques de la paix montre en quoi ses thses furent, ds 1920, instrumentalises des fins politiques, afin de nourrir une image de Bainville en nationaliste inspirateur du systme de Versailles; le second nous dpeint un jeune Bainville fascin par la Bavire et plus encore par le roi Louis II, en qui il voyait la parfaite rconciliation du romantisme artistique et dun certain ralisme politique.

Olivier Dard, avec la prcision pntrante quon lui connat, aborde les conceptions conomiques de Bainville. Un sujet pointu, certes, mais qui nest gure envisag avec scheresse, plutt avec un didactisme qui ravira (et rassurera) le profane. Dard prend dabord soin de souligner quel point Bainville tait autodidacte en la matire, ce qui lui a permis de devenir lun des tout premiers journalistes conomiques contemporains. Tenant dune vision orthodoxe des rapports montaires datant en somme davant la Grande Guerre, Bainville se veut plus attentif aux finances quaux structures nes avec la modernit (le corporatisme ou lentreprise, par exemple) et reste au fond un optimiste croyant aux vertus de lpargne et de lquilibre budgtaire. Il se range en gnral dans le camp des lites patronales dfenderesses du capital mais rejoint celui des non-conformistes des annes 30 quand il sagit de dnoncer limprialisme amricain et la dshumanisation du travail machinique. Dard, malgr la rvrence quil tire au personnage, nhsite pas pointer les nombreuses omissions et simplifications entachant la vision dun intellectuel qui, de son temps, fut en la matire considr moins comme un expert que comme un augure

Yal Dagan offre quant lui une trs convaincante analyse du retentissement queut la Guerre de 14-18 sur un homme de trente-cinq ans mis labri de lexprience combattante pour raisons de sant. Il apparat que Bainville, qui ne fut pas meurtri dans sa chair, ne fut pas vritablement branl dans ses convictions par le premier conflit mondial. Seul son pessimisme sen trouva aggrav. Dagan, dans des pages qui paratront iconoclastes aux inconditionnels de Bainville, montre quen de des trois responsables du carnage (La Rpublique, les Nationalits, lAllemagne), cest surtout la Dmocratie que Bainville charge de tous les maux, afin de mieux lui opposer le miracle monarchiste, qui convainquit tant de ses lecteurs. Le chercheur cornifle aussi la prtendue indfectible clairvoyance que lon prte complaisamment au personnage et le dpeint comme empch daller au bout de ses rflexions, de par sa militance idologique. Une intervention qui dmontre elle seule que Bainville peut encore nourrir maints dbats aujourdhui.

Les autres articles sont de la mme eau, limpide. Un coup de cur particulier ladresse du Professeur Francis Balace, de lUniversit de Lige, qui, dune plume enleve, rudite et narquoise, bref dans un style comme on nen rencontre plus et qui fait quon reste soud au texte du premier au dernier mot, dtaille la rception de Bainville en Belgique.

Par ltude de lhistoire, par lobservation et par lanalyse on peut devenir prophte, crivait Bainville dans La Fortune de la France. Les travaux du millsime de celui-ci permettent de constater que les vrais prophtes ne prennent jamais de rides.

Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 01/06/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)