L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Hôtel Majestic - Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944)
de Gaël Eismann
Tallandier 2010 /  32 €- 209.6  ffr. / 590 pages
ISBN : 978-2-84734-660-2
FORMAT : 14,6cm x 21,5cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est matre de confrences en histoire contemporaine luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

L’ordre règne ?

Matre de confrences en histoire contemporaine luniversit de Caen, Gal Eismann livre, avec cet ouvrage, la version publie dune thse de doctorat soutenue en 2005 lIEP de Paris, sous la direction du professeur J.-P. Azma. De la thse, cet ouvrage a les ambitions, lampleur et lrudition. Dj lorigine en codirection avec Stefan Martens dun ouvrage consacr au mme sujet dans une perspective comparatiste (Occupation et rpression militaire allemande, Autrement, 2006), G. Eismann fait la dmonstration ici que lhistoire de lOccupation, prise sous un angle juridique, institutionnel et partir de problmatiques neuves, nest pas encore close, loin de l. Dans la foule des travaux de Liora Isral (sur les avocats en temps de guerre) et Anne Simonin (sur la peine dindignit nationale), on dcouvre, avec cette tude, combien une approche historienne de ces problmatiques juridiques qui ne relve pas de lhistoire du droit ouvre de chantiers prometteurs.

En loccurrence, passe une premire introduction mthodologique indispensable lexercice (quelles archives et avec quelle approche mthodologique, notamment dans le cadre des archives judiciaires?), cest ds la premire partie que louvrage trouve une premire justification, celle de la mmoire et de la vrit. La question se pose en effet de la reprsentation et du traitement judiciaire de la Rsistance par les forces doccupation avec, au-del, le mythe dune arme allemande respectueuse du droit, propre, et qui, en France, nutilisa pas la terreur Mythe toutefois et cest un dbat rcent en Allemagne que celui des crimes de la Wehrmacht, une ide qui va lencontre de la lgende dune Wehrmacht propre impose aprs guerre par les ncessits de la guerre froide. Do de longs dveloppements sur lhistoriographie du sujet, une historiographie sensible, trs finement analyse, et qui donne penser, avant mme dentrer dans le vif des archives.

A partir dun fonds important, celui du MBF (Militrbefehlshaber in Frankreich) et en dpit de certaines lacunes documentaires expliques en introduction, lauteur analyse quatre annes de maintien de lordre en France, en en montrant les phases, les enjeux (intrieurs, lis lOccupation, et, de manire plus large, dans lconomie des rapports de pouvoir au sein du IIIe Reich), les pratiques, les discours, les reprsentations. Certes, la situation est complexe, et dautant plus du fait des conflits de comptences entre autorits doccupations: outre les diffrents services de larme, chargs du gouvernement de la France occupe, interviennent galement dautres services. Les affaires trangres sont reprsentes (Otto Abetz), la Propagandastaffel, place la tte des Instituts allemands, la Gestapo (ds juin 1940) qui prend finalement seule la responsabilit du maintien de lordre en 1942. La diversit des missions, lentrelacement des domaines de comptence comme des points de vues sur la collaboration tmoignent dj du fonctionnement parfois chaotique du pouvoir nazi, et cet gard, louvrage illustre parfaitement les complexits du pouvoir et de la dcision politique dans lEurope allemande.

Louvrage est organis selon les diverses phases du maintien de lordre de la rpression de la rsistance plutt (ainsi que de la mise en place de la Solution finale en France occupe). Lauteur en distingue quatre: jusquen aot 1941, la situation est relativement calme, mais le dclenchement du plan Barbarossa (juin 1941) voit lapparition dattentats communistes, entrane un durcissement des mthodes et notamment des excutions dotage, avec au final un renforcement de lappareil de rpression. A partir de 1943 et du STO, la rsistance se dveloppe, devient une menace et la rpression policire sajoute lemploi de troupes militaires pour rtablir lordre. Enfin, avec le Dbarquement, la lutte contre les rsistants sapparente une guerre de partisans, et lordre sefface devant une terreur judiciaire.

Lanalyse de G. Eismann ne se limite toutefois pas un bilan de laction du MBF en ce domaine. Louvrage envisage galement la question sous langle des reprsentations, de la hirarchie des peines, de lvolution des procdures judiciaires, en fonction des impratifs de la guerre et de lidologie. En effet, si lorigine les tribunaux suivent lordonnance pnale de guerre de 1938, on assiste rapidement une radicalisation des peines, notamment contre la rsistance anglo-gaulliste. Lassassinat de laspirant Alfons Moser Paris (aot 1941) change la donne et la perception de la situation, aboutissant au dcret Nacht und Nebel: une surenchre rpressive, qui sexplique aussi par la concurrence, bientt crasante, de la Sipo SD. Mais cest surtout en juin 1942 le transfert des comptences de police un officier suprieur SS (Carl Oberg) qui fait sens et engage lappareil militaire dans une logique radicale, de terreur judiciaire. Cette logique trouve son apoge au temps du STO et du dveloppement des maquis, puis avec le Dbarquement. Lheure est alors une justice expditive, libre de tout frein bureaucratique: une guerre de partisan, qui continue la justice par dautres moyens.

Au final, un ouvrage dense, trs riche, et qui propose une approche neuve, dmystifiante, de loccupation du point de vue allemand. Un ouvrage qui fera dsormais partie des lectures indispensables tous ceux qui veulent comprendre lOccupation, voire le fonctionnement de lappareil de guerre nazie.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 07/12/2010 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)