L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Nazisme et révolution - Histoire théologique du national-socialisme. 1789-1989
de Fabrice Bouthillon
Fayard 2011 /  19.90 €- 130.35  ffr.
ISBN : 978-2-213-65600-7
FORMAT : 13,5cm x 21,5cm

L'auteur du compte rendu : Alexis Fourmont a tudi les sciences politiques des deux cts du Rhin.

1789 : Annus horribilis

Le nazisme a t la rponse de lhistoire allemande la question que lui avait pose la Rvolution franaise (p.11). Demble, Fabrice Bouthillon donne le ton qui sera le sien tout au long de son dernier ouvrage, Nazisme et Rvolution, Histoire thologique du national-socialisme. 1789-1989, dans lequel il est question du prtendu lien de causalit directe entre 1789 et la Shoah. Lentreprise rvolutionnaire, explique lhistorien, tait ds ses origines condamne et parfaitement illusoire, puisque elle dpassait les forces humaines et ncessitait tout bonnement lintervention dedieu (p.175). Ncessairement voue lchec, la rgnration amorce par les Rvolutionnaires aurait jet partout en Europe de funestes ferments de division. En vue de refonder leur unit interne, tous les pays du Vieux Continent auraient stigmatis, puis perscut les Juifs. Le nazisme dcoulerait, donc, directement de la Rvolution franaise.

Si la thse de lauteur a de quoi surprendre, elle sinscrit en fait dans la ligne de la pense contre-rvolutionnaire. Dailleurs, F. Bouthillon se rclame sans ambages des contempteurs les plus virulents de luvre des hommes de 1789. Ainsi, lhistorien fait appel aux enseignements de Maistre, Bonald et Burke afin de mettre en lumire les potentialits totalitaires de la Rvolution franaise. Si dune part lamalgame de ces auteurs franais avec le Britannique est tout le moins hasardeuse, tant la sensibilit de Burke tait moins conservatrice ou traditionaliste que librale, il est tonnant dopposer Maistre au totalitarisme comme le fait pourtant lauteur.

En effet, dans son essai Le Bois tordu de lhumanit, Isaiah Berlin a considr lauteur ractionnaire comme lun des prcurseurs du totalitarisme moderne: sa doctrine de la violence sigeant au cur des hommes, sa croyance en la puissance des forces obscures, sa glorification des chanes comme seules capables de contenir les instincts dautodestruction de lhomme, son appel la foi aveugle contre la raison, sa doctrine du sang et du sacrifice, de lme nationale, de labsurdit de lindividualisme libral tmoignent de laffinit plus grande de Maistre avec le fascisme moderne quavec la pense contre-rvolutionnaire (M. Longwy, Le Bois tordu de l'humanit. Romantisme, nationalisme et totalitarisme, Archives des sciences sociales des religions, 1994, Vol.86, n1).

Au fil des pages, F. Bouthillon na de cesse dvoquer le tiraillement des socits europennes entre la Gauche et la Droite. Il ne tente toutefois nulle part de les dfinir prcisment. Ce qui parait sinon peu rigoureux, du moins discutable dans la mesure o les frontires de la Gauche et de la Droite sont parfois tnues et souvent volutives. Ce distinguo, que lauteur prsente comme la summa divisio de la politique europenne, npuise en aucune faon la richesse de la ralithistorique : la Gauche et la Droite ne sont pas des blocs monolithiques. Pis, ces deux grands camps politiques sont traverss par une multitude de courants internes: par exemple, Droite, la sensibilit librale diffre la fois et du gaullisme et de la dmocratie chrtienne. Naturellement, sagissant de la Gauche, il en va de mme.

Lrudition tous azimuts dont fait preuve F. Bouthillon est certes louable, mais son argumentation est souvent outrancire et ne parvient nullement emporter la conviction. Au cours dun chapitre intitul Bismarck ou la ruine de lunit allemande, lhistorien nhsite pas crire quil est admirablement symbolique que Hitler soit n en 1889, pour le centenaire de la Rvolution franaise, et cent ans tout juste aussi avant que la chute du mur de Berlin ne permette enfin la runification de lAllemagne, prcisment sur cette frontire entre Autriche et Bavire qui tait devenue en 1871, par la volont de Bismarck, frontire entre lAutriche et lAllemagne (p.54). Plus loin, F. Bouthillon rappelle la reprsentation du Serment du Jeu de Paume ralise par David sur laquelle les Rvolutionnaires sengagent solennellement, la main tendue, donner une constitution au royaume. Lauteur entreprend alors un parallle douteux entre les hommes de 1789 et le salut hitlrien (p.171), puis entre les Nazis et les tudiants grvistes des AG. F. Bouthillon conclut ce passage en crivant que tout le IIIe Reich est dans lAG (p.177). Dailleurs, dans ses remerciements, lauteur reconnait ironiquement sa dette envers les guevaras damphithtre, pasionarias de sous-prfectures, petits apparatchikis syndicaux grce auxquels il a pratiquement tout appris du totalitarisme, rien de moins (pp.328-329).

Trop souvent, cette Histoire thologique du national-socialisme prend ainsi les allures dun vritable chemin de croix

Alexis Fourmont
( Mis en ligne le 01/03/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)