L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

L’Infamie. Le procès de Riom - Février-Avril 1942
de Jean-Denis Bredin
Grasset 2012 /  14 €- 91.7  ffr. / 177 pages
ISBN : 978-2-246-78423-4
FORMAT : 11,8 cm × 18,8 cm

Simulacre

Avocat, professeur de droit, membre de lAcadmie franaise, Jean-Denis Bredin a dernirement crit un ouvrage sur les annes noires de la Seconde Guerre mondiale. Cette tude qui a trait au tristement clbre procs de Riom sintitule LInfamie et a t publi chez Grasset.

Il y a plus de soixante-dix ans, sest en effet tenu en Auvergne un simulacre de procs voulu et dsir par loccupant nazi. Ce procs sest droul de fvrier avril 1942. Lauteur commence par planter le dcor et dcrire comment la Rpublique sest saborde pour que le marchal Philippe Ptain puisse arriver au pouvoir. Il voque donc le coup dEtat de 1940.

Jean-Denis Bredin dresse, ensuite, le portrait de Philippe Ptain et rapporte avec la plus grande ironie la poigne de main entre Hitler et Ptain Montoire. A cette occasion, le Fhrer et le nouveau matre de la France changrent quelques mots: Hitler affirma dabord tre trs heureux de serrer la main dun Franais, qui nest pas responsable de cette guerre, puis Philippe Ptain remercia sobrement loccupant allemand par un bien, je vous remercie.

Sous la pression des Allemands, un procs incriminant les principaux hommes politiques et militaires de la IIIe Rpublique fut organis, savoir Lon Blum, Edouard Daladier, le gnral Gamelin, Guy la Chambre, Robert Jacomet, etc. Le gnral Gamelin prit la dcision de ne rpondre aucune question. Lon Blum affirma que lon ne jugeait pas la France, mais la Rpublique et que ce procs avait pour seul fondement la moralit politique. Ce que sempressa de rfuter le prsident de la cour Caous.

La dfense ddouard Daladier insista sur le fait que la tenue du procs avait pour consquence de remettre en cause le principe juridique universel de non-rtroactivit des lois qui existe depuis toujours. La salle daudience tait toujours pleine, avec de nombreux observateurs venus dAllemagne. Les accuss se dfendirent si bien que, sur ordre des Allemands, le procs fut tout simplement interrompu de faon dfinitive.

Ltude de lacadmicien est tout fait passionnante, mais cette page sombre de notre histoire nationale mriterait peut-tre davantage quun petit format.

Jean-Paul Fourmont
( Mis en ligne le 28/08/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)