L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Panorama du voyage - (1780-1920) - Mots, figures, pratiques
de Sylvain Venayre
Les Belles Lettres - Histoire 2012 /  35 €- 229.25  ffr. / 600 pages
ISBN : 978-2-251-38115-2
FORMAT : 15,2 cm × 21,6 cm

Sylvain Venayre a collabor Parutions.com

Lauteur du compte rendu : agrge dhistoire et docteur en histoire mdivale (thse sur La tradition manuscrite de la lettre du Prtre Jean, XIIe-XVIe sicle), Marie-Paule Caire-Jabinet est professeur honoraire de Premire Suprieure au lyce Lakanal de Sceaux. Elle a notamment publi LHistoire en France du Moyen Age nos jours. Introduction lhistoriographie (Flammarion, 2002).


Jouir du spectacle du monde

Parmi les occupations que la mode encourage depuis trente ans, crivait Alexandre de Laborde en 1808 dans son Itinraire descriptif de lEspagne, il nen est peut-tre pas de plus raisonnable que le got des voyages, soit quon le considre comme un moyen de sinstruire, de rtablir sa sant, de distraire des chagrins, ou, comme lambition, dtre utile et davancer les progrs des sciences. Cest par cette citation que Sylvain Venayre, matre de confrences en histoire contemporaine luniversit Paris 1 Panthon-Sorbonne, ouvre son ouvrage consacr au voyage en tant qu'objet dhistoire. Il a choisi de ltudier dans la priode 1780-1920 car, remarque-t-il,une poque est une plage de temps laquelle on reconnat une certaine cohrence interne. Il ne fait gure de doute que, du point de vue de limaginaire du voyage, les dcennies qui se succdrent entre les alentours de 1780 et les alentours de 1920 en forment une (p.488). Aprs les annes 1920, la fin des grandes explorations et les nouvelles reprsentations de lespace de la plante ouvrent dautres pratiques, comme les annes 1780 avaient elles-mmes marqu une rupture avec la priode prcdente issue de la Renaissance, mme si le XIXe sicle conserve des habitudes et des lectures du voyage qui en sont hrites. Toutefois Sylvain Venayre souligne la rupture essentielle avec les temps modernes (XVIe-XVIIIes): Plus ais, plus sr, moins utile aussi, du point de vue de la connaissance, le voyage fut en revanche de plus en plus volontiers considr comme le moyen dun plaisir rare (p.483).

Pour tudier lvolution du voyage dans cette priode, Sylvain Venayre sest livr un inventaire systmatique des livres prsents dans le catalogue informatis de la Bibliothque nationale de France en choisissant disoler comme premier critre ceux dont le titre comportait les mots ''voyageur'', ''plerin'' ou ''touriste'' ; il a ainsi rassembl un corpus de 1524 livres (dont 480 guides de voyage en France) publis entre 1800 et 1914, qui constitue sa source principale. Choix dont il sexplique dans son introduction (p.21), en se rfrant larticle de Georges Duby sur lhistoire des mentalits (LHistoire et ses mthodes, Pliade, Gallimard, 1961): Parmi ces outils, dont ltude, en effet, simpose, vient en premier lieu le langage - entendons les divers moyens dexpression que lindividu reoit du groupe social o il vit, et qui servent de cadre toute sa vie mentale.Tout comme il se rfre Michelet cit par Lucien Febvre (p.25): dater finement la grande qualit de lhistorien.

Le livre comporte six parties: ''Le premier moyen du progrs'', ''A lcole du monde'', ''Le got de la dcouverte'', ''La qute de la sant'', ''La modernit des plerinages'', ''Le dsir de jouir''. Ouvrage universitaire, il est complt de solides annexes: la prsentation synthtique des sources, les notes (malheureusement, comme le veut la mode actuelle, repousses en fin de livre!), une belle chronologie, et trois index(noms de personnes, noms de lieux, index thmatique).

L'auteur repre et prsente les diffrentes figures de voyageurs. Celle qui simpose demble est invitablement la figure du touriste, mot qui apparat en anglais vers 1780, en franais vers 1810, et simpose dans les annes 1830 (Stendhal, Mmoires dun touriste). La pratique du ''grand tour'' des lites aristocratiques anglaises se modifie, ouverte dsormais dautres milieux, avec une gographie diffrente (un dtour par la Suisse et ses paysages) ; le modle spuise au dbut du XIXe sicle, remplac par des voyages plus courts et moins lointains. Dans ce sicle de rvolution industrielle, dautres voyagent pour leurs mtiertels les compagnons du tour de France dont les rcits remportent un grand succs(Agricol Perdiguier, Livre du compagnonnage - 1839 ; George Sand, Compagnon du Tour de France - 1841). Succs qui sexplique par plusieurs raisons mais entre autres car ces rcits parlent du peuple (les compagnons) et de la France. Le XIXe sicle sera (en France comme ailleurs) le sicle des rcits des tours vocation pdagogique ; en France, le plus clbre est sans aucun doute Le Tour de la France par deux enfants de G. Bruno (pseudonyme de Mme Fouille, 1876). Le voyage peut ainsi renforcer le patriotisme.

Le plerin est lui aussi une figure traditionnelle, mais qui garde toute son importance, du voyageur. Alors qu'il est trs tudi pour les priodes prcdentes (Moyen Age et temps de la Rforme catholique), les historiens du XIXe sicle sy taient moins intresss. Or cette priode est celle du retour en masse des plerinages, facilits par lavnement du chemin de fer, encadrs par des groupes efficaces, au premier rang la congrgation des Augustins de lAssomption (fonde en 1845 par Emmanuel dAlzon, surnomm le commis voyageur des ides romaines), encourags par les apparitions mariales et les miracles dont Lourdes est lexemple le plus connu.

Parmi les figures neuves au XIXe sicle encore: le voyageur de commerce, personnage haut en couleurs, que Balzac est lun des premiers avoir repr dans LIllustre Gaudissart, au mtier diffrent du colporteur qui lavait prcd. Un personnage sur lequel nexiste aucune tude monographique et dont la profession, nouvelle, sorganise au milieu du sicle, et que reprend au service de la rpublique Gambetta (La crise du 16 mai 1877 constitua ainsi un mythe dorigine, par lequel furent nous les destins communs de la IIIe Rpublique et des voyageurs de commerce - p.92). Autre figure, neuve galement, du XIXe sicle: le malade, le curiste qui va prendre les eaux, les bains de mer, dans une gographie nouvelle, marque par les saisons; curiste qui est en gnral accompagn, et dont laccompagnateur se livre la distraction du tourisme. Tout un discours mdical prend forme qui analyse les maladies du dplacement: lies lloignement de son pays, celles qui ont pour symptme le got du voyage, celles provoques par le voyage. Dans les annes 1870, le docteur Foville invente la catgorie des ''alins voyageurs'', alors que le got excessif des voyages se voit nomm''apodmalgie''. Des guides destination des malades sont dits, tels en 1864 le Guide mdical et hyginique du voyageur, en 3 volumes, du docteur Decaisne. Entre autres effets bnfiques du voyage, il permet dapaiser le spleen, ou encore la fin du sicle ce mal qui reoit un nouveau nom: la neurasthnie. Cependant, dans la mme priode, les mdecins sinquitent galement des maladies contagieuses que peuvent rapporter les voyageurs de pays lointains. Adrien Proust, le pre du romancier, inspecteur gnral des Services sanitaires de France, est lun des premiers en France se proccuper de ces questions dans son ouvrage paru en 1873: Essai sur lhygine internationale, ses applications contre la peste, la fivre jaune et le cholra asiatique (p.312).

Les voyages sont galement le lieu de dcouvertes de pratiques scientifiques neuves: ainsi lanthropologie, mme si plus tard Lvi-Straus inscrit en incipit de Tristes Tropiques son clbre: Je hais les voyages et les voyageurs.Un genre littraire neuf nait: celui du monde perdu, illustr entre autres par Conan Doyle et Rider Haggard. Dans un esprit voisin, marqu par le got de la dcouverte et la curiosit, apparat le reporter (mot repr dans les annes 1820). Autres formes neuves: lenqute sociale, les voyages dtude, en particulier ltranger; visiter les prisons et comparer les systmes pnitentiaires est une pratique fort en vogue dans le premier XIXe sicle (on parlera mme ce propos de tourisme pnitentiaire), pratique laquelle se livrent Gustave de Beaumont et Alexis de Tocqueville, partis aux tats-Unis entre mai 1831 et fvrier 1832, ce qui permettra au second dcrire De la dmocratie en Amrique(1835). Toutefois, lintrt du voyage dtudes dclinera avec Durkheim qui veut que lenqute sociale soit dsormais fonde sur les statistiques.

Cette curiosit inhrente au voyage se porte sur des lieux neufs, ainsi les muses, parcourus par une autre figure de voyageur: lartiste, pour lequel des guides sont rdigs (en 1850, un Guide du voyageur et de lartiste Fontainebleau, p.177). Les visites au muse deviennent un but de voyage, tandis que le modle du muse monde simpose: le Louvre Paris, le British Museum Londres et, partir de 1841, la construction de la Museumsinsel Berlin.

A tous ces voyageurs, hritiers infidles de la pratique aristocratique du grand tour, sont fournis des guides, des prcis, des conseils. Toute une littrature pour prparer son voyage et en tirer le meilleur profit, mais aussi des lectures pour tromper lennui durant le temps des transports, avec le dveloppement des bibliothques de gare et de la littrature qui laccompagne. Sylvain Venayre montre bien lvolution qui, des arts apodmiques (arts de bien voyager) de la Renaissance, conduit aux pratiques du XIXe sicle: de Montaigne linnarrable famille Fenouillard campe par le dessinateur Christophe (La famille Fenouillard: ouvrage destin donner la jeunesse le got des voyages, publi dans le Petit Franais illustr en 1889).

Voyager exige aussi de rendre compte de son voyage, de se livrer lexercice du carnet de voyage, ventuellement illustr de dessin, pratique masculine mais tout autant fminine. Car les femmes apparaissent aussi dans ce paysage et Sylvain Venayre les repre et les montre, traque la fminisation du vocabulaire, tel le mot exploratrice qui apparat vers 1870/80, analyse les rles qui leur sont dvolus.

Pour lui, la mutation la plus clairante dans la pratique du voyage et la figure du voyageur est sans aucun doute le plaisir neuf voyager qui dfinit le touriste du XIXe sicle et apparat dans de nouvelles pratiques comme celle du voyage de noces dans les annes 1870, alors que le mot ''sport'' venu de langlais simpose dans la mme priode. On constate la dmocratisation du tourisme avec ses avantages et ses inconvnients, un touriste soucieux de rapporter des objets souvenirs... Lobjet, comme la littrature de voyage, acquiert la fonction de prolonger la jouissance intime du voyage, et le rcit de voyage y gagne un statut littraire officiel.

Une rflexion rigoureuse trs stimulante sur une pratique qui nous est devenue familire mais que lon voit se construire ici. Un ouvrage bien crit ; au plaisir de la dcouverte intellectuelle, sajoute celui de la lecture qui lui ouvre un public beaucoup plus large que le seul milieu universitaire. Les ditions des Belles lettres publient simultanment un second ouvrage de Sylvain Venayre qui permet de mieux comprendre les enjeux scientifiques du livre : Disparu! Enqute sur Sylvain Venayre.

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 13/11/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)