L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Soldats. Combattre, tuer, mourir - Procès verbaux de soldats allemands
de Sönke Neitzel et Harald Welzer
Gallimard - NRF Essais 2013 /  28,90 €- 189.3  ffr. / 619 pages
ISBN : 978-2-07-013590-5
FORMAT : 14,2 cm × 22,5 cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est matre de confrences en histoire contemporaine luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

La guerre sans fards

Aux dbut des annes 2000, un historien allemand, Snke Neitzel, invit en Angleterre, dcouvrait un document dune valeur exceptionnelle: la transcription des conversations de prisonniers allemands de la seconde Guerre mondiale, couts leur insu dans les geles anglaises. Sur tout le long du conflit, les Anglais espionnrent leurs prisonniers, afin den saisir la culture et den comprendre la mentalit. Le procd est probablement discutable du point de vue thique et mme scientifique, mais le rsultat est indniablement intressant. Ces transcriptions, pistes par les auteurs aprs leur redcouvertes, forment un document exceptionnel, non seulement par la libert de ton des tmoins malgr eux mais galement en ce quelles rvlent des individus et de leur comportement en guerre, de leur contexte idologique et de leur lecture du rgime nazi et de son histoire. Comme la masse des archives (plusieurs centaines de milliers de feuillets) interdisait une tude systmatique, et appelait un travail collaboratif, S. Neitzel sest ouvert de sa trouvaille auprs dHarald Welzer, un spcialiste de la mmoire: leur lecture conjointe de ces archives constitue le propos de cet ouvrage qui, demble, sannonce comme un document majeur.

Le livre sorganise en trois parties assorties dune conclusion. Les deux premires parties sont lintroduction, indispensable, du document. Il sagit de rflchir la nature du document, au cadre de rfrence sociologique (les valeurs des individus et celles de leur milieu) ainsi quau contexte (le totalitarisme), en tentant de restituer lunivers mental des soldats jusqu cette rupture de civilisation induite par la guerre totale. Des prmices ncessaires, caractriss par une approche la fois sociologique (o lon dcouvre la singularit du nazisme), psychanalytique et historique. En effet, les auteurs ont voulu nous faire pntrer dans lunivers de ces soldats avant de leur cder la parole, ne serait-ce que pour viter lcueil symbolis par un D. J. Goldhagen et ses bourreaux volontaires de Hitler de considrer la population allemande, en masse, comme criminelle. Le rle de lhistorien nest pas de juger a posteriori et sous le coup dune motion lgitime mais dclairer le pass, de le rendre intelligible en analysant les discours, en cherchant comprendre les attitudes, et saisir le poids du contexte dans des comportements paroxystiques. Aussi les deux auteurs commencent-ils dabord par prparer le lecteur, le replacer dans le contexte du nazisme et de la guerre, lui faire prendre conscience des mcanismes du groupe (avec la notion du groupe total pour dsigner le peloton), de la pression des combats et de lidologie. A partir de rfrences dpoque et doutils forgs par la psychologie, le lecteur est invit rflchir la manire dont lindividu peut se comporter hors de toute normalit. Ces prmices peuvent sembler parfois excessivement prudents et prcautionneux, mais face un tel document, la mthodologie est lgitime.

Cest bien videmment le troisime chapitre, qui cite directement les conversations, qui constitue lenjeu majeur de louvrage. Intitul Combattre, tuer, mourir, il propose de rsumer, cette triade qui rappelle incidemment la devise fasciste (croire, obir, combattre) lexprience de guerre des soldats allemands. Chaque sous-partie plus dune quarantaine organise, par thmes, lunivers mental du soldat, illustr par des extraits de conversations: le combat, de ses pratiques les plus courantes jusquau crime de guerre (plus ou moins peru comme tel, avec ses mcanismes de dni), les reprsentations des allis, des ennemis, des vnements, du rgime, les mcanismes de linformation et de la rumeur, les motions et les sentiments, le sexe (plutt le viol), la victoire et la dfaite, lextermination, etc. Chaque thme est illustr par quelques extraits, synthtiss, contextualiss et remis en perspective. La dmarche adopte nest pas, en soi, novatrice, mais elle a lavantage doffrir de lexprience de la guerre une typologie connue. En effet, on retrouve dans ces diffrents thmes des problmatiques chres lanthropologie historique de la guerre moderne. Les lecteurs de S. Audoin-Rouzeau, de C. Ingrao, de J. Keegan, de P. Fussell ou encore de V. D. Hanson se retrouveront en terrain connu. On regrettera peut-tre, par endroit, le commentaire des auteurs, qui se rsume une paraphrase de lextrait: un risque acceptable au regard de la richesse, de la crudit et de la densit des extraits, soigneusement choisis pour leur ton et leur contenu.

Car sur ce dernier point, la lecture est difiante. Pour un Ernst Jnger ou un Jesse Glenn Gray (Au Combat, Tallandier, 2013) avouant leur jouissance au cur de la bataille, combien de vtrans taisent cette motion. Mais ici, dans lintimit des comparses prisonniers, peu de tabous, pas de secrets entre camarades de fronts: on se confie, on se raconte, on commente lactualit (ou du moins ce quil en parvient), on voque sans priphrase la guerre, les faits darmes, les exactions (des autres, forcment), les brutalits (toujours justifies, et attnues), on samuse de ce qui, dans la normalit, serait une transgression. La guerre est un morceau denfer, disait le pre Cordovani, confesseur de Pie XII, et effectivement, cette lecture illustre le fait que le territoire de la guerre est un territoire singulier, qui change ces fameux cadres de rfrences inventoris par les auteurs. La lecture est passionnante, instructive mais laisse mal laise: si, avec les auteurs, on peut faire la part de lesbroufe et de lenvie dimpressionner les autres, les tmoignages enregistrs sont tout de mme impressionnants et tmoignent dune rapide immdiate mme contamination par la guerre pour ces aviateurs qui, passe la premire mission, bombardent sans tat dme des civils et en sourient, ou ces marins qui voquent les quipages abandonns la mort en dpit de toute tradition de la marine. Les parallles, esquisss, avec le Vietnam et dautres conflits mriteraient cet gard des dveloppements.

Au final, cest un cours densauvagement en acclr qui est propos ici, pour des hommes qui ne se distinguent pas forcment par leur fanatisme nazi, mme si lannonce du complot Stauffenberg nombre dentre eux font classiquement une distinction entre Hitler et son gouvernement. Ensauvagement et discours a posteriori sur cet ensauvagement, dans un contexte (captivit, culture virile, rle des agents provocateurs anglais) particulier. La lecture simpose aux amateurs dhistoire anthropologique de la guerre, comme une relecture, lchelle des individus, de la guerre totale et de ces consquences.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 16/07/2013 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)