L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Alfred Rosenberg - Journal. 1934-1944
de Alfred Rosenberg
Flammarion 2015 /  32 €- 209.6  ffr. / 688 pages
ISBN : 978-2-08-136635-0
FORMAT : 15,3 cm × 24,0 cm

Prsentation par Jrgen Matthus et Frank Bajohr

Bernard Lortholary (Traducteur)

L'auteur du compte rendu : Ancien lve de l'Ecole Normale Suprieure, Agrg d'histoire, Docteur s lettres, sciences humaines et sociales, Nicolas Plagne est l'auteur d'une thse sur les origines de l'Etat dans la mmoire collective russe. Il enseigne dans un lyce des environs de Rouen.


Actualité de Rosenberg ?...

Perdu pendant de trs longues dcennies, voici que le journal dAlfred Rosenberg a refait surface il y a quelques annes. Les historiens du nazisme avaient eu vent de lexistence de ce document historique, qui avait dabord t une pice charge de linstruction mene contre son auteur en prvision de son jugement lors du grand procs de Nuremberg en 1946. Mais comme lindiquait (pour le dplorer) son avocat de lpoque, ce document, qui devait aussi tre utilis dcharge par son client, avait disparu Accident? Ngligence trangeconcernant un tmoignage aussi personnel et rare dun chef nazi de premier plan sur ses conceptions idologiques et son action politique pendant le Troisime Reich ! Mais alors les instructeurs jetaient souvent des liasses ou au moins des pages entires darchives historiques, ny voyant aucun intrt flagrant pour leur affaire; et certains profitaient du dsordre et de complicit pour emporter les documents avec eux et les privatiser, illgalement: peut-tre fut-ce dailleurs un bien relatif, quand le voleur de biens publics sauva dune possible destruction des archives qui refont surface lors dinventaire aprs dcs du dlinquant.

Tel est le cas du journal de Rosenberg. Comme lexpliquent fort bien les diteurs, responsables scientifiques de ldition allemande, en introduction, le journal avait t retrouv peu aprs la fin de la guerre en Allemagne, cach dans une cloison, et remis aux autorits judiciaires amricaines, avant de disparatre mystrieusement, mais on avait une ide du probable auteur de ce vol et on suivit en quelque sorte la trace le dtenteur jusqu sa mort o on rcupra le prcieux document: aux Etats-Unis videmment. Notre poque est propice la sortie de certaines archives des Allis vainqueurs de la Seconde guerre mondiale ou de pices denqutes de cette poque, comme on la vu avec le dossier Hitler de Staline en Russie ou les notes du psychiatre de Nuremberg. Les cadavres remontent la surface aprs avoir nag entre deux eaux 70 ans et l'on est curieux de savoir enfin de quoi il sagissait. Lhistorien (et lamateur) sont des chasseurs obstins de longue patience.

Le journal de Rosenberg prsente plusieurs intrts vidents. Dabord cest un des rares journaux de dirigeant nazi de premier plan: on a signal ici celui, plus prolixe, de Goebbels. Une caractristique commune de ces hommes qui ne saimaient pas (comme la plupart des dirigeants nazis entre eux) explique ce fait, cette fausse concidence: leur formation intellectuelle, universitaire en faisaient par vocation les crivains politiques et propagandistes en chef du NSDAP. Rosenberg se faisant connatre et reconnatre dans le parti par son clbre Mythe du 20me sicle, autrefois traduit en franais, essai volumineux de thorisation historico-biologique de la lutte des races (alternative nazie la lutte des classes, ce mythe marxiste). Ce livre fit jusqu la fin de la guerre de Rosenberg lidologue principal du rgime, respect ce titre par Hitler, qui se serait inspir de lui dailleurs pour rdiger Mein Kampf en prison en 1923, avec laide de son dauphin, Rudolf Hess (disciple du gopoliticien de lespace vital: Karl Haushofer) quon retrouvera dans lentourage de Rosenberg jusqu son mystrieux envol vers lAngleterre en mai 1941. Rosenberg aura dailleurs t comme Goebbels aussi un des journalistes en chef du nazisme.

Mais Rosenberg nest pas dou pour la polmique brillante ou le sarcasme cruel: cest un intellectuel un peu lourd, un thoricien; ce nest pas un styliste lgant. Il commet dailleurs parfois des fautes dallemand, comme lAutrichien Hitler. Paradoxal rapport la langue de la part de ces pangermanistes, eux qui devaient tre du fait de la race de purs germanophones. Il est vrai quon sinterroge parfois sur la race dHitler: question qui lui sera enfin pose - quelle ironie! - peu avant son suicide par un officier dtat-civil lors de son mariage funbre avec Eva Braun. Quant Rosenberg, n Reval/Tallinn, ctait un Allemand des pays baltes: un Volksdeutscher comme on disait alors aussi des Allemands de la Volga ou des autres minorits germaniques de lEst, entoures de masses slaves. Etait-ce la raison de ses inexactitudes en allemand? Ce qui spare aussi Rosenberg du ministre de la propagande, cest une certaine timidit devant la foule, un manque daisance devant les assembles: et on sent une certaine jalousie lgard de Goebbels, tribun populiste intuitif et orateur-n qui sait enthousiasmer son auditoire avec des effets habiles! Rosenberg, qui insiste souvent sur limportance dune certaine retenue tactique, laccuse dailleurs souvent dexcs rhtoriques et dimprudences, et aussi de servilit envers Hitler. Rosenberg nest pas pour autant moins admiratif envers le Fhrer, dont il est dpendant psychiquement autant que Goebbels, ni plus modr sur le fond!

Lintrt principal du journal rside cependant dans la comprhension de la politique nazie de lintrieur, dans le lien entre la psychologie et la vision du monde (obsession idologique de Rosenberg, son slogan) dune part, dans la dtermination du rle politique de Rosenberg dautre part. On le savait mais le journal le confirme: russophobe acharn, anti-slave par racisme, Rosenberg sest voulu le thoricien et lingnieur en chef du dmantlement dfinitif de la Russie. Totalement en phase avec Hitler sur ce point aussi, Comme beaucoup dintellectuels, Rosenberg piaffait dimpatience de recevoir un ministre pour agirl o il sestimait le plus comptent ! Il esprait donc du Fhrer la haute main sur cette mission forcment historique de librer lAllemagne de la monstrueuse pression de la Russie et de redessiner pour mille ans lEst europen dans lintrt du Grand Reich. Des Etats vassaux et allis (la Grande Finlande!) devaient succder lURSS liquide et diviser le bloc imprial russe en entits plus matrisables, si possibles rivales (Moscovie et Ukraine!): diviser pour rgner. Dans son pathos eschatologique, aux catgories selon lui scientifiques, Rosenberg joue avec les ides avec les hommes par millions. Sentimental sa manire, le nationaliste inquiet de lavenir de la race nordique se rsout sans mal la liquidation de pans entiers de lhumanit(une sous-humanit) : cruelle loi darwinienne de lHistoire! Dailleurs, pour ce paen qui dteste le christianisme comme une contamination du judasme, la grande politique se caractrise par la duret et la capacit tirer toutes les consquences de sa vision du monde aryenne avec un gosme sacr. Evidemment le judo-bolchvisme est une cible privilgie! Et la solution finale de la question juive! Il faudra prsenter aux peuples de lEst,avec habilet, la politique allemande de domination comme une libration du communisme et des Juifs: en les encourageant massacrer eux-mmes leurs oppresseurs. Il est vrai que ce nest pas toujours du travail propre. Et Rosenberg doit composer avec Himmler et la SS qui feront les choses mthodiquement. Il est fier dannoncer que sa patrie balte est le premier territoire judenfrei (libr de la prsence des Juifs). Mais au fond le monde russe et sibrien, mongol et barbare, doit tre dompt, et les Slaves qui ont accept le joug asiate ne mritent pas la libert.

Ce cynisme, du ralisme politique froid, et la gestion technicienne efficace du matriaux humain ne doivent pas cacher la sincrit de lidologue. Certes il y a la soif et la jouissance du pouvoir personnel et la volont de puissance tatique, qui peut en tre une forme drive, psychiquement. Mais il y a aussi des valeurs, une cause quon sert avec sens du devoir! Les discussions avec Hitler les plus sinistres, porteuses de liquidation ethnique, saccompagnent dmotion! On a les larmes aux yeux, on senthousiasme, on rit aussi certes avec cruaut: il faut se dtendre des fatigues des journes de travail, du poids crasant de la responsabilit! Des moments mmorableso se jouent le sort du monde et le destin historique des grands hommes ! (Rosenberg est plein de cette vanit et jaloux de ne pas laisser Himmler empiter sur ses prrogatives: le ct ridicule de lhorreur).

Par-del les spcificits du nazisme, on touche aussi cependant le noyau terrifiant de lessence du politique, de la gopolitique impriale, forcment belliciste et peut-tre les risques de la thorie du choc des civilisations, avec ses certitudes et simplifications mythologiques et ses connotations potentiellement racistes. Pour qui philosophe sur notre poque et ses sources, dont 1914 et 1940-1945 font srement partie, il est aussi fascinant de relever chez le croyant nazi Rosenberg larticulation entre mythe politique parfois archasant et techno-science (du biologique et chimique au nuclaire). Et bien des auteurs (historiens et sociologues ou philosophes) ont not que le nazisme, avec son imagerie de propagande tribale, rurale et paysanne et ses clichs idologiques passistes (dorigines idales fictives), avait t un moment dacclration de la modernisation non seulement militaire, mais sociale (dmocratique et mritocratique!), conomique et technoscientifique de lAllemagne!

Actualit de Rosenberg?...

Nicolas Plagne
( Mis en ligne le 18/01/2016 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)