L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Vichy en prison - Les épurés à Fresnes après la Libération
de Bénédicte Vergez-Chaignon
Gallimard - La suite des temps 2006 /  24.90 €- 163.1  ffr. / 424 pages
ISBN : 2-07-076209-2
FORMAT : 15,5cm x 24,0cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

D’une prison, l’autre

On a parfois de la peine envisager les annes de limmdiat aprs-guerre : si lpuration (lgale et sauvage) est une ralit, elle demeure toutefois difficile saisir, lexception de quelques cas plus mdiatiss (Laval, Ptain, Brasillach). A quoi aura ressembl cette justice dEtat dans laprs guerre ? Quel fut le destin immdiat des hommes de Vichy, dans les geles o passrent leurs vainqueurs ? Avec Vichy en prison, sous la plume de Bndicte Vergez-Chaignon, on rentre dans les aspects les plus prosaques de la Libration, savoir larrestation, lenfermement et le procs des nombreux acteurs de lEtat franais : des aspects essentiels pour apprhender un climat, une atmosphre particulire, comprendre des individus, lhumeur dune socit, llaboration dune paix de justice dans une priode trouble.

Bndicte Vergez-Chaignon avait dj livr un trs russi Dr. Mntrel, puis elle a collabor au bel ouvrage, dirig par R. Belot, sur Les Rsistants. Avec ce nouvel opus, qui finalement prolonge les prcdents, elle a choisi un angle original, celui de la cohabitation, au sein de la prison de Fresnes, dune communaut huppe de vichyssois, lites et lampistes runis (mais pas mlangs : les politiques, destins la Haute Cour, jouissent dune tage particulier) dans une mme opprobe, et dsormais face leurs juges (lesquels, sont parfois ceux qui sigaient Riom Certes, lironie fut souvent souligne par les avocats, mais elle dvoile les limites de lpuration judiciaire). Langle est original en ce que l'auteur entreprend de dcrire une ambiance confine, entre inquitude, angoisse, stratgie dvitement, plaidoyer ou apologie de la collaboration. Partant des carnets du Dr. Mntrel, mdecin et confident de Ptain, quelle a bien tudis, lauteur nous fait entrer dans la prison de Fresnes. On y croise du beau monde : Laval remchant sa plaidoirie, Darnand la recherche dun avocat, Brasillach prt dfendre son bilan intellectuel, Bousquet fourbissant son pass de rsistant, Flandin soulag de recevoir un brevet de rsistentialisme inespr, Brinon qui tente de distinguer bonne et mauvaise collaboration lensemble ml au tout venant de la collaboration et du crime.

Et lexistence sorganise, chapitre par chapitre, comme une vie quotidienne : car il faut vivre en prison o la nourriture, en ces temps de pnurie, est peu satisfaisante pour un notable, sans parler de lhygine, du froid hivernal, de la promiscuit (y compris avec des adversaires politiques mais la prison rconcilie), sy occuper (gare au cafard), y nouer des relations (mme avec les gardiens, prts fermer souvent les yeux et se serrer les coudes en cas dinspection de dputs), y travailler ( des mmoires apologtiques comme un improbable dossier en dfense), y refaire le monde au sein dun dernier carr de fidles en plein dlitement (surtout, ne pas apparatre aux cts des pestifrs comme Darnand ou Bucard, condamns davance). Et puis il faut trouver un avocat (dilemme : un rsistant ou un sympathisant, un tnor ou un jeune davenir ?), communiquer avec la famille, les relations (et de prfrence discrtement), prparer le procs, le face--face avec le tribunal (et, pour le gratin, la haute cour et ses dputs communistes, dautant plus agressifs que le souvenir du pacte germano-sovitique demeure), laborer une stratgie (parler, se taire, jouer labsentisme victimisateur, comme Laval, attaquer la lgitimit des magistrats au nom de critres parfois improbables comme Xavier Vallat, qui rcuse M. Kriegel-Valrimont en tant que juif). La prison, le procs, les rumeurs structurent dsormais lexistence de chaque dtenu. Et puis les peines tombent, dont la mort, avec son rituel si particulier (on entonne ce nest quun au revoir, manire de ddramatiser), qui simpose tous. Et peu peu, les Franais se dsintressent, alors que lIndochine sagite et que le monde change. Louvrage sachve sur la fin des annes cinquante : celles des lois damnistie dune part (1951, 1953, 1959) et dun retour la vie normale qui touche mme les contumax. La Libration est termine.

Elabor partir de sources diverses (archives judiciaires et pnales, mmoires et rcits autobiographiques des principaux acteurs accuss, avocats, dputs, aumniers - papiers privs ou publics) et utilisant de manire ample une bibliographie tendue, cette belle analyse historique sinscrit dans un courant renouvel dtudes sur lpuration. En effet, depuis quelques annes, cette dernire est dactualit : aprs le beau colloque publi sous les auspices de M.-O. Baruch (Une poigne de misrables, Fayard), on lira avec passion cet ouvrage bien crit, comme un tableau de lpuration. Car il va bien au-del dune simple chronique carcrale (dj intressante en tant que tranche de vie et dintimit, comme les Entretiens de Nuremberg, annots par R. Gellately sur les dirigeants nazis dans le procs de Nuremberg, tir des carnets du Dr. Goldenhson).

En fait, cest une chronique de lpuration lgale vcue par les purs eux-mmes. Cest Vichy dans laprs guerre, cest Fresnes, ses cellules, son infirmerie, ses petites magouilles, mais galement la haute cour, les tribunaux en gnral, le milieu des avocats. Louvrage se situe au confluent de lhistoire des sociabilits, de lhistoire politique et de lhistoire juridique. Surtout, il savre dune lecture trs agrable, tant la plume de lauteur est fluide et sait, dune anecdote, dun fait, laborer une analyse, expliquer un processus ou une dcision judiciaire. Justice est faite.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 19/06/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)