L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Le Dilemme russe : la Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible à Boris Eltsine
de Marie-Pierre Rey
Flammarion 2002 /  21 €- 137.55  ffr. / 354 pages
ISBN : 2082100987

Russie-Europe, ou le colosse offusqué

Un norme et superbe animal, sorti du fond des ges, dont rien n’arrte les mouvements convulsifs, qui tantt s’tend dans toutes les directions, tantt se contracte sur lui-mme, et toujours rpare ses blessures : voil l’Empire russe travers l’histoire. Immense et isol, puissant et arrir, le grand tat entretient avec l’Europe occidentale des rapports ambigus, faits de mfiance, de fascination, d’admiration et de rpulsion mles. Vaste sujet, sujet classique, dont Marie-Pierre Rey entreprend, dans Le Dilemme russe, de donner un tableau gnral, des origines nos jours.

Disons-le d’emble, ce tableau souffre d’un vident dsquilibre dans sa composition. Tout le rcit antrieur 1917 est de seconde main, tributaire d’tudes parfois fort anciennes : on mesure en lisant ces rfrences combien la priode sovitique a t peu propice, l’Ouest comme l’Est, l’tude de l’empire des Tsars, et combien de pistes inexplores s’ouvrent encore au chercheur. Malgr ces lacunes de la documentation, le rcit est bien men et le problme des rapports russo-europens bien pos. On retrouve les grandes questions qu’ont abord d’autres ouvrages recenss dans ces colonnes, l’Alexandre Ier, le feu follet de Nicolas Arkhangelski et le L’Europe au regard des intellectuels russes d’Alexandre Bourmeyster : le rle essentiel de Pierre le Grand, accoucheur d’une modernisation force, la csure postrieure entre lites occidentalises et masses arrires, le dbat sur l’identit europenne ou asiatique de la Russie, les rapports ambigus entre autocratie et modernit, slavophilie et panslavisme, etc.

Paradoxalement, bien que spcialiste de la Russie contemporaine, Mme Rey a beaucoup moins russi la priode sovitique. L’histoire politique et l’histoire de la culture politique s’effacent devant une histoire trop troitement diplomatique. L’auteur se livre une analyse excessivement pointilliste des sinuosits de la politique extrieure de l’Union sovitique, l’volution de l’immense pays paraissant se rsumer celle de son ministre des affaires trangres. Elle met en revanche bien en vidence la permanence fascinante des dbats entre occidentalistes et slavophiles, le libral Sakharov s’opposant l’orthodoxe Soljenitsyne. La conclusion de l’ouvrage n’en est pas une : les dix annes qui nous sparent de la chute de l’U.R.S.S. sont expdies en trois pages, et le livre s’arrte abruptement sur les prises de position de Vladimir Poutine au lendemain du 11 septembre 2001.

Dans les notes comme dans la bibliographie, les titres des ouvrages russes sont transcrits en caractres latins mais non traduits : on regrette ce parti, comme l’on dj fait dans ces colonnes au sujet de l’Alexandre Ier de M. Arkhanguelski. En effet, la transcription n’apporte rien au grand public, qui sera bien en peine de reconnatre dans Rousskaa istoritcheskaa mysl’ i Zapadnaa Evropa un ouvrage sur La pense historique russe et l’Europe occidentale… Quant aux spcialistes, le cyrillique leur serait plus utile : la publication assiste par ordinateur en rendrait fort simple l’insertion dans un texte en caractres latins, si toutefois les diteurs consentaient sortir de leur routine. On regrettera enfin l’emploi d’acronymes inutiles, la manire sovitique, tels que MID pour ministerstvo inostrannykh del, c’est--dire tout simplement ministre des affaires trangres .

Ces scories tmoignent d’une criture peut-tre trop htive. L’ampleur du sujet appelait une composition mieux matrise, aboutissant une rflexion dgage des contingences de l’heure. Le dilemme russe laisse donc le lecteur sur sa faim : le grand animal russe n’est pas encore attrap.

Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 19/06/2002 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)