L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Une culture bourgeoise. 1815-1914 - Londres, Paris, Berlin... Biographie d'une classe sociale
de Peter Gay
Autrement - Mémoires 2005 /  22 €- 144.1  ffr. / 375 pages
ISBN : 2-7467-0630-X
FORMAT : 15x23 cm

L'auteur du compte rendu : Chercheur associ la Bibliothque nationale de France (2004), Thomas Roman, diplm de Sciences-Po Paris et titulaire d'un DEA d'Histoire l'IEP, poursuit sa recherche en doctorat, sur les rapports entre jeunesse et nationalisme en France la "Belle Epoque". Il est le responsable de la section "Histoire & sciences sociales" de Parutions.com.

Bourgeoisie(s)

Bourgeois, le XIXe sicle le fut assurment : aprs le tremblement de la Rvolution franaise et lessaimage de sa philosophie aux quatre coins de lEurope, avant le XXe sicle dmocratique et totalitaire, au XIXe sicle, le bourgeois trouve son temps et, en Europe comme aux Etats-Unis, son espace. Rvolution industrielle, essor du capitalisme, progrs du parlementarisme : les germes plants au sicle prcdent trouvent l matire crotre et prosprer. Libral, imprialiste, le XIXe sicle bourgeois se rsume en un qualificatif : victorien.

Spcialiste de la priode, auteur dune biographie consacre Freud (Freud. Une vie, 2 vol., Hachette Pluriel, 2002), Peter Gay tente dans cet essai historique de cerner la personnalit du bourgeois victorien. Une culture bourgeoise synthtise ainsi plus de trente ans de recherches sur la question, qui avaient dailleurs donn lieu une publication en cinq volumes, encore indite en France : LExprience bourgeoise : de Victoria Freud (1984-1988).

Trois parties divisent louvrage. Aprs que la premire a esquiss une dfinition du bourgeois (Fondements), la seconde se penche sur les traits saillants de la psychologie bourgeoise de lpoque (Pulsions et dfenses). La troisime enfin (Lesprit victorien) traite la question des pratiques bourgeoises (travail, loisirs, rapport la religion). Des trois, cest assurment la deuxime qui retient le plus lattention, moins classique, plus personnelle. Ici, Peter Gay mobilise sa connaissance de la psychanalyse pour tudier au plus prs lintimit bourgeoise. La mthode est sans doute contestable, dune part concernant lobjet il est toujours malais et finalement impressionniste de cerner la psychologie dun groupe -, de lautre du fait des sources mobilises pour une telle analyse. Les journaux intimes et les correspondances sont ici les supports les plus fructueux mais quen est-il de la pertinence des tmoignages recueillis, de leur reprsentativit ? Sans une approche srielle fonde sur des sources nombreuses, les rsultats restent imparfaits. Or, les sources, ici, restent limites. Peter Gay suit dailleurs tout au long de lessai un principal exemple, celui dArthur Schnitzler, emblmatique selon lui du bourgeois victorien. Chez Schnitzler, en effet, se concentrent les capitaux conomiques, sociaux et culturels que lon attend chez un bourgeois lpoque, de mme quune tension fondatrice entre le besoin de changement (le XIXe sicle bourgeois chercher ses marques vis--vis du XVIIIe sicle aristocrate) et celui de conservation (ce sicle guette aussi dun il inquiet larrive du XXe sicle dmocratique).

Certes. Mais un problme de dfinition se pose, que Peter Gay peine rsoudre. Se voulant autant un essai de gnralisation quune clbration des diffrences (p.13), Une culture bourgeoise finit par perdre son objet. Le bourgeois renvoyant autant au petit col blanc quau capitaine dindustrie, sinscrivant dans le temps long dune long XIXe sicle (1800-1914) et lespace large de lEurope et des Etats-Unis, le terme finit par se diluer dans les prudences de dfinition, les relativismes et des rappels historiques trop lointains. Ainsi de lindividualisme libral que lauteur prend le soin de faire remonter jusqu la Renaissance. Trop dhistoricisation ne tue-t-il pas finalement la dmarche historique ?... Trop dextension de la cohorte choisie nhandicape-t-il pas aussi la dmarche sociologique ?... Un point sur lequel jinsiste depuis le dbut de cette tude : lextraordinaire diversit de lesprit bourgeois au XIXe sicle (p.298), nous rappelle Peter Gay en fin de parcours.

Car telle est lintention de lauteur : dconstruire limage surfaite que lon a du bourgeois victorien, aperu d, semble-t-il, une littrature bourgeoisophobe vhicule du temps mme par des artistes et crivains (Zola ou Flaubert en France par exemple). Contre limage de la modration bourgeoise, celle dune bourgeoisie matrialiste et besogneuse, philistine, froide, mais aussi paternaliste sinon phallocrate, pratiquant un culte de la virilit dont ptirent les femmes, les enfants dans leur ducation, et dont llan nationaliste et imprialiste serait aussi lune des rsultantes, Peter Gay multiplie les contre-exemples. Ainsi, au chapitre 3 (Eros : extase et symptmes), lauteur consacre des dveloppements intressants sur la croyance largement partage lpoque en la frigidit naturelle des femmes que quelques extraits de correspondances en effet trs intimes infirment assurment !

Un autre point sur lequel lauteur insiste avec justesse est celui de linquitude fondatrice de cette bourgeoisie victorienne (chapitre 5 : Sujets dinquitudes). Le XIXe sicle aurait t le sicle de lanxit et de la neurasthnie. Faut-il y voir la multiplication des nvroses sous le poids des interdits bourgeois (autour de la sexualit fminine et adolescente, des impratifs de comptitivit, du paratre bourgeois), comme le prtendait Freud ? Lauteur y dcle plutt, et sans doute plus pertinemment, une angoisse vis--vis du changement : ce sicle-l fut assurment un temps de forte acclration de lhistoire, dont les bourgeois furent tout la fois les acteurs et des victimes.

Louvrage aurait ainsi pu tre plus nourrissant et clairant si lauteur avait pris soin de mieux structurer son tude et dfinir de faon plus circonspecte son groupe. Car au final, Une culture bourgeoise tourne trop souvent un manuel gnral sur le XIXe sicle.

Thomas Roman
( Mis en ligne le 02/10/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)