L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Ennemis fraternels 1914-1915 - Hans Rodewald. Antoine Bieisse. Fernand Tailhades. Carnets de guerre et de captivité
de Ackart Birnstiel et Rémy Cazals
Presses universitaires du Mirail 2002 /  16.80 €- 110.04  ffr. / 190 pages
ISBN : 2-85816-616-1

Ennemis fraternels 1914-1915

L’intrt des lettres, journaux intimes et tmoignages oraux des anciens combattants n’est plus dmontrer. Rmy Cazals avait publi en son temps ce qui est devenu un classique du genre : Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, plusieurs fois rdits. Il s’intresse cette fois aux prisonniers de guerre, dans cette tude croise du destin d’un soldat allemand et de deux poilus de la Grande Guerre. Longtemps parents pauvres de l’historiographie, ces soldats sans armes ont fait l’objet d’tudes rcentes de la part de Franois Cochet, Odon Abbal et Annette Becker, notamment. Quelques tmoignages seulement ont t publis, dont celui de Charles Gueugnier en 1998. On se rjouit donc de voir cette thmatique continuer d’tre explore ici.

L’originalit de l’ouvrage de Rmy Cazals rside dans l’approche du sujet, trs personnalis puisqu’il est question de ses grands-pres et de ceux du co-auteur ds l’introduction. La Grande Guerre n’est pas un phnomne historique comme les autres puisqu’elle a directement touch l’ensemble des familles franaises et allemandes. Qui plus est, son souvenir demeure, pour quelques annes encore, reli de manire directe et intime des images et des rcits entendus dans le cercle restreint de la parent ou du voisinage par les plus de trente ans. La perspective franco-allemande, source d’enrichissement mutuel, ajoute encore l’intrt de cette dmarche.

L’introduction situe le parcours des trois tmoins dans le droulement gnral du conflit, avant que la parole leur soit donne. Le lecteur est alors aussitt immerg dans l’atmosphre du dbut du conflit, priode cruciale qui marque – on le saura plus tard – la charnire entre le XIXe et le XXe sicle. Etonne tout particulirement l’importance des rumeurs, souvent sans aucun fondement, comme ce rcit de l’assassinat d’un uhlan allemand par un prtre chez qui il croyait avoir trouv un havre de paix (et qui, en prime, dcoupe le cadavre pour le faire disparatre !). L’importance de l’histoire des reprsentations a t souligne maintes fois par les historiens. Bien relles – et finalement peu tudies – apparaissent en revanche ces atrocits commises par les Allemands en Belgique et en France en aot 1914, ou cette stupeur des soldats des deux camps devant la dcouverte du feu sur le champ de bataille. Le reflet de ces horreurs est heureusement inverse : une fois bless Hans Rodewald est soign par un Franais, vritable brave type , tandis qu’Antoine Biesse, dj agonisant, est sauv par les brancardiers lorrains de l’arme allemande. Commencent pour eux plusieurs annes de captivit.

Peu convaincu par les conclusions de l’cole de Pronne, Rmy Cazals remet en cause la notion mme de culture de guerre, fondement de l’approche historique d’Annette Becker et de Stphane Audoin-Rouzeau. Il lui oppose une culture de paix de personnes qui n’avaient absolument pas demand se trouver sous l’uniforme et n’aspiraient qu’ retrouver leur foyer. Cette tude apporte donc un nouvel lment un dbat historiographique en cours.

Jean-Noël Grandhomme
( Mis en ligne le 13/03/2003 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)