L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

La Religion des intellectuels français au XIXe siècle - Essai sur les origines de la modernité religieuse
de Jérôme Grondeux
Privat 2002 /  15 €- 98.25  ffr. / 189 pages
ISBN : 2-7089-6848-3
FORMAT : 13,5cm x 21cm

Les écrivains et le sacré

Si Michel Winock a choisi de prsenter un panorama du XIXe sicle intellectuel du point de vue de la libert (Les Voix de la libert, Le Seuil, 2001), Jrme Grondeux se propose de le faire en partant de la religion. Les deux problmatiques sont lies, intimement, les rapports entre ces deux sphres tant l’poque essentiels et problmatiques. Histoire d’un conflit ou d’une collaboration, ce rapport de la religion la libert (pensons la bataille scolaire, au ralliement, au modernisme) ou de la libert la religion (la libre-pense, l’anticlricalisme, la scularisation), est l’un des moteurs de ce sicle europen, marqu tant par l’essor du libralisme que par la remise en cause ou la transformation du ou des pouvoirs religieux.

Jrme Grondeux est un des historiens les mieux arms pour aborder la question. Spcialiste d’histoire des ides et du XIXe sicle (Histoire des ides politiques en France. 1814-1914, La Dcouverte, 1998), auteur d’une thse sur Georges Goyau et de maints articles sur ces problmes, il propose dans le prsent ouvrage de raconter les engagements divers des hommes de plumes autour de cette question.

Le tableau est saisissant. Les noms abondent, qui s’engagrent au nom de l’Eglise ou de la libert, de la tradition ou de la modernit, pour leur entente ou leur exclusion mutuelle. Un fait marque cependant : le sicle de la mort de Dieu n’est pas celui de religions moribondes. Qu’elles s’affirment contre ou qu’elles s’adaptent au temps, les diffrentes confessions montrent leur vitalit. Les intellectuels se font les relais de ces changements et de ces luttes autour d’un credo commun, celui d’une ncessaire transcendance, d’une spiritualit rendant caduque toute prsentation d’un sicle athe, d’un consensus mtaphysique sur lequel la socit puisse reposer. Jrme Grondeux remarque d’ailleurs avec Paul Bnichou (Le Sacre de l’crivain, 1996) que l’intellectuel lui-mme reprsente l’avnement d’un pouvoir spirituel dans une socit de plus en plus lacise.

Le grand intrt du livre est, par del l’incontournable mention des grandes figures voues la postrit (Joseph de Maistre, Chateaubriand, Lamennais, Saint-Simon, Comte, Michelet, Hugo, Taine, Renan, Barrs etc.), de nous familiariser avec des hommes moins connus. Citons Louis-Claude de Saint-Martin, Etienne Pivert de Senancour, Pierre-Simon Ballanche, Philippe Buchez, Eugne Mngoz, Pierre-Paul Royer-Collard, Thodore Jouffroy, Lon Oll-Laprune, James Darmesteter.

Le propos de l’auteur se divise en trois parties selon un dcoupage chronologique convainquant. Le premier XIXe sicle exprime une volont de rgnration spirituelle et/ou religieuse chez la plupart des auteurs. A ce temps du romantisme, succderait schmatiquement mais sans rupture, un temps plus dmocratique, celui d’un ge laque et positiviste (marqu aussi, en raction, par l’affirmation d’un catholicisme intransigeant). Le tournant du nouveau sicle, entre boulangisme et Grande Guerre serait celui, plus confus, d’une synthse doctrinale, l’poque o le XIXe sicle se rcapitulerait. La Belle Epoque est ainsi le temps des rvisionnismes et des synthses originales dont des hommes comme Maurras, Barrs, Jaurs ou Sorel sont les grands thoriciens. Ils illustrent l’mergence de deux transcendances nouvelles : le nationalisme et le socialisme.

L’ouvrage de Jrme Grondeux est une synthse importante qui montre quel point le XIXe sicle reste mconnu. L’rudition de l’auteur, allie un talent de plume et un savoir-faire pdagogique, ne peut que rendre la lecture de ce livre la plus enrichissante.

Thomas Roman
( Mis en ligne le 27/03/2003 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)