L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

La Photographie d'actualité et de propagande - sous le régime de Vichy
de Françoise Denoyelle
CNRS éditions 2003 /  39 €- 255.45  ffr. / 420 pages
ISBN : 2-271-06131-8
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

Vichy sous l’objectif : photographie et propagande

Au regard de lampleur des publications concernant le rgime de Vichy dans tous ses aspects, on a parfois limpression que le sujet est prs dtre tari. Cest pourtant loin dtre le cas et louvrage de Franoise Denoyelle, matre de confrence lENS Louis Lumire, illustre un nouvel aspect peu connu dune priode qui, dcidment, hante les historiens. La propagande par limage est certes un sujet bien explor, grce de nombreuses publications (signalons entre autres le riche catalogue de lexposition organise par la BDIC en 1988) mais le cas de la photographie tait trangement absent. Cet ouvrage comble heureusement une lacune, mais son utilit est loin de se limiter cette problmatique.

Demble, Franoise Denoyelle - rsumant ses travaux prcdents - constate que ds les annes 30, et contrairement lAllemagne o la photographie a nettement conquis sa place dans le dbat idologique (Goebbels comme Heartfield sillustrent en ce domaine), le milieu artistique franais engag en particulier les surralistes naccorde gure dintrt la photo ni aux photographes ( quelques exceptions notables). Cette moindre sensibilit expliquerait le peu dattention port par la suite cet outil mdiatique, que ce soit par les gouvernements de la IIIe Rpublique agonisante, ou par le rgime de Vichy. Du reste, la rvolution nationale dans ses premiers temps se montre assez loigne dune conception moderne de la communication politique et ce nest pas un hasard si la photo ne conquiert que fort lentement un statut de propagande, notamment via les portraits du marchal Ptain. Par ailleurs, Vichy se passionne trop pour les conflits dantichambres pour pouvoir laborer une politique suivie en ce domaine.

Il sensuit un expos fort clairant concernant lorganisation de la propagande en France, de 1939 1944, avec, en creux, une premire rflexion sur le rle assez mince accord la photographie. Ce nest pourtant pas faute dinstitutions ddies la communication politique (depuis le commissariat gnral de linformation de Giraudoux, jusquau secrtariat gnral de linformation et de la propagande dHenriot) ni de bonnes volonts. En loccurrence, la figure de Georges Reynal illustre certaines ambiguts du rgime : cet ancien combattant, marchaliste fervent et rsistant de la premire heure au sein de lORA Organisation de Rsistance de lArme - (ce qui lui vaudra la dportation Buchenwald), se rvle un propagandiste ambitieux ainsi quun amateur clair convaincu de lenjeu photographique. En janvier 1941, soutenu par le docteur Mntrel, il met en uvre le Service central photographique, qui, sans vritable autonomie institutionnelle, parvient nanmoins se prvaloir dune relle exprience administrative et technique pour sopposer aux projets allemands concernant les agences franaises et laborer une propagande consquente. La tche est du reste aussi vaste que varie, tant les conditions diffrent de la zone sud la zone nord. Finalement, cette officine de la propagande photographique du rgime, o lon fait galement de la rsistance, est ferme en 1944, aprs avoir tmoign de la Libration : le temps de la Documentation franaise est venu.

Il ne faudrait toutefois pas borner cette problmatique au seul rgime de Vichy : Paris, les agences photographiques anciennes et rcentes, franaises et trangres, bnficient largement de loccupation et collaborent avec les Allemands ou avec Vichy (le visa de censure, obligatoire, impose cette collaboration). carteles entre les projets de fusion de la Propaganda Staffel et les ides rorganisatrices du SCP, les agences travaillent dans un sens ou un autre, selon leurs convictions et surtout selon leurs intrts (signalons tout de mme le cas particulier de lagence Keystone, qui, la seule, sillustre dans la rsistance). La thse de Franoise Denoyelle montre dailleurs tout le profit que ces agences ont pu tirer de la dfaite et de loccupation. Cette dimension conomique vient nuancer la pauvret artistique - dplore par Reynal - ainsi que le pitre enthousiasme idologique : cest en Allemagne, quil faut rechercher une vraie politique photographique, y compris dexportation (et significativement, aucun photographe franais nest envoy sur les thtres doprations militaires). Denoyelle aborde galement la question de laryanisation des entreprises parisiennes (alors mme que quelques photographes indpendants, comme Willy Ronis ou Gisle Freund, chappent cette politique, ntant pas inscrits dans les registres du commerce). Elle sinsre par l dans une production historiographique renouvele (Cf. La Caisse des dpts et consignations, la Seconde Guerre mondiale et le XXme sicle, Albin Michel, 2003) dans la foule du rapport Mattoli de 2000.

Le secteur de la photographie aura galement fait lobjet des vellits organisatrices de Vichy, via le ministre de la Production et du Travail, et sa Charte du Travail de 1941. Depuis la fabrication dappareils jusquau commerce des photos, cest une industrie la fois cohrente et diversifie que Vichy voudrait intgrer dans lindustrie du cinma : contre ce projet, un comit national dorganisation provisoire de la photographie se met en place en 1941. La partie nest pourtant pas vidente et ce comit doit batailler pour conqurir une autonomie. voluant sous de multiples appellations (Comit dorganisation des laboratoires et studios photographiques, ainsi que conseil interprofessionnel de la photographie), il parvient une existence officielle en juin 1945 sous ltiquette de la Confdration franaise de Photographie La Libration achve ainsi un projet n sous le rgime prcdent.

Dexcellente facture, cette tude trs dense couvre donc la plupart des questions souleves par loutil photographique, la fois objet politique, artistique et conomique, et cela partir dun dpouillement darchives qui semble exhaustif. De plus, lauteur, en rappelant systmatiquement la situation du secteur dans les annes davant-guerre, dmontre parfaitement le bouleversement opr par la dfaite ainsi que ses consquences. Lvocation de lpuration et des annes daprs-guerre permet enfin un bilan complet de la priode, et conclut efficacement cette recherche. Si lon peut regretter par endroit la lgret du cahier iconographique, il faut en revanche souligner la richesse des annexes qui clairent un texte la fois rudit et bien crit. Au final, il s'agit l dune thse fort intressante, dont le titre ne dit peut-tre pas lampleur, et qui comptera dsormais parmi les ouvrages indispensables sur cette priode.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 15/10/2003 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)