L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Une poignée de misérables - L'épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale
de Marc-Olivier Baruch et collectif
Fayard - Pour une histoire du XXe siècle 2003 /  26 €- 170.3  ffr. / 612 pages
ISBN : 2-213-61529-2
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte-rendu: Sbastien Laurent, agrg et docteur en histoire, est matre de confrences lUniversit Bordeaux III et lIEP de Paris. Charg dtudes au Service historique de larme de terre, il consacre ses recherches depuis plusieurs annes aux services de renseignements militaires et policiers aux XIXe et XXe sicles. Il est le fondateur de la section "Histoire & sciences sociales" de Parutions.com.

Epure de la France occupée ?

Les balles qui frappent Pierre Pucheu Alger en mars 1944 sont les premires des pelotons officiels dexcution. La condamnation mort de ce jeune ministre de lIntrieur de Vichy avant mme que les armes allies ne librent le territoire est emblmatique du souci prcoce de juger ceux qui collaborrent avec les Allemands. Mais les serviteurs zls de loccupant ont-ils t cette poigne de misrables dont parlait le gnral de Gaulle en octobre 1944 ?

Lobjet de cet ouvrage collectif rassemblant vingt-et-une communications est de regarder, au-del de la lgende dune France unanimement rsistante qui sinstalle ds la Libration, la ralit de la situation. Le travail collectif est impressionnant : presque tous les secteurs professionnels ont t scruts et chaque contribution propose une dimension la fois juridique et statistique. Sur le sujet de lpuration, aux implications politiques, juridiques et mmorielles complexes, trop de livres partisans ou approximatifs ont t crits pour que le srieux de celui-ci ne soit pas soulign.

Une poigne de misrables permet de tirer des enseignements passionnants sur lattitude des Franais au cours de la guerre mais srement plus encore sur la faon dont lEtat et la socit ont gr cet hritage encombrant. Ce nest pas lpuration spontane et illgale de lt 1944 dont on connat maintenant assez bien les contours, qui est dissque mais lpuration officielle, judiciaire et administrative, entre lt 1944 - dbut de linstallation des commissaires de la Rpublique - et 1953 - anne marque par la dernire loi damnistie. Au-del des quelques dizaines de procs en Haute cour de Justice pour les responsables politiques et les hauts fonctionnaires de Vichy, ce sont les commissions dpuration et les chambres civiques qui ont le plus travaill.

Lon savait depuis les annes 1950 que le chiffre de 100 000 excutions sommaires, avanc par les nostalgiques de Vichy, ntait quun slogan destin masquer une tentative de retour politique et que le chiffre rel devait tre divis par dix. Cest par lactivit des multiples instances judiciaires et administratives que lon peut mesurer limplication de lEtat en matire dpuration. Louvrage nonce des chiffres impressionnants : 350 000 dossiers furent instruits par les cours de justice, dbouchant sur 125 000 procs. 95 000 personnes furent frappes dindignit nationale et prs de 30 000 fonctionnaires sanctionns. Lun des enseignements majeurs de cet ouvrage est que lpuration ne concerna donc pas une poigne dindividus mais bien au contraire quelle fut un phnomne social massif (p.532) comme lindique Marc-Olivier Baruch.

Pour autant, les procs de lpuration ne fonctionnent pas comme un miroir parfait de la ralit de lOccupation. Lpuration en dit finalement plus sur la longue sortie de guerre du pays que sur la France occupe. En effet, les jugements ont invitablement interfr avec le climat politique, avec certaines campagnes dopinion mais aussi avec les enjeux propres chacune des professions. A cet gard, les tudes confirment les hypothses antrieures en mettant notamment en avant le fait que lpuration fut particulirement svre dans certains domaines de ladministration (police, magistrature, arme). Il ressort galement de louvrage que laprs-guerre fut une priode dtonnant foisonnement juridique : pas moins de cent neuf ordonnances et lois (dont la liste exhaustive figure en annexe) prises entre 1943 et 1953 et de trs nombreux arrts et dcrets encadrrent lpuration. Le droit administratif est par nature contentieux et lpuration des commissions donna lieu de multiples recours. A cet gard ltude par Alain Bancaud et Marc Olivier Baruch des dcisions du Conseil dEtat propos de lpuration administrative est tout fait novatrice. En voquant la dspuration, ils montrent tous deux que cette autorit eut faire le partage, parmi les fonctionnaires, entre ceux qui relevaient selon elle de fonctions politiques (les directeurs de cabinets ministriels), et ceux relevant de fonctions administratives (les directeurs de ministre et les prfets), permettant ainsi de trs nombreuses rintgrations de fonctionnaires sanctionns ds la Libration. Lpuration ne fut donc pas seulement un processus morcel entre les diffrentes administrations et les corps professionnels les plus varis; elle stira dans le temps jusquaux annes 1970, bien au-del de 1953.

A la lecture de ce grand livre lon peroit quau-del dun mot lpuration cest une ralit multiforme qui est en question, intressant la fois lhistoire de la socit franaise, mais aussi celle du droit et celles des pratiques de lEtat. Cet ouvrage associant lhistoire du droit celle des groupes socioprofessionnels et lhistoire culturelle propose ainsi une nouvelle faon de faire lhistoire de lEtat.

Sébastien Laurent
( Mis en ligne le 07/11/2003 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)