L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Je t'écris de la tranchée - Correspondance de guerre 1914-1917
de Roland Dorgelès
Albin Michel 2003 /  20 €- 131  ffr. / 343 pages
ISBN : 2-226-14187-1
FORMAT : 15x23 cm

Prsent par Micheline Dupray et Frdric Rousseau.

L'auteur du compte rendu: Agrg et docteur en histoire, Jean-Nol Grandhomme est l'auteur d'une thse, "Le Gnral Berthelot et l'action de la France en Roumanie et en Russie mridionale, 1916-1918" (SHAT, 1999). Il est actuellement PRAG en histoire contemporaine l'universit "Marc Bloch" Strasbourg II.


Pas drôle le mardi gras ici

Lauteur des Croix de bois ne stait pas rvl tout entier dans son roman culte, comme le montre la publication scientifique de sa correspondance de la guerre 1914-1918. Introduite et annote par Micheline Dupray (auteur en 2000 dune biographie de lcrivain, galement parue chez Albin Michel) et par Frdric Rousseau (matre de confrences luniversit Montpellier III, spcialiste de lhistoire des combattants de la guerre de 1914-1918 et exgte des tmoignages quils ont laisss), cette correspondance rvle surtout un Dorgels amoureux. Llue de son cur, Madeleine Borgeaud, dite Mado (quil appelle aussi sa grande ou Bibi), ne peut cependant prtendre lexclusivit de son amour puisquelle doit le partager avec une matresse plus exigeante encore : la France. Deux fois rform, Dorgels sengage en aot 1914, dlaissant ainsi Mado, qui finira par le quitter en 1917, tout en continuant lui porter une grande affection. La seconde destinataire de ces lettres nest autre que la mre de lcrivain.

Cette correspondance dont seul un versant a t conserv (les lettres des deux femmes ont disparu), ce qui reprsente tout de mme 270 lettres et cartes nous dpeint la rude vie du poilu dans la tranche, le choc ressenti par lune des figures de la bohme parisienne au contact des ralits du front, mais ce qui est beaucoup plus rare elle nous rvle galement sa dtresse morale. Peu peu dlaiss par celle quil aime, le combattant souffre. Pas drle le mardi gras ici, crit-il le 16 fvrier 1915, sans se douter qu quelques dizaines de kilomtres de l, Mado danse en casser le talon de sa chaussure et flirte avec quelque embusqu. Cette journe comptera beaucoup dans leur rupture. Seules quelques rares tudes et bien sr Le Diable au corps ont avant cet ouvrage voqu ces soupons, cette distance entre lexistence de larrire et le front, entre les femmes restes dans le monde familier et les hommes passs dans un autre univers. Cette vaste occasion quest la guerre fait beaucoup de larrons et de larrones. Les ruptures de fianailles, les divorces sont lgions aprs 1918. Le conflit a chang les rapports entre les sexes. Par l, ltude de cette correspondance sinscrit pleinement dans la tendance actuelle de lhistoire des genres.

De dpit, Dorgels se rfugie plus que jamais dans lcriture et en ce sens nous pouvons remercier Mado ! Lamour que lui portent sa mre et sa sur, Line (qui nhsite pas venir le voir au front, contrairement sa grande) lui permet de surmonter sa douleur. A ce propos, F. Rousseau se livre juste titre un dveloppement sur la triste condition des parents au cours de cette guerre de cinquante-deux mois. Jamais dans lhistoire de lhumanit autant de pres et de mres nauront enterr leurs enfants (le plus souvent dailleurs sans tre prsents aux funrailles, quand il y en eut).

Cette blessure inflige par sa matresse, plus grave peut-tre que toutes celles provoques par les balles ou les obus, Dorgels la gardera enfouie au plus profond de lui-mme. Ravive par le suicide de Madeleine en 1933, elle le faisait encore souffrir en 1972, lorsque, g de 87ans, il voqua cette passion singulire la tlvision. De son ct, Bibi ne se dbarrassa jamais des lettres de son ancien amant, ce qui a permis cette publication particulirement mouvante. Combien dautres poilus, qui nont pas eu le talent dun Dorgels, auraient-ils pu nous raconter de semblables tortures intrieures ?

Jean-Noël Grandhomme
( Mis en ligne le 28/01/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)