L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Les Opposants à Napoléon - 1800-1815 : l'élimination des royalistes et des républicains
de Gérard Minart
Privat - Bibliothèque historique 2003 /  23 €- 150.65  ffr. / 186 pages
ISBN : 2-7089-5696-5
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu: Natalie Petiteau, professeur d'histoire contemporaine l'Universit de Poitiers, est historienne de la socit du XIXe sicle et de la porte des annes napoloniennes. Elle a notamment publi Napolon, de la mythologie l'histoire (Seuil, 1999) et Lendemains d'Empire: les soldats de Napolon dans la France du XIXe sicle (Boutique de l'histoire, 2003).
Elle est par ailleurs responsable ditorial du site http://www.calenda.org.


Déjà vu

Le sous-titre de cet ouvrage indique demble que luvre entreprise est moins novatrice que ne le laisse esprer le titre mme du livre. Car par la juxtaposition de ces titre et sous-titre, Grard Minart suggre que lopposition Napolon tenait tout entire dans les groupes clairement identifis comme ceux de comploteurs royalistes et rpublicains.

Lauteur se propose dapporter ici sa contribution la connaissance dun visage oubli, considre-t-il, de Napolon : celui du politique, celui qui a d veiller la rdaction de constitutions, faire voter des lois, utiliser les mdias et saccommoder de lirruption dans la socit dune opinion publique nerveuse et instable. Or, dans le domaine politique, la nature profonde de Napolon sest rvle comme dictatoriale et totalitaire, ce qui le mena recourir aux lois de rpression, aux juridictions sommaires, aux proscriptions, aux dportations et la suppression de la libert de presse. Puisque Grard Minart se propose dtudier Napolon sous cet angle politique mais est-ce en ce cas une histoire de Napolon ou une histoire des annes consulaires puis impriales quil faut mener ? -, il invite sloigner de la lgende pour observer les passions politiques.

Pour ce faire, il ne livre ici quun travail de seconde main, men avec grande hte, en se fondant sur une bibliographie abusivement partielle, et mme partiale.

La premire partie Une rpublique en trompe-lil - revient dabord sur le coup dEtat en des pages ignorant totalement les recherches rcentes qui ont beaucoup apport pour la connaissance de la situation relle de la France la veille de Brumaire : passe encore que ce travail soit de seconde main, mais il na pas recours, hlas, aux ouvrages les mieux faits et les plus utiles. Grard Minart, contrairement ce quil annonait, se fait ainsi son tour colporteur de la lgende, se permettant mme, lorsquil sagit de dresser le portrait de Napolon, de comparer sa mmoire celle dun ordinateur. Et pourquoi, lorsquil sagit dachever ce portrait, sen remettre Taine ? Cest en revanche avec raison qu'il rappelle que la France de 1799 recle trois ferments de guerre civile : la politique - en raison des dnonciations qui ont souvent eu lieu sous la Rvolution, la haine sest dveloppe entre bien des familles -, la proprit chaque village de France compte des acqureurs de biens nationaux et la religion en nombre dglises se sont affronts prtres rfractaires et prtres asserments. Mais on ne le suit plus lorsquil invoque les ncessits de lhistoire pour affirmer que la seule solution politique pour sortir de la situation de 1799 tait de refaire lunit franaise autour dun homme. Aprs avoir insist sur les premires mesures du Consulat, constitutives dune politique de rconciliation, lauteur rappelle le rle des Chambres et observe avec Taine le dmembrement du pouvoir lgislatif. On stonne ensuite de lire une brutale affirmation selon laquelle le peuple est ardemment favorable Bonaparte et sa politique dordre. Partant dun tel postulat, lauteur est totalement pass ct de son sujet ! Lopposition tient dabord, pour lui, dans lattitude des Idologues, ces rpublicains modrs sigeant au Tribunat, en tte desquels se trouvent Antoine Destutt de Tracy, Georges Cabanis, Pierre Daunou, Constantin Volney ou Marie-Joseph Chnier. En marge du groupe des Idologues figure Benjamin Constant, qui sattire particulirement les foudres du premier consul quand il ose laccuser de vouloir imposer servitude et silence aux reprsentants du peuple : ses discours lui permettent dj desquisser ce qui sera lossature du libralisme franais. Viennent ensuite des pages sur la rduction du nombre des journaux puis sur le contrle des thtres, mais tout cela est dj tellement bien connu que lon se demande o est lintrt de le rditer.

La deuxime partie Vers le pouvoir personnel - commence par un rapide historique de la chouannerie, confondue avec les guerres de Vende, puis conduit un classique rcit de lattentat de la rue Saint-Nicaise. Les proscriptions qui sen suivent, par erreur, contre les Jacobins, durcissent lopposition des Idologues, propos notamment de la loi portant cration des tribunaux spciaux, loi qui menace les liberts individuelles. Mais le fait que Bonaparte ait t victorieux Marengo, le fait aussi que la chance lait fait chapper cet attentat, le fait, enfin, quil parvienne conclure la paix religieuse lui valent, selon Grard Minart, une cote de popularit fort leve. Paralllement, lopposition parlementaire est limine la faveur des nominations aux siges pourvoir ou des renouvellements : le Tribunat est ainsi pur en janvier 1802, autre pisode fort bien connu de lhistoire du Consulat. De mme, rien de nouveau nest ici apport sur le clbre complots des pots de beurre : lheure de la cration de la Lgion dhonneur et de ltablissement du Consulat vie, des libelles rdigs par des militaires hostiles cette volution du rgime dont Bernadotte - ont circul entre province et Paris, dissimuls dans des jarres destines au transport du beurre.

La troisime partie Silence et servitude - voque tout dabord lopposition du gnral Moreau, auquel se joignent Pichegru et Cadoudal. Aprs lhistoire de son arrestation vient linvitable rcit de lexcution du duc dEnghien, sujet sur lequel lauteur puise ses renseignements chez Bernardine Melchior-Bonnet, petite-fille de Taine, tient-il souligner, tandis quil ignore les travaux de Jean-Paul Bertaud. Cest ensuite Chateaubriand qui devient lun des principaux porte-parole de lopposition, mme si Germaine de Stal, ltranger, joue elle aussi un rle. En 1812, la conspiration du gnral Malet vient de nouveau manifester lopposition dune poigne de militaires qui tentent de mettre profit lloignement de Napolon dans la dsastreuse campagne de Russie. Mais l encore rien qui nait dj t explicit en de nombreux ouvrages.

En dfinitive, ce livre napporte rien de nouveau par rapport aux travaux dHenri Gaubert Conspirateurs au temps de Napolon Ier, parus en 1962 et de Louis de Villefosse et Janine Bouissounouse Lopposition Napolon, parus en 1969, lesquels ne sont pas mme cits dans la bibliographie mais uniquement dans les notes : il serait dommage de mettre en vidence les sources mmes de ce livre... Celui-ci vhicule par ailleurs des clichs, auxquels il ajoute des erreurs non, Bonaparte ntait nullement dpourvu dducation classique !! (p.117) -. On nen sortira donc jamais de ces pages qui rendent lhistoire de lEmpire pauvre de sa richesse, pour paraphraser Laurent Douzou au sujet de la Rsistance.

Natalie Petiteau
( Mis en ligne le 13/02/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)