L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Les Coulisses de l'Entente cordiale
de Christine Geoffroy
Grasset 2004 /  18.50 €- 121.18  ffr. / 318 pages
ISBN : 2-246-66531-0
FORMAT : 13x21 cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est maître de conférences à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.

Cent ans de cordialité

Il est des commémorations dont on ne mesure pas forcément l’importance : ainsi en est-il de ce traité oublié, dont seul le nom (qui date lui de 1846 et d’une phrase de Guizot, ministre du roi Louis Philippe !) résonne comme le gage de bonnes relations entre Français et Anglais. L’entente cordiale d’avril 1904 marquait alors dans les relations internationales un pas décisif, celui d’une Angleterre qui abandonnait la politique de «splendid isolation» au profit d’un rapprochement avec la France, ennemie traditionnelle et encore récemment affrontée – diplomatiquement parlant – en 1896, lors de l’affaire de Fachoda. En réglant définitivement les questions coloniales en Méditerranée et en Afrique, en élaborant un rapprochement stratégique qui allait aboutir au redéploiement naval de 1912, Français et Anglais entraient d’un pas plus assuré dans le XXe siècle des guerres mondiales et de la décolonisation. Cet ébranlement dans les relations internationales européennes aura un écho jusqu’en 1914 et au-delà. Surtout, en forgeant le mythe politique, et désormais séculaire, qu’entre Paris et Londres, rien ne saurait mener à une crise, les diplomates français et anglais offraient aux deux nations un appeasement avant la lettre.

C’est à cet outil diplomatique de premier ordre que Christine Geoffroy, maître de conférences à l’université de Paris-Dauphine, consacre un ouvrage commémoratif. La démarche de l’auteur est toutefois originale et permettra aux néophytes de saisir toute l’importance et l’enjeu du traité. En effet, délaissant la froide réflexion diplomatique, C. Geoffroy s’intéresse aux acteurs de ce traité (le roi Edouard VII, l’ambassadeur Cambon, les ministres Delcassé et Lansdowne), les mettant en scène dans des présentations biographiques amples ainsi que dans des portraits croisés. Le résultat, s’il n’a pas l’ambition d’une véritable étude historique du traité, est toutefois plaisant à lire et offre des relations franco-anglaises un point de vue certes réduit, mais efficace. En effet, au nom d’une vision peut être trop mécaniste des relations internationales, on a souvent tendance à délaisser la donnée humaine au profit de raisonnements insistant sur les ensembles plus vastes (l’économie, la presse, l’opinion). Cet ouvrage vient agréablement rappeler le poids des individus.

Il s’agit d’un ouvrage écrit d’une plume aisée, et qui donne un bon aperçu des questions politiques de l’époque. Certes, la quasi-absence de notes se référant aux citations (nombreuses) de lettres et documents, n’en fait pas une étude scientifique utilisable. De plus, on pourra sans doute reprocher à l’auteur une tendance à l’hagiographie dans sa présentation des acteurs, mais tel quel, l’ouvrage permet de rentrer sans efforts dans des considérations de politique générale, et donne un sens à un traité mieux commémoré que connu.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 28/04/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)