L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

La Politique de la Terreur - Essai sur la violence révolutionnaire, 1789-1794
de Patrice Gueniffey
Gallimard - TEL 2003 /  11 €- 72.05  ffr. / 376 pages
ISBN : 2-07-076727-2
FORMAT : 13x19 cm

L'auteur du compte rendu : Ccile Obligi est l'auteur d'un mmoire de matrise d'histoire intitul Images de Jean-Sylvain Bailly, premier maire de Paris, 1789-1791.

Un nouveau regard porté sur la Terreur

Patrice Gueniffey se propose dans cette tude de revenir sur lune des priodes les plus controverses de la Rvolution franaise, la Terreur. Il ne sagit pas dune nouvelle histoire de la Terreur (aussi vaut-il mieux pour aborder cette tude avoir une ide prcise de la priode et des diffrentes interprtations qui en ont t donnes), mais dun essai prenant en compte la dimension politique de cet pisode. Lhistoire sociale (fortement influence par le marxisme) a en effet longtemps domin lhistoire de la Rvolution en gnral, et celle de la Terreur en particulier. Louvrage dbute sur laffirmation que la Terreur nest pas un vnement culturel, mais politique. Partant de ce postulat, lauteur dcide daborder le sujet en se plaant dlibrment du ct du pouvoir, de Paris, du sommet, des bourreaux.
Il affine peu peu dans les premiers chapitres une dfinition du terrorisme (il a dailleurs repris une partie de ses analyses dans un article paru dans Le Dbat, Gnalogie du terrorisme contemporain, n 126, septembre-octobre 2003) pour tenter de prciser ce qui relve de la terreur dans les premires annes de la Rvolution.

La terreur se dfinit dabord comme la violence et les crimes pratiqus systmatiquement en vue de maintenir un groupe dindividus dans la peur. Deux lments la distinguent de la violence : son caractre dlibr (le terrorisme rpond une stratgie dfinie devant produire des effets calculs lavance) et la distinction entre la victime frappe et la cible vise (qui sont identiques dans le cas de la violence). Le terrorisme diffre de la violence sauvage et collective qui, elle, nest pas le fruit dune stratgie prdfinie, mais se prsente plutt comme la rponse une angoisse qui sapaise avec la mort du coupable. Par consquent, les massacres de septembre 1792 ne sauraient tre considrs comme un acte terroriste, il sagit dun acte de sauvagerie. Il faut ajouter un autre lment pour complter la dfinition : la terreur frappe des personnes, indpendamment de leurs actes (les migrs, les prtres par exemple), elle frappe au hasard, sans motifs et sans preuves, avec lintention de faire vivre chacun dans la crainte perptuelle.

Cette dfinition permet donc de prciser ce qui relve de la Terreur dans la Rvolution, et dexpliquer les bornes chronologiques de louvrage. En effet, il rsulte de cette analyse que la Terreur est prsente ds 1789 (le fonctionnement du Comit des recherches de la ville de Paris, cr en octobre 1789, rpond parfaitement la dfinition donne), que sa premire utilisation se produit en octobre 1791 (avec la loi contre les migrs), et quelle devient un vritable systme partir du printemps 1793. Elle se dote courant 1794 dune idologie et se termine, daprs lauteur, par la tentative dextermination dune partie de la population (les Vendens). P. Gueniffey en conclut quil faut donc renoncer deux ides fausses : la Terreur est un produit extrieur la Rvolution, la Terreur est un produit tardif de la Rvolution.

Ltude vise dautre part montrer que la Terreur nest pas le produit des circonstances (et notamment de la guerre). Lauteur rappelle ce qui est maintenant devenu vident pour tout le monde : les mesures terroristes ne sont pas des ractions des circonstances malheureuses (elles interviennent au contraire au moment des victoires militaires). Lapport de cette partie de ltude rside plutt dans lorigine attribue cette explication : il sagit pour lauteur des arguments avancs par les terroristes eux-mmes, inquits aprs le 9 Thermidor, qui tentaient ainsi de se justifier.
P. Gueniffey se penche aussi sur la rhtorique qui accompagne la Rvolution, et sur ceux qui lont vhicule, les jacobins, car il souhaite montrer que le jacobinisme se confond avec la Rvolution franaise. Il revient bien entendu sur les principaux pisodes de la Terreur, en particulier sur la fameuse loi du 22 prairial an II (qui inaugure la Grande Terreur) pour prciser les modalits dexercice de la Terreur et dmontrer que la priode nest pas le produit dune idologie, mais quau contraire, lidologie intervient aprs coup pour lgitimer les actions. Son but est de montrer que la Terreur est le produit de la dynamique rvolutionnaire, quelle en est insparable.

Cette passionnante tude apporte donc, en dpit du ton souvent premptoire et de la volont affiche de clore le dbat sur certains points, des clairages fort intressants sur nombre daspects de la Terreur. On regrettera cependant le rejet de toute histoire sociale, aussi dommageable que la t, linverse, celui de lhistoire politique auparavant.

Cécile Obligi
( Mis en ligne le 30/04/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)