L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Le Camelot et la rue - Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles
de Jean-Yves Mollier
Fayard 2004 /  22 €- 144.1  ffr. / 365 pages
ISBN : 2-213-61476-8
FORMAT : 15x23 cm

L'auteur du compte rendu: matre de confrences en Histoire contemporaine l'universit de Paris-I, Sylvain Venayre a rcemment publi La Gloire de l'aventure. Gense d'une mystique moderne.
1850-1940
(Aubier, 2002).


L’âge d’or des camelots parisiens

On sait que la rue est un magnifique objet dhistoire, qui dpasse largement les limites de la seule histoire urbaine. Jean-Pierre Leguay pour le Moyen-ge, Arlette Farge pour le XVIIIe sicle sen taient dj empars. Jean-Yves Mollier reprend le dossier, son tour, pour une priode cruciale de la rue parisienne : le tournant des XIXe et XXe sicles.

Une figure rsume elle seule loriginalit de la rue dalors : le camelot. A la fin des annes 1860, Pierre Larousse, dans son Grand Dictionnaire, dfinissait encore le camelot comme une grosse toffe en poils de chameau. Larousse signalait certes un emploi populaire plus rcent, visant le marchand ambulant qui tranait une voiture bras en courbant le dos (ce qui laurait fait ressembler un chameau !) ; mais il ne sy attardait gure. En 1890, en revanche, le deuxime supplment du Grand Dictionnaire prcisait considrablement la notion : Le nom de camelot sapplique une nouvelle classe de ngociants, essentiellement propre aux grandes villes et notamment Paris. Actif, dlur, intelligent, le camelot a souvent assez de verve et desprit pour rassembler la foule autour de son modeste talage qui tient tout entier dans une toile tendue sur le trottoir. Cette volution smantique correspondait lmergence progressive de ce personnage-phare de la rue parisienne, dans les annes 1860-1890. Au tournant des XIXe et XXe sicles, les camelots connaissent leur ge dor, que Jean-Yves Mollier dcrit dans ce livre avec une grande prcision.

Ce travail se situe dans le prolongement des recherches poursuivies par Jean-Yves Mollier depuis plus de vingt ans sur lhistoire du livre et de ldition (Michel et Calmann Lvy ou la Naissance de ldition moderne date de 1984). Car le camelot, dans ces annes 1860-1914 qui ont vu la France entrer dans lre de la culture de masse, est le maillon central dune chane alternative de ldition, que Jean-Yves Mollier appelle, dans une heureuse formule, la librairie du trottoir. Comme le libraire, en effet, le camelot vend des supports de lecture, que finalement seul leur format empche dappeler livres. Et ce commerce est florissant. Les chiffres fournis par Mollier donnent le tournis : en 1898, en quelques mois, par exemple, les camelots parisiens coulent deux millions dexemplaires de Frou-Frou, la valse crite par Henri Chteau ! Si lon ajoute cela leurs talents de bateleurs, les informations quils diffusent par oral et leur rle de propagandistes mis au service de la vente de libelles, alors on comprend que le spcialiste du livre, de la lecture et de ldition ne pouvait qutre attir par cette forme mconnue daccs la culture crite.

Pour tudier ce monde des camelots, Jean-Yves Mollier reste fidle sa dmarche historienne, telle quil la expose, en 1996, dans un article de la Revue dHistoire moderne et contemporaine. Lhistoire du livre et de ldition qui comprend donc celle de la littrature du trottoir est une histoire vocation globalisante. Dans Le Camelot et la rue, Jean-Yves Mollier promne ainsi son lecteur du domaine de lhistoire sociale (sur lalphabtisation de la socit franaise, les transformations de la rue parisienne ou les origines des camelots) celui de lhistoire conomique (sur les conditions de lavnement de la presse de grande diffusion, dans la foule de la cration du Petit Journal en 1863 ; sur le salaire des camelots, ou plus exactement leur objectif : la thune quotidienne, soit 5 francs par jour), en passant par lhistoire culturelle et lhistoire politique.

On retrouve ainsi la dmarche qui animait dj la somme sur Louis Hachette, parue en 1999. Toutefois, alors que les aspects conomiques taient dcisifs dans lhistoire de la construction de lempire Hachette, ce sont les aspects politiques qui sont ici privilgis par Jean-Yves Mollier. Les raisons qui firent des annes 1885-1905 lge dor des camelots sont en effet principalement politiques. Elles reposent dabord sur lavnement du suffrage universel, avec la IIIe Rpublique, et sur labsence de partis politiques organiss. Dans ce contexte, les camelots mettent lactualit la porte populaire, jouent le rle qui, aprs la loi sur les associations de 1901 et la cration des partis politiques modernes, sera dvolu aux militants.

Rien ne serait plus faux, nanmoins, que de croire que les camelots participrent alors la maturation de la vie dmocratique. Au contraire, Jean-Yves Mollier met en vidence le rle du boulangisme dans la promotion politique des camelots et, de faon gnrale, celui des grandes crises qui branlrent alors les institutions rpublicaines : affaire Wilson, scandale de Panama, pisodes successifs de laffaire Dreyfus. A chaque fois, le volume de la librairie du trottoir augmente considrablement. Ainsi, l'on vend, au lendemain de Jaccuse, 400000 exemplaires dune Rponse de tous les Franais Zola, et 200000 exemplaires dun polmique Testament dAlfred Dreyfus. De 1888 1902, conclut Jean-Yves Mollier, les camelots ont t systmatiquement utiliss pour dnaturer le sens du vote des lecteurs et pour fausser lexpression du suffrage universel : le fait est trop massif, nous dit lhistorien en tablissant un pont avec les pratiques de lextrme-droite de lentre-deux-guerres, pour tre considr comme marginal ou dpourvu de signification.

Aussi la vie politique de la IIIe Rpublique, si bien connue, prend-elle un nouveau relief, ds lors quon lobserve depuis la rue des camelots. Un des paris russis du livre de Jean-Yves Mollier est bien de nous restituer lambiance de la rue parisienne. Il nous semble voir et entendre ces camelots qui mlangent, sur le pav, information aise comprendre, caricature, complainte traditionnelle, chanson sur un air la mode, musique de caf-concert ou de music-hall, placard ou jouet en carton, question amusante ou objet systme. Dautant que Jean-Yves Mollier brosse le portrait de quelques-uns des plus remarquables camelots de lpoque, commencer par le clbre Napolon Hayard, lEmpereur des camelots de la capitale la fin du XIXe sicle. Lauteur voque avec brio la carrire de ce personnage haut en couleur, n en 1850 dans la Marne et pass, la tte de son arme de camelots, du camp rpublicain radical lantismitisme militant. Il mourut en 1903, renvers par lune des premires automobiles, deux ans aprs la loi sur les associations qui allait acclrer la fin des camelots. Concidence ironique, qui voit avec la mort de Napolon Hayard, le triomphe de lautomobile sur les pitons. Les funrailles de Hayard marquent ainsi lavnement de la rue nouvelle du XXe sicle, qui trs rapidement effacera jusquau souvenir de cet ge dor des camelots.

Ce nest pas le moindre des mrites du livre de Jean-Yves Mollier que de nous dire quil faut avoir prsent lesprit ce monde des camelots, si lon veut essayer de sentir quelque chose de latmosphre culturelle et politique des grandes villes de la fin du XIXe sicle.

Sylvain Venayre
( Mis en ligne le 30/04/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)