L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Qu'est-ce que le fascisme? - Histoire et interprétation
de Emilio Gentile
Gallimard - Folio histoire 2004 /  9.90 €- 64.85  ffr. / 528 pages
ISBN : 2-07-030387-X
FORMAT : 11x18 cm

L'auteur du compte rendu: Gilles Ferragu est matre de confrences luniversit Paris X Nanterre et lIEP de Paris.

LA synthèse sur le fascisme !

Sil est, dans notre socit, un mot particulirement galvaud, cest bien ce mot fascisme, utilis de manire premptoire pour dsigner peu prs nimporte quelle forme dautorit considre comme suspecte ou illgitime Dans la presse polmique comme dans le langage courant de rvolutionnaires doprette, le tout fascisme fait partie de ces lieux communs qui permettent de discrditer rapidement un adversaire avec lequel on na pas envie (ou moyen) de dbattre. Pour plagier Sartre, on dira que le fascisme, cest les autres !. Il est donc utile de resituer le mot, sinon le concept, dans lhistoire, de le dfinir et den souligner les spcificits. En tant quidologie, c'est--dire un systme de reprsentation du monde, le fascisme est en effet marqu dans lhistoire, phnomne important dun XXe sicle ravag par les totalitarismes.

Lobjet nest du reste pas dlaiss par les historiens, et la France dispose de bons spcialistes universitaires du fascisme, dans la foule des travaux de Pierre Milza et de ses lves (D. Musiedlak, M.A. Mattard). Mais il faut dplorer que ces recherches aient parfois occult limportante production transalpine (et anglo-saxonne), ainsi que les nombreuses discussions, tout aussi importantes, qui agitrent le monde universitaire italien. En traduisant louvrage dEmilio Gentile, professeur dhistoire luniversit La Sapienza de Rome et lun des spcialistes majeurs du fascisme, lve rtif de Renzo de Felice, Pierre-Emmanuel Dauzat ouvre la France lintelligence dun dbat qui, depuis longtemps, nous chappait quelque peu et entrouvre la porte encore un peu plus la riche historiographie italienne (comme le faisait rcemment louvrage de S. Lupo).

E. Gentile procde de manire fort pdagogique, sans tre rductrice : en envisageant, dans un premier temps, la singularit du phnomne fasciste, confronte la multiplicit des interprtations. Car le phnomne, si singulier, est un miroir o nombre de rgimes autoritaires vont vouloir se reflter. Sil est possible de penser le fascisme part et den esquisser un tableau historique et politique, il faut toutefois lenvisager dans son sicle (et Gentile pose dailleurs la question dsormais classique de la comparaison avec le communisme). On ressort de cette premire partie arm dune dfinition solide, qui mle les dimensions organisationnelle, culturelle et institutionnelle, et qui permet denvisager plus clairement une idologie que lon a pu dfinir comme une somme infinie de ngations (R. de Felice).

En effet, dans un deuxime temps, E. Gentile tente une typologie de lidologie fasciste en posant les diverses questions qui fondent autant dhistoriographies varies : le fascisme fut-il une rvolution (un mythe qui opre durant tout le XXe sicle) ? une religion politique ? (le lecteur francophone se rfrera cet gard ltude fondamentale du mme E. Gentile publie en 2002 chez Flammarion, La Religion fasciste), laboutissement dun processus de brutalisation des socits (pour reprendre le concept de lhistorien G. Mosse) ? Revenant sur les critres classiques de dfinition du totalitarisme, il analyse lvolution du PNF et la place particulire du parti fasciste dans ses rapports avec les masses, lEtat et le chef, comme le produit dune rvolution qui se rigidifie. Comme construction idologique, le fascisme sarticule galement autour de la figure du chef : pionnier dun type de rgime qui connat son aboutissement par la suite, Mussolini fait lobjet dune rflexion semblable aux querelles historiographiques allemandes au sujet dHitler. Autre fondement du rgime et revendication originelle, la notion de modernit qui confre au nouveau pouvoir sa lgitimit en terme de pratiques politiques (justifiant la violence squadriste elle-mme), avec, en horizon (forcment indpassable) le projet de cration dun homme nouveau. E. Gentile conclut par un plaidoyer pour une histoire objective du fascisme relu laune de notre temps, c'est--dire dans le contexte dun idal dmocratique dfendre.

Le titre fait bien videmment rfrence louvrage, paru dans la mme collection, de Ian Kershaw, tude essentielle sur le nazisme. Mais la comparaison ne sarrte heureusement pas l, car louvrage est dune qualit similaire. En mettant en scne une histoire problmatise du fascisme autour de quelques questions fondamentales, E. Gentile livre une tude qui, sans tre toujours dun accs facile, savre extrmement prcieuse pour la comprhension du phnomne. Alliant la rigueur des analyses un bonheur de style dont il faut galement remercier le traducteur, cette synthse est la fois trs accessible et trs ambitieuse. Louvrage est forcment destin devenir un classique concernant cette question.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 03/05/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)