L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

L'école républicaine et la question des savoirs - Enquête au coeur du Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson
de Pierre Kahn , Daniel Denis et Collectif
CNRS éditions - CNRS Histoire 2003 /  30 €- 196.5  ffr. / 298 pages
ISBN : 2-271-06176-8
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu : Chercheur associ la Bibliothque nationale de France, Thomas Roman, diplm de Sciences-Po Paris et titulaire d'un DEA d'Histoire l'IEP, poursuit sa recherche en doctorat, sur les rapports entre jeunesse et nationalisme en France la "Belle Epoque".

Les Républicains et leurs contradictions.

Cest une somme danalyses impressionnante sur un monument de la pdagogie rpublicaine que livre ici lquipe de lIUFM de Versailles. Le dictionnaire pdagogique dirig par Ferdinand Buisson ne mritait pas moins, car il sagissait en soi dune entreprise titanesque : avec prs de 300 auteurs dont des reprsentants prestigieux de lUniversit de lpoque (Ernest Lavisse, Jules Steeg, Flix Pcaut, Camille Flammarion, Paul Bert, Emile Durkheim, Marcellin Berthelot, Elise Reclus, etc.), cette bible de la pdagogie visait, dans ses deux ditions de 1878-1885 et 1911, poser les bases de lenseignement rpublicain par une srie de leons types dans lensemble des matires enseignes. La premire dition comportait en outre une encyclopdie des notions et prconisations thoriques sur les buts de lcole.

Ceux-ci ne sont pas aussi clairs quil le semble et cest un grand apport du prsent ouvrage que de corriger et d'affiner la vision que lon a de lobjet, en fait mconnu, notamment dans sa dimension pdagogique. Laspect politique et idologique de luvre a dj t brillamment trait par P. Dubois dans Le Dictionnaire de Ferdinand Buisson. Aux fondations de lcole rpublicaine (1878-1911) (Berne, Peter Lang), sans oublier larticle que lui a consacr Pierre Nora dans ses incontournables Lieux de mmoire. Mais ce dernier souligne lui-mme, dans la prface quil donne au prsent travail, le coup dil peut-tre trop rapide port sur une uvre quil ne faut pas rduire une somme rpublicaine exposant clairement une doxa laque dont les "vangiles" seraient Buisson, Ferry, Lavisse et dautres. Contre toute attente, le Dictionnaire ne construit pas de doctrine morale et civique. Bien au contraire, il contribuerait plutt neutraliser les enjeux politiques et idologiques des [] disciplines, les dplacer vers des enjeux pdagogiques, crit Laurence Loeffel (p.37).

Car la lecture du dictionnaire, les choses apparaissent comme beaucoup moins simples. Lquipe ici mobilise, dlaissant dailleurs laspect politique pour sintresser proprement la pdagogie, fait le constat dune tonnante diversit, dune tension entre tradition et modernit et de dbats thoriques parfois violents. Il nest ainsi pas vident que le positivisme fut L'idologie de lpoque, pas plus que le spiritualisme. Ce que montrent brillamment, par une tude patiente des textes et des occurrences dans le dictionnaire, les diffrents chapitres de louvrage. Chacun est consacr une matire : instruction civique, franais, littrature, histoire, gographie, sciences, mathmatiques, travail manuel (trois nouveauts de la loi de 1882), dessin, gymnastique

Ce constat ne souffre-t-il cependant pas dune analyse trop serre et spcifique des textes, perdant de vue le caractre gnral de loeuvre et ses intentions premires ? La question mrite dtre pose car trop rentrer dans les dtails, lquipe oublie peut-tre qui fut le matre duvre du clbre dictionnaire et dans quel contexte historique il sinscrit : celui de rpublicains au pouvoir et dune volont inconteste dacculturation rpublicaine. Dans larticle Histoire, E. Lavisse crit ainsi, pour le moins gal lui-mme : linstituteur aura perdu son temps si lenfant ne devient pas un citoyen pntr de ses devoirs et un soldat qui aime son drapeau (cit.p.23). Cest aussi relativiser peut-tre limportance du courant protestant libral dans cette cole rpublicaine naissante, et le dictionnaire ici tudi. En littrature, cest lpoque et dans le dictionnaire pdagogique notamment que nat lide selon laquelle le sicle de Louis XIV constitua un apoge des lettres franaises. Les classiques remplirent une fonction didentification culturelle, la vise patrimoniale est centrale, do limportance des thmes patriotiques et nationaux, explique Martine Jey (p.90).

De grandes oppositions charpentent nanmoins les discours : par exemple, entre laspect proprement ducatif et la dimension pratique dans certaines matires (un grand dbat oppose ainsi, pour le dessin, les tenants de lart et ceux de la science). Au-del de linculcation rpublicaine, un enjeu principal est ici mis jour, rvlateur des tensions internes au camp rpublicain, celui de la conservation sociale et de lventuelle mancipation des classes populaires. Entre tradition et progressisme, ces dbats font partie dun projet de moralisation des masses cher Ferry, passant par un conservatisme mettant mal lautre grand projet rpublicain de promotion sociale ou mritocratie.

Contre ce qui apparat ds lors comme une vritable lgende rpublicaine, les contributions de cette publication apportent des arguments de poids. Lapproche pdagogique et lanalyse quasi exhaustive des deux ditions en rebuteront plus dun et dcevront ceux qui sattendaient une tude plus politique. Mais nous avons l un utile complment aux travaux prcdemment cits, clairant dun jour nouveau les dbats pdagogiques fondateurs de notre tradition scolaire, et auxquels les dbats pdagogiques les plus contemporains mriteraient peut-tre de venir sinspirer.

Thomas Roman
( Mis en ligne le 22/06/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)