L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Les Réfugiés français de la Grande guerre - Les Boches du Nord
de Philippe Nivet
Economica - Hautes études militaires 2004 /  49 €- 320.95  ffr. / 598 pages
ISBN : 2-7178-4813-4
FORMAT : 16x24 cm

L'auteur du compte rendu: Agrg et docteur en histoire, Jean-Nol Grandhomme est l'auteur d'une thse, "Le Gnral Berthelot et l'action de la France en Roumanie et en Russie mridionale, 1916-1918" (SHAT, 1999). Il est actuellement PRAG en histoire contemporaine l'universit "Marc Bloch" Strasbourg II.

Les limites de la solidarité nationale

La question des rfugis franais de la Seconde Guerre mondiale a fait lobjet de nombreuses tudes : lexode de 1940, lvacuation des civils pendant les combats de la Libration nous sont aujourdhui assez bien connus. Tout, ou presque, en revanche restait faire en ce qui concerne les dplacements de populations en France au cours de la Premire Guerre mondiale. Sans doute le sujet est-il rgulirement voqu par des articles publis dans des revues dhistoire locale des dpartements dune large frange Nord-Est de la France - et par Annette Becker dans ses Oublis de la Grande Guerre (ditions Nosis, 1998, rdit par Hachette dans la collection Pluriel en 2003) -, mais louvrage de Philippe Nivet constitue la premire tude synthtique densemble.

Sappuyant sur des archives nombreuses et varies (Archives nationales, SHAT, archives dpartementales des points de dpart - Nord, Meurthe-et-Moselle, Oise, Somme - et daccueil - Rhne, Eure, Charente-Maritime, Loiret -, archives municipales), lauteur a galement consult quelques-uns des nombreux journaux destins aux rfugis (LArdennais de Paris, LAppel du foyer, LUnion des rfugis), les mmoires et tmoignages des contemporains et une impressionnante bibliographie, o figurent notamment des mmoires de matrise qui peuvent apporter un clairage bienvenu sur des points particuliers de la question (citons celui de Benjamin Fauqueur sur Le Retour des rfugis dans le Pas-de-Calais, Arras, 1999).

Le rsultat de ce vaste travail de recherche est prsent de manire claire, dans une langue intelligible qui vite lcueil du jargon dinitis. Fuyant les combats eux-mmes, mais aussi, pour nombre dentre eux, la clameur de la bataille (bataille qui parfois ne les atteindra finalement pas), effrays par les rumeurs de massacres (qui sappuient souvent sur les faits bien rels), vacus sur ordre ou de leur propre initiative, les rfugis prsentent des situations complexes et extraordinairement varies. Philippe Nivet sintresse galement aux rapatris et librs, cest--dire ces Franais retenus en territoire occup par lennemi, qui ont bnfici daccords franco-allemands ngocis par lintermdiaire de la Suisse et ont pu regagner la France travers la Confdration. Dracins, parfois misrables, malades, spars de leur famille, les rfugis sont pris en charge par lEtat, qui organise leur accueil dans les dpartements de lintrieur (Ouest, Centre, Midi), en les saupoudrant un peu partout afin de ne pas charger trop lourdement les communes concernes ; une allocation spcifique leur est attribue, mais ils sont encourags chercher du travail. Aprs les invitables ttonnements des dbuts, la situation samliore peu peu ; mais cest seulement en 1918 que le droit des rfugis sera pleinement tabli. Entre-temps, la solidarit prive sera venue seconder laction de lEtat.

Plusieurs dizaines de pages parmi les plus intressantes de cet ouvrage concernent la perception quont eue les populations de lintrieur de ces personnes dplaces venues de France du Nord et de lEst. Si les commencements ont souvent t marqus par des attitudes de compassion envers ces compatriotes tout spcialement touchs par les malheurs de la guerre, une certaine animosit a pu sinstaller par la suite, qui sexplique par la dure de leur sjour, la charge ou la concurrence conomique quils reprsentent, mais aussi un choc culturel, qui conduira les populations les dsigner sous lappellation mprisante (sinon infamante) de Boches du Nord. Certains rfugis demeureront cependant sur leur terre daccueil, faisant souche, mais la plupart rentreront chez eux mesure que leurs villes et villages seront librs. Cette squence fort longue mord largement sur lanne 1919, tant les destructions ont t massives en maints endroits, interdisant tout retour rapide des anciens habitants.

Philippe Nivet nous offre donc ici une tude complte et extrmement bien documente, ouvrant la voie dautres travaux, portant, par exemple, sur laccueil des Belges ou des Serbes en France au cours de la mme priode.

Jean-Noël Grandhomme
( Mis en ligne le 14/01/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)