L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

Nelson contre Napoléon - D'Aboukir à Trafalgar
de Anne Pons
Perrin 2005 /  20.50 €- 134.28  ffr. / 295 pages
ISBN : 2-262-02143-0
FORMAT : 14,5cm x 22,5cm

Deux hommes et la mer

Vif, clair, limpide, l’ouvrage est assurment rdig dans une langue qui le rend agrable. On traverse deux brves dcennies, entre le tout dbut des annes 1790 et la fin des annes 1800, sans mme avoir le temps de reprendre son souffle, et l’on termine les presque trois cents pages avec le sentiment d’avoir fait un formidable voyage. Bien plus que le rcit d’une rivalit d’hommes, mme si l’aspect biographique est sans aucun doute trs prsent, l’auteur russit ici une prsentation passionnante de l’affrontement de deux traditions militaires, et de deux nations dresses irrparablement l’une contre l’autre en ce contexte de guerre europenne. Le personnage inattendu qui fait irruption dans ce rcit n’est autre que la mer, cadre omniprsent d’une lutte mort si politique.

Le dynamisme de la narration n’exclut d’aucune faon une prcision factuelle trs honnte pour un ouvrage rdig par une crivain-journaliste. Si l’on reste, il est vrai, dans une approche historiographique trs classique, linaire, ce rcit d’hommes et de dates a le grand avantage d’orner avec lgance et brio un fond de comptition militaire et de bataille industrielle avant l’heure. L’ouvrage est lger, loin de toute prtention, mais sobre et rigoureux.

Les rencontres des deux chefs, l’un anglais, l’autre franais, l’un rvolutionnaire sa faon, l’autre monarchiste et aristocrate convaincu, et surtout, l’un artilleur et l’autre marin, commencent ds le sige de Toulon et ne s’achvent que par la mort, pour victorieux qu’il ait t, de Nelson Trafalgar. Entre ces deux vnements, l’acharnement avec lequel ils tenteront de se dtruire et de dtruire ce qu’ils reprsentent est impressionnant, et passe par des moments d’intenses et violents affrontements comme par de longs et froids calculs de construction et reconstruction de leurs flottes respectives.

La passion d’Anne Pons pour les bateaux est ainsi manifeste, et l’index des navires cits dans l’ouvrage est presque aussi important et utile la comprhension que celui des personnages. Les traditions l’œuvre dans les deux marines en guerre - ou plutt les trois, car la flotte espagnole est un lment fondamental de l’arme napolonienne dans sa lutte contre la Royal Navy -, sont tudies en dtail. L’auteur en montre un tableau prcis, que ce soit dans leur rapport gnral la socit (de quelle considration la marine jouit-elle dans chaque pays, et pourquoi) ou dans leur fonctionnement interne (quelle discipline, quelles valeurs).

On redcouvre aussi les enjeux politiques de l’poque, mais dans une perspective trs pragmatique. Carrires politiques, militaires et sociales sont ainsi, en particulier, intrinsquement lies dans l’expos qui nous est fait de la formation de chacun des deux chefs. Et lorsque l’occasion de faire des parallles se prsente, l’auteur ne manque pas de les tenter, que ce soit au sens physique ou psychologique. Leur passion dvorante pour leur femme tout comme leur allure physique peu flatteuse leurs dbuts les rapproche, et Anne Pons n’hsite pas le faire remarquer.

Cependant, l’essentiel du livre tient en des descriptions piques de batailles au cours desquelles les hommes meurent, les chefs crient, et la dmesure des bateaux sombrant en flamme illumine d’un feu irrsistible le cours de la guerre, si bien pense, mais plus encore si bien faite. Le destin de milliers d’hommes broys par des batailles qui les dpassent se joue sous nos yeux, et mme en en connaissant la fin on ne peut s’empcher d’esprer, suspendus aux mots de l’auteur, un rsultat diffrent. Et l’on finirait presque par tisser des liens d’amiti avec ces grands hommes, pourtant souvent peu sympathiques : mais en pntrant leur logique, on finit par les comprendre.

C’est l tout le talent d'Anne Pons, cette aptitude retranscrire en termes vivants une ralit lointaine. Bien entendu, sur le plan historiographique, l’ouvrage ne peut se comparer aux grandes biographies littraires de Napolon comme celle de Bainville, mais ce n’tait pas son but, lequel est lui atteint : on s’est passionn un instant en lisant le rcit de rivalits mythiques, et disparues.

Aurore Lesage
( Mis en ligne le 23/12/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)