L'actualité du livre
Histoire & Sciences socialeset Période Contemporaine  

La Shoah à l'épreuve de l'image
de Jacques Walter
PUF 2005 /  24 €- 157.2  ffr. / 285 pages
ISBN : 2-13-055359-1
FORMAT : 15,5cm x 22,0cm

Lauteur du compte rendu : Mathilde Larrre est matre de confrences en Histoire contemporaine l'universit Paris XIII et l'IEP de Paris.

Que disent les images?...

La Shoah lpreuve de limage est un ouvrage scientifique de smiologie et de mdiologie. Compos de plusieurs articles de lauteur, parus dans des revues spcialises, il sadresse un public restreint et inform. Lutilisation de concepts complexes de diffrentes sciences sociales (traductions, percolations, transmdiatisation, implication) et le choix dun style prcis que daucuns trouveront jargonnant pourrait dcourager un usage grand public de cet ouvrage, alors mme que les objets peuvent intresser au-del du cercle dinitis des sciences sociales (mission de tlvisions, films grand public, cdroms interactifs).

Tous les articles, devenus des chapitres, reposent sur des tudes de cas de mises en image de la Shoah, ou de ses survivants. Mais lauteur sattache surtout prsenter les interprtations que les mdias ont ensuite livres de ces images, privilgiant les situations qui ont donn lieu des polmiques. Il ne sintresse donc pas limage per se en tmoigne notamment labsence de la moindre reproduction iconographique dans louvrage, mise part la couverture - mais traite de la mdiatisation des images de la Shoah, des conditions de leur mergence sur la scne publique et de leur confrontation avec les mmoires de lextermination.

Un premier chapitre, plus gnral que les suivants, prsente les diffrents dispositifs dans lesquels des survivants peuvent tre amens tmoigner, de lmission historique au journal tlvis, et les occasions de prise de parole (commmorations, ractions une actualit judiciaire, politique, ou mdiatique). Le second chapitre analyse le dispositif mdiatique qui a prvalu lors de lenregistrement des Dossiers de lEcran - Vie et mort dans les camps nazis, suite la diffusion le 6 mars 1979 du dernier pisode de la srie Holocauste. Il montre tout dabord combien le dispositif de lmission a contraint les dports jouer un rle dexpert qui lon demande dauthentifier le rcit fait dans la srie, ou de rpondre des questions historiques sur lextermination, ce en labsence dhistoriens sur le plateau tout en leur refusant lexpression dune parole de souffrance, au dtriment de la reconnaissance de leur identit de victime. Il montre ensuite comment le traitement mdiatique de lmission a plus encore contribu carter la parole des tmoins, en focalisation ses interprtations soit sur les dbats suscits par la srie amricaine, soit sur une seule survivante prsente lmission, Simone Veil.

Le troisime chapitre prsente lentreprise industrielle de collecte de tmoignages de survivants, initie par le cinaste Steven Spielberg en 1994. Il explicite le dispositif dans lequel le survivant (entendu dans un sens amricain, plus large que celui dancien dport) est amen tmoigner et livrer une parole douloureuse, prsentant le protocole dentretien, la formation et les consignes de linterviewer et les conditions concrtes de tournage. Le chapitre 4, plus difficile pour le profane, rend compte de la polmique qua suscite la prsentation de quatre clichs raliss Auschwitz en 1944 lexposition Mmoires des camps (Htel de Sully, janvier-mars 2001), et cherche lexpliquer par les positionnements des protagonistes du dbat, entre implication et distanciation. Le cinquime chapitre est consacr au dbat suscit par la sortie du film de Spielberg, La Liste de Schindler, et aux questions quil a souleves : peut-on reprsenter filmiquement lextermination ? Peuton en faire une fiction, un drame ? Quelles ractions face la scne de la douche ? Il conclut sur la justesse du film dans lordre mmoriel de la Shoah sa sortie : le film prend place dans un mouvement qui veut que lon fasse justice aux Justes. Les sixime et septime chapitres sont consacrs aux ractions mdiatiques souleves par un autre film qui reprsente la Shoah, La Vie est belle de Roberto Benigni : sa rception dans les mdias franais, puis dans la presse juive. A nouveau, le sujet des articles tient la prsentation de la polyphonie interprtative mdiatique et des diffrentes rponses apportes la question : peut-on rire de la Shoah ?

Louvrage prsente ensuite une tude de la polmique mdiatique qui a suivi linterview de Maurice Papon par Paul Amar dans le cadre de lmission du 28 janvier 1997 du Monde de La, ce qui le conduit rflchir la confusion des genres et des scnes (quand la tlvision se prend pour un tribunal et un journaliste pour un procureur), mais surtout poser la question de la validit de la critique de la tlvision par/et la tlvision, puisquil centre son tude sur lanalyse du Monde de La dans lmission Arrt sur Images. Lultime chapitre pose quelques-unes des questions que soulve la cration de cdroms sur la Shoah : faut-il faire le procs de la gadgtisation, de la banalisation, du ludique, ou se rjouir de la modernisation ?

Louvrage de Jacques Walter soulve donc un certain nombre de questionnements sur les usages des images de la Shoah, image darchives, reconstitutions filmiques ou tmoignages enregistrs de survivants. Il montre surtout comment diffrents mdias (spcialiss ou large public) ont soulev, mais aussi parfois lud, ses questions. On pourra regretter que lauteur prsente les polmiques, caractrise les positions, mais sans apporter de rponses, ce qui donne parfois limpression dune revue de presse bien commente. Il conclut gnralement en montrant que la mise en image et son mergence sur la scne publique correspondent une phase de la mmoire de la Shoah, ce qui, finalement, ne surprend gure.

Mathilde Larrère
( Mis en ligne le 20/02/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)